Si je devais prendre la pilule je ne l'oublierais pas ...

Le Ministère de la Santé vient de lancer une nouvelle campagne de communication sur la contraception. Destinée aux adolescents cette campagne vise à les sensibiliser sur les risques et les conséquences d’une grossesse non désirée survenue trop tôt. Cette campagne s’inscrit dans la continuité de celle menée en septembre 2009 . 

Dans les 4 vidéos et spots radios les rôles sont inversés. Ce sont les garçons qui découvrent les affres d'une grossesse non désirée "Faut il que les garçons soient enceintes pour que la contraception nous concerne tous ?".

La haute autorité de santé rappelle en effet que le fait que l'homme et la femme soient impliqués dans le choix du contraceptif représente un enjeu capital pour l'efficacité de la méthode contraceptive.

A voir les videos sur le site Choisir sa contraception dont les explications sont par ailleurs claires et complètes.

Je trouve ces nouvelles vidéos  plutôt dures pour les garçons (ceux de la vraie vie qui ne tombent pas enceints). L'image renvoyée est celle de jeunes peu responsables qui partent en courant à l'annonce de la grossesse ou reportent toute la responsabillité sur la fille qui a oublié de prendre la pilule ou " qui ne pensent qu à ça , au cul".

Quand à l'efficacité de ces spots il me semble qu'ils peuvent être assez convaincants pour les filles à qui ils rappellent qu'en réalité c'est sur elles et elles seules que reposent la contraception et qu'en cas d'échec elles pouraient bien se retrouver seules encore à gérer la suite. Parceque la seule méthode de contraception que peuvent maitriser les garçons (hormis la vasectomie mais on s'adresse ici à des adolescents) est le préservatif, qui n'est pas la plus efficace. Sinon que peuvent-ils faire d'autres que s'assurer que leurs amies ont bien pris leur pilule, mis un implant ou un stérilet ...et leur faire confiance ? Ce n'est déja pas si mal, mais une fois de plus je m'étonne que la pilule pour homme ne soit pas une revendication de leur part.

 

Jj'aimerai bien connaitre l'avis des hommes : que pensent de ces pubs HomerL'Hérétique, Gael EricPeuples (je sais déja que Gularu les trouve très drôles)

Commentaires

1. Le 14/04/2010, 23:53 par Zoé

Hum, Olympe, je ne sais pas depuis quand tu n'as plus fréquenté "les garçons" ni si tes enfants sont déjà en age d'avoir des relations sexuelles, mais il faut se rendre à l'évidence: de nombreux mecs s'en foutent de savoir si la fille/femme avec qui ils couchent prend un moyen de contraception. Et s'en foutent encore plus des maladies. Ils demandent vaguement à la fille si elle prend la pilule, et dans l'affirmative, ne se posent plus aucune question...
Or, jusqu'à preuve du contraire, le préservatif est le seul moyen qui joue ces deux rôles. Et c'est aussi la seule méthode qui mette les deux partenaires dans le même sac au niveau de la prise en charge.
Et la seule aussi qui n'a pas d'effets secondaires. Parce que prendre la pilule ou mettre un patch, ou un stérilet, c'est pas juste s'assurer de ne pas tomber enceinte: c'est aussi prendre "sur son corps" tous les effets secondaires (et se bourrer d'hormones pendant 40 ans, ne me dites pas que ça n'a aucune influence sur le corps), ainsi que les effets financiers aussi (combien d'entre vous partagent le prix de leur contraception avec leur compagnon???? )
Je trouve donc ça vraiment super bien de responsabiliser les mecs. (après, peut-être que la campagne est trop violente, mais l'idée est très bonne)

2. Le 15/04/2010, 08:47 par Le Journal de Chrys

Je crois que parfois il faut "taper fort" pour que les moins intéressés ouvrent un oeil et tendent l'oreille. Certes tous les garçons ne sont pas comme ça (et on le sait) mais hélas.... beaucoup!!!! Car oui, à l'adolescence, on ne se préoccupe peu de ces choses-là quand on est un garçon.

3. Le 15/04/2010, 09:36 par Petula

Quand j'ai découvert ces spots, ils m'ont fait sourire, mais je ne suis pas "la cible" de ces spots.
C'est une caricature de nos jeunes garçons, mais jusqu'à quel point ? Nombreux sont encore ceux, les garçons particulièrement, qui abordent la sexualité, la prévention et la contraception avec une certaine désinvolture malheureusement.
Multiplions les campagnes avec des styles différents pour toucher un maximum de personnes.

Par ailleurs, le site "choisirsacontraception" est très bien fait et très facile d'utilisation.

4. Le 15/04/2010, 10:50 par laetitia

très bien ce site, j'espère que le message passera auprès de nos ados...

5. Le 15/04/2010, 12:08 par elifsu

Elles sont quand même super extra géniales les vidéos ou c'est moi qui suis de bonne humeur aujourd'hui ?

Avec bande de copines, dans association où l'on travaille avec des jeunes, on avait déliré un jour sur l'idée de faire des petits films où l'on échangerait les rôles de F et des H, juste pour montrer qu'un certain nombre de comportements très fréquents vis-à-vis des filles ne passerait pas du tout si c'était vis-à-vis des mecs (Petits commentaires du quotidien, sexisme de base, discret, sournois, partout, tout le temps. Celui qui n'est pas méchant, qui fait rire tout le monde)

Merci pour ce billet qui m'a fait découvrir avec enthousiasme ces vidéos !

("quant à" prend un t)

6. Le 15/04/2010, 12:09 par Emma

C'est très bien de rappeler qu'un enfant ça se fait à 2 et que les garçons sont aussi concernés, qu'ils ont des responsabilités.. mais personnellement, sauf couple stable d'adultes, il ne viendrait jamais à l'idée de confier à qqun d'autre la charge de ma contraception. Non non, trop risqué, c'est mon corps, mon destin, et je ne vais pas e confier la destinée à qui que ce soit. Et jamais je n'encouragerais une fille à compter sur son partenaire pour ça (sauf couple adulte, stable...), c'est son corps, son destin, alors OK c'est lourd à gérer, mais elle en est seule responsable. En fait à mon avis c'est chacun qui doit gérer sa propre fertilité. Au moins ça nous évitera les couinements de mecs qui se sont fait faire un "enfant dans le dos" ;-)). A eux de mettre des capotes ou de militer pour une pilule pour mecs ;-)

7. Le 15/04/2010, 14:30 par pupuce

je plussoie Zoé.

l'agressivité du message est justifiée, et c'est encore mou même, je trouve, au regard de l'inégalité dans le domaine!

Quand on pense à ce qu'on subit en tant que femmes, entre les examens annuels (dites à un mec d'aller se faire tripoter tous les ans dans ces parties là pour éviter un bébé, tiens), les effets secondaires de la chimie (annoncez à un mec qu'il va prendre 12 kilos/ retrouver l'acné de ses 14 ans/gonfler du bide/perdre ses cheveux/ faire une dépression... pour éviter le bébé, on va rire aussi), l'invasion du stérilet (toi aussi mâle dominant, porte un objet métallique dans ton corps et saigne des litres tous les mois), la pose/le retrait soi disant indolore de l'implant (toi aussi mâle dominant prends toi un coup de scalpel sans anesthésie)...je ne parle même pas de l'enfantement quand il a lieu, ce serait trop long... et en face on a quoi? des mecs qu'il faudrait préserver, ménager, parce qu'ils n'ont pas d'autre choix que de nous faire confiance en la matière?
ils ont les choix qu'ils se donnent, comme nous, et y'en a marre de les ménager.
un garçon peut très bien fonctionner au préservatif, il n'y a pas tant de ratés que ça, encore faut-il que le mec s'implique un peu pour savoir s'en servir (je rappelle qu'en la matière le discours dominant est encore de dire que c'est la fille, encore elle, qui doit aider à la pose de la capote, et même faire en sorte que l'érection demeure. youpi. on ménage même leur organe, ils en ont de la chance, eux).

8. Le 15/04/2010, 15:50 par Shane

J'ai été très étonnée de l'ignorance des garçons avec qui j'ai eu à discuter de contraception... Ils ne savaient pratiquement rien du fonctionnement de nos corps, ça leur passait au-dessus, je trouve ça effrayant à quel point... Et en effet, le coût financier, et en temps (rendez-vous chez la gynéco 2 fois par ans) incombe certainement en général à la femme, qui gagne moins par dessus le marché !
Personnellement je suis plus tête en l'air que mon compagnon, je lui ferai confiance s'il devait porter la responsabilité de prendre le contraceptif... Le mieux étant à mon avis que les deux membres du couple le fassent, surtout s'il s'agit de relations moins stables et établies. (et en plus il y en a pour se plaindre que c'est toujours au mec de prévoir le préservatif, je trouve que si la fille prend la pilule et le mec fournit les préservatifs, c'est plutôt pas mal déjà, puisque c'est la combinaison qui permet à la fois d'éviter les MST et les grossesses indésirées)

9. Le 15/04/2010, 17:17 par ajuga

Suis d'accord avec Emma.
Oui bon, d'accord l'amour ça se fait à deux, mais comme c'est toujours la même personne qui se retrouve avec la conséquence d'une erreur, si j'étais cette personne-là, eh bien je ne ferais confiance à personne et surtout dans des relations pas stables.
Qu'en plus, mais EN PLUS seulement, je demande, et même j'exige que mon partenaire utilise une capote, c'est une protection indispensable, mais contre les maladies, en tant que contraceptif je serais une femme, ben j'aurais drôlement pas confiance.

à part ça Olympe les vidéos ne m'ont pas fait rire, je ne les ai pas vues, on n'a pas la télé et quand on les regarde spécialement, ben bof... suis pas sûr de leur efficacité sur les mecs.

10. Le 15/04/2010, 17:19 par polluxe

Je trouve ces vidéos très bien et pas si dures que ça. Inverser les rôles est un bon moyen de déconstruire les préjugés.

Il y avait eu il y a quelques années un très bon téléfilm construit comme ça (je ne sais plus le titre) où tout en gardant des looks masculins et féminins, les rôles sociaux et les attitudes étaient inversés : les femmes avaient des jobs importants et rentraient le soir pour mettre les pieds sous la table, les hommes étaient profs et s'occupaient de la maison et des enfants...

Sinon je suis d'accord avec Zoé pour dire que le préservatif et le moyen le plus simple et le plus égalitaire.

11. Le 15/04/2010, 21:26 par ali

"""Ils demandent vaguement à la fille si elle prend la pilule, et dans l'affirmative, ne se posent plus aucune question..."""

Il faut avouer que c'est un problème quand même assez compliqué. Dans ce que tu décris, soit on respecte la parole de celle qui dit qu'elle prend la pilule, soit on se pose plus de question.
De toute manière ce sujet sera toujours très compliqué, ce n'est pas évident de trancher d'un point de vue philosophique si lors d'une copulation on est responsable du corps de l'autre. Est-ce que les conditions de la liberté, des femmes comme des hommes, n'est pas une société individualiste où chaque personne est responsable de son corps ?

12. Le 15/04/2010, 21:36 par Peuples

j'ai entendu un spot ce matin à la radio. Ma crise de foie est passée, je traite ça ce WE.

bises

13. Le 16/04/2010, 09:52 par Aestilli Ellie

Je suis dubitatif quant à ce spot... Il pourrait être positif (permettre aux garçons de se mettre à la place des filles -il faudrait tout de même que le garçon ait un jeu un peu plus convainquant. La fille, elle, joue très bien- ) mais si le message est qu'il est important que les garçons doivent surveiller que les filles prennent bien la pilule, si le message est qu'ils doivent choisir avec elle la contraception qu'elle devront utiliser, c'est alors une manière d'entrer en possession du corps des femmes et subordonner celles-ci au véto masculin. La pilule ne se choisit pas comme on achète une simple descente de bain et le choix de la pilule est encadré par des spécialistes (les gynécologues) qui savent quelle pilule conviendra ou non à une femme (car il s'agit d'hormones et, le corps de chaque femme étant différent, il n'existe pas de pilule standard convenant à toutes). Mais dans le panel proposé par le gynécologue, le choix appartient à la femme et à elle seul, tout comme le choix du type de contraception et, en cas de grossesse, s'il convient de faire une IVG ou non. S'il est essentiel que les garçons se sentent un peu plus concernés par les décisions des filles (faire ou non une IVG, le fait de prendre ou non une contraception, le fait de s'habituer à avoir la présence d'esprit de rappeler à la copine si elle oublie la pilule), ils n'ont pas à prendre de décision ou même de co-décision, ni même d'exercer quelque pression que ce soit en la matière. Il s'agit du corps d'une femme, les décisions le concernant lui appartiennent à elle, et à elle seule.

Si je suis perplexe, si je suis dubitatif, comme je l'ai dit en début de commentaire, c'est parce que l'objet de ce spot est équivoque. Il peut vouloir signifier beaucoup de choses avec, entre autres, le fait que les garçons ne se désolidarise pas de leurs copine en se disant "Ca [la contraception], c'est un truc de filles, je m'en fous. C'est à elles de faire gaffe". Mais ce spot peut être compris également de bien d'autres manières différentes, comme par exemple "Avez-vous bien pensé à surveiller que votre amie prend bien ses pilules ? Avez-vous vérifié ? Avez vous contrôlé la régularité ? Avez-vous veillé à parer l'insouciance et encadrer le comportement irresponsable de votre amie ? Car son corps est un peu le vôtre et si vous ne voulez pas avoir de gosse, il faudrait veiller à ce qu'elle n'en ait pas" et là, le message devient franchement négatif. C'est le côté ambiguë du spot que je réprouve et les possibles messages négatifs qu'il envoie.

14. Le 16/04/2010, 14:13 par Aestilli Ellie

De plus, la contraception masculine, je suis contre. Cela semble progressiste, égalitaire et, dans la forme, ça l'est... Mais dans le fond, c'est exactement le contraire. La pilule et l'IVG ont été revendiquées par les féministes pour que les femmes aient le contrôle de leur corps en choisissant ou non d'avoir une grossesse. "Un enfant quand je veux, si je veux", c'était le slogan scandé par les féministes. En prenant la pilule, les femmes ont le contrôle de leur corps et agissent de manière autonome. L'autonomie est une autre revendication féministe. Or en chargeant le garçon de prendre une pilule contraceptive, on charge le garçon d'un certain contrôle sur le corps de la femme. S'il oublie la pilule, et que la fille ne s'en rend pas compte, c'est son corps à elle (pas le sien à lui) qui en subira les conséquences. C'est elle qui subira les signes de la grossesse, l'IVG ou l'accouchement, c'est son corps à elle qui subira les nausées, c'est son corps à elle qui sera modifié, c'est la femme qui subira les conséquences physiques et sociologiques de la grossesse. Il est essentiel que les femmes gardent le plein contrôle sur leur corps. Ce n'est ni la propriété ni la copropriété de l'homme, de l'Etat ou de quelque religion que ce soit. La contraception masculine est un piège qui prend l'apparence d'une égalité de forme et non de fond.

15. Le 16/04/2010, 16:50 par Dorcha

Je sais que je pinaille, mais, Shane, un rendez-vous par an chez le gynécologue, ça suffit amplement (et même parfois tous les 2 ans si j'en crois M. Winckler).
Après, c'est vrai que je ne me vois pas confier la responsabilité de notre contraception à mon copain, même si j'ai totalement confiance en lui. Le fait que ce soit mon corps qui soit concerné au premier chef ( et ma paranoïa dans ce domaine) m'incite en prendre la responsabilité. Toutefois, pourquoi pas une pilule masculine en complément à celle que je prend? Je sais que ça m'aurait rassurée pendant ma dernière gastro.
Après, c'est comme tout, je crois pas qu'il y ai de remède miracle, mais peut-être qu'une véritable éducation sexuelle, pour les filles comme pour les garçons, ça pourrait aider.

16. Le 16/04/2010, 19:10 par Zoé

Je pense que l'idée de la campagne est quand même de dire "la contraception nous concerne tous les deux, femme et hommes". Et quand on couche avec quelqu'un c'est une responsabilité PARTAGÉE. Il n'est nulle part question de confier la contraception aux mecs, ou de la laisser aux femmes, mais justement de dire: "soyons responsables, le mec de ses spermatozoïdes, la nana de ses ovaires, et tout le monde sera protégé..." Il n'est nulle part question (dans la campagne en tout cas) de demander aux femmes de confier leur corps à leur partenaire, ou de renoncer à se protéger elles-mêmes avec ce qu'elles préfèrent comme moyen contraceptif.
Et le fait qu'un homme se protège AUSSI ne peut être que bénéfique...
On dirait à lire certains commentaires que l'un empêcherait l'autre...

Et je reviens avec mon préservatif, mais tant que tous le monde ne se sera pas mis en tête que la grossesse n'est malheureusement plus le seul risque d'un rapport non protégé, on continuera à avoir des problèmes.

17. Le 16/04/2010, 21:47 par olympe

Zoé, mes enfants ont entre 14 et 19 ans, alors je me sens plutot concernée !

Didier Goux, très dangereux la prière comme chacun le sait désormais !

sinon je vois que si les avis sont partagés sur les clips ils sont globalement plutot bien reçus.

Aestilli aeli il y a une autre façon de voir la contraception masculine.je précise que si je m'étonne que les hommes ne cherchent pas à mieux maitriser leur contraception ce n'est pas pour qu'ils le fassent à notre place (ce qui n'est envisageable que dans un couple très stable et d'accord sur le choix à faire en cas de grossesse non désiré) mais pour qu'ils ne se retrouvent pas avec "un enfant dans le dos", on a encore vu ça récemment avec cette histoire d'un père biologique qui revendique un enfant né sous X et adopté et dont il ignorait qu'il était le père.

18. Le 17/04/2010, 03:56 par Aestilli Ellie

Si la grossesse dépend de la prise de la contraception masculine, si, c'est alors une manière de s'approprier le corps féminin. Et Zoé, je me demande bien à quoi cela servirait-il que les deux partenaires prennent la contraception. Cela n'arrivera pas. Lorsque l'un saura que l'autre est sous contraception, il arrêtera de prendre la pilule. Et si c'est une femme, cela revient à dire qu'elle confiera son corps à son partenaire. Si c'est l'homme alors nous serons dans la situation actuelle. Si la contraception masculine est commercialisée, il suffira alors de retirer progressivement la contraception féminine ou bien rendre le prix de la 1ère bien plus abordable que celui de la seconde, et pourquoi pas faire en sorte que la 1ère soit 100 % remboursée par la sécu, pour que les hommes l'utilisent davantage que les femmes.

Le tout enrobé d'un discours sur l'aspect bénéfique pour la santé et le bien-être des femmes de retrouver des cycles naturels, un semblant de revendication égalitaire et une liberté enfin atteinte pour les femmes vantée par les médias et les publicitaires, et bien peu de gens ne se laisseront pas duper. Au bout du compte, la pilule contraceptive féminine sera retirée du marché car jugée moins rentable que la pilule masculine. Dès ce moment-là, le corps des femmes passera entièrement sous contrôle masculin.

Et je ne doute pas que, quelques temps plus tard la pilule masculine sera à son tour supprimée, progressivement.

On ne peut pas réclamer une égalité en matière de contraception car les rapport risques/bénéfices pour les femmes penche lourdement du côté des risques pour des bénéfices encore bien trop légers, flous et incertains.

On ne peut pas réclamer une égalité en matière de contraception car les conséquences ne sont pas les mêmes pour les femmes et pour les hommes. L'oubli de la prise de la pilule chez un homme n'aura pas de conséquence sur son corps parce que ce ne sera jamais luji qui sera enceint mais, par contre, son amie sera, elle, directement exposée dans son corps et dans son esprit. La pilule contraceptive masculine n'est pas une libération pour les femmes, c'est au contraire une nouvelle aliénation.

Tant que les hommes et les femmes ne pourront pas, l'un comme l'autre, tomber enceints, il n'y aura aucune égalité réelle devant la contraception et l'IVG. Or pour le moment, les hommes ne peuvent pas tomber enceints et les femmes, si. Cette différence génère en elle-même des conséquences différentes, même si apparemment, les hommes et les femmes prendraient la pilule.

Que les choses soient bien claires, je n'ai rien contre l'idée que les hommes puissent se mettre sous contraception. Si cela n'exposait pas les femmes à un risques de toutes sortes considérablement accrus, je compterais même parmi les premiers à acheter des pilules contraceptives masculines, mais j'ai parfaitement conscience de l'état la balance bénéfices / risques en net désavantage pour les femmes.

Je sais que certaines, peut-être comme Zoë, trouveront que j'anticipe un peu beaucoup mais dans ce type de circonstances ainsi que dans tous les secteurs sociologiques, il est indispensable d'anticiper et de mesurer les risques par rapport aux avantages. Si les féministes des années 60 n'ont pas revendiqué la contraception pour les femmes ET pour les hommes, elles avaient certainement leurs raisons qui ne devaient pas être très éloignées de celles que j'évoque. Je pense pouvoir l'affirmer car j'ai moi-même fait partie d'organisations féministes (la CADAC -Coordination des Associations pour le Droit à l'Avortement et à la Contraception- et le CNDF - Collectif National pour les Droits des Femmes- avec Maya Surdut) pendant plusieurs années et que l'Histoire et la cause des femmes ont toujours été des thèmes qui m'étaient chers (et encore aujourd'hui). Aussi, il existe deux expressions qu'il ne faut jamais oublier dans quelque combat politique que ce soit : "Vigilance est mère de prudence" et "L'anticipation est la meilleure des défenses"

Par ailleurs, méfions-nous car nous ne sommes pas du tout dans une période progressiste avec les gens les mieux intentionnés du monde. Le gouvernement a coupé les subventions du MFPF (Mouvement Français pour le Planning Familial), poussé d'autres associations féministes à mettre la clé sous la porte, a, en revanche, finacé des associations anti-IVG comme SOS Papa, Nicolas Sarkozy a dit qu'il voulait liquider l'héritage de mai 68, il a, au sein de son parti, des partis chrétiens (celui de Christine Boutin, par exemple), des partis d'extrême droite CPNT (Chasse, Pêche, Nature et Traditions), le MPF (Mouvement Pour la France) de Philippe de Villier, des anciens du mouvement d'extrême droite l'Occident (Patrick Devedjian, Gérard Longuet, Alain Madelin, François D'Orcival, Didier Schuller et Hervé Novelli), n'oublions pas non plus Jean-Paul Garraud anti-IVG qui a voulu créer le délit involontaire de grossesse donnant un statut juridique de personne au foetus afin de criminaliser les femmes ayant pratiqué une IVG, souvenez-vous, c'était l'amendement Garraud, en novembre 2003. Cet amendement avait soulevé un tollé des féministes qui connaissaient déjà bien le bonhomme... tous ces gens qui ne sont pas les plus farouches défenseurs des droits des femmes. Loin s'en faut !

Donc si le gouvernement diffuse ce type de spot, c'est qu'il a une idée derrière la tête, on peut en être sûr, et que cette idée ne va certainement dans le sens de l'égalité, des droits des femmes ou d'un plébiscite de l'IVG ou de la contraception...

19. Le 17/04/2010, 09:49 par Zoé

Ok.
Alors continuons à dire à nos fils, frères, amis:
"surtout, la contraception, c'est pas du tout ton problème. C'est le corps de la femme, c'est à elle de s'en occuper. si tu t'en mêles, ça veut dire que tu veux contrôler son corps, alors que toi tu t'en fous, tu ne tomberas pas enceint"

Et je pense que on peut réclamer l'égalité en contraception: ça s'appelle un préservatif, et contrairement aux autres moyens de contraception, ça protège aussi des maladies...

20. Le 18/04/2010, 13:23 par Aestilli Eliie

Le préservatif n'est pas un moyen de contraception. Les organisations féministes l'ont dit et répété. Elles ont toujours dénoncé cet amalgame un peu trop facile fait par des personnes qui luttent contre la contraception et des personnes sous-informées en la matière.

Maintenant, oui, bien sûr Chloé: ne t'en déplaise, le corps féminin n'appartient qu'aux femmes elles-mêmes, et oui, c'est à elles de s'en occuper. Cela ne veut pas dire que les hommes ont le droit de mépriser ce qu'elles traversent. Se sentir concerné, être solidaire, ne veut pas dire que l'homme doive adopter une attitude à risque vis-à-vis du corps des femmes. Il est possible de prendre part à la situation sans se l'approprier. Je ne sais pas si tu saisi la nuance, Zoé ou si pour toi, c'est invariablement du tout ou rien... Plutôt que de t'emporter sur le fait que l'idée d'une contraception masculine ne permet pas d'atteindre une véritable égalité et que ce serait même plutôt l'exact opposé, il vaudrait mieux réfléchir et prendre en considération les conséquences d'une telle démarche qui consiste à prôner la contraception masculine. La contraception masculine comporte des risques énormes, pas uniquement au sujet des grossesses non désirées qu'elle pourrait engendrer mais également, à terme, sur l'ensemble des avancées des droits des femmes. Il est grand temps de réfléchir aux conséquences multiples et essentiellement désastreuses pour les femmes qu'engendrerait l'introduction de la contraception masculine.

21. Le 18/04/2010, 16:26 par Zoé

C'est exactement parce que je pense que mon corps n'appartient qu'à moi que je considère que seul le préservatif me procure une protection "équitable" et sans effets secondaires lorsque j'ai des rapports sexuels. Je ne sais pas si les féministes appellent ça un moyen de contraception ou pas, mais sauf à être stérile, ça a plutôt bien fonctionné pour moi.
Par ailleurs, je pense que le débat tel que vous le posez est également "blanc ou noir": soit on considère qu'il est complètement déplacé, voir dangereux, de responsabiliser les mecs aux conséquences que peut avoir un rapport sexuel sans protection, et ce, pour des raisons x ou y. Soit on y voit une démarche intéressante visant à sensibiliser nos jeunes gars au fait qu'un rapport sexuel n'est pas anodin, et que même si ce n'est pas leur corps à eux qui souffriront des conséquences éventuelles, il est important qu'ils soient conscient du poids que ça peut être pour une femme et de ne pas juste ignorer la question.

Pour ce qui est de la contraception masculine, je ne me suis pas emporté sur le sujet, puisque je n'en ai même pas parlé mis à part la référence à l'urgence que tous les mecs sortent couverts... c'est à dire accompagnés de leur petit capuchon (d'autant plus que à ce que je sache, il n'existe pas d'autre contraception masculine sur le marché...).
Mais toute cette discussion résulte sans doute d'un malentendu ... alors que je voulais juste signifier que le fait qu'un femme prenne la pilule ne devait jamais empêcher un mec de mettre un préservatif, vous avez compris que je parlais de pilule (ou autre) masculine. Ce qui n'est pas le cas.

22. Le 19/04/2010, 07:57 par Aestilli Ellie

Zoé, il semble que nous ayons quelques problèmes pour nous comprendre.

Je le redis une fois de plus et aussi clairement que possible :

Sensibiliser les garçons, oui.

Leur donner un pouvoir sur le corps des femmes en faisant courir un risque supplémentaire à ce dernier, non.

Pour ce qui est du préservatif, c'est pareil. Les pilules sont fiables à 99% et sont spécifiquement conçues pour être un outil contraceptif. Le préservatif n'est pas conçu en ce sens et est moins fiable pour arrêter les spermatozoïdes et empêcher ceux-ci de féconder l'ovule que pour bloquer un virus contenu dans le sperme. Il existe tout de même des différences fondamentales. Le préservatif a précédé la pilule contraceptive, et si l'on a inventé la pilule contraceptive, c'est pour assurer une meilleure efficacité contre les grossesses indésirées.

Que tu n'aies pas rencontré de problème particulier, grand bien te fasse et je souhaite que tu n'en rencontres jamais, si tu souhaites jouer avec le feu, ça te regarde, il est inacceptable que tu exposes les autres femmes à des risques sous l'unique prétexte que pour toi, ça a marché. Si tu veux convaincre d'autres femmes d'utiliser le préservatif comme moyen contraceptif, il est important que tu sois honnête avec elles en leur annonçant que cela comporte des risques car cette méthode est la moins sûre des méthodes contraceptives (pilules, stérilets, ...). Après, c'est à elles de décider si oui ou non elles t'emboîtent le pas en toute connaissance de cause. Enfin, il est important de préciser que le préservatif comme outil contraceptif a une marge d'échec qui peut s'élever jusqu'à 15 % pour le préservatif masculin et jusqu'à 25 % pour le préservatif féminin, alors que la pilule est fiable à plus de 99 %. Une fois que ces informations sont données, à chacune de voir...

Le préservatif est avant tout conçu pour protéger des MST et des IST. C'est un ustensile qui n'est pas adapté à la contraception.

Ensuite je le redis, que les mecs soient sensibilisés à la question, c'est important. Mais ils doivent se limiter à ça. Ils n'ont pas à endosser une responsabilité qui exposerait le corps des femmes, car ce n'est pas le leur et les femmes verraient à nouveau leur corps leur être confisqué, les exposant dans ce cas précis, à être à la merci de la malveillance, des négligences ou des oublis des hommes.

En utilisant le préservatif, c'est un peu la roulette russe. Il faut quand même le savoir. Après, libre à toi d'y jouer ou non.

23. Le 19/04/2010, 07:59 par Aestilli Ellie

erratum : "Leur donner un pouvoir sur le corps des femmes en faisant courir un risque supplémentaire à CE DERNIER (et non "à ces derniers", je parlais bien du corps des femme et non des hommes), non".

24. Le 19/04/2010, 08:02 par Aestilli Ellie

erratum : "Leur donner un pouvoir sur le corps des femmes en faisant courir un risque supplémentaire à CE DERNIER (et non "à ces derniers", je parlais bien du corps des femme et non des hommes), non".

25. Le 19/04/2010, 08:04 par Aestilli Ellie

Zoé, il semble que nous ayons quelques problèmes pour nous comprendre.

Je le redis une fois de plus et aussi clairement que possible :

Sensibiliser les garçons, oui.

Leur donner un pouvoir sur le corps des femmes en faisant courir un risque supplémentaire à ces derniers, non.

Pour ce qui est du préservatif, c'est pareil. Les pilules sont fiables à 99% et sont spécifiquement conçues pour être un outil contraceptif. Le préservatif n'est pas conçu en ce sens et est moins fiable pour arrêter les spermatozoïdes et empêcher ceux-ci de féconder l'ovule que pour bloquer un virus contenu dans le sperme. Il existe tout de même des différences fondamentales. Le préservatif a précédé la pilule contraceptive, et si l'on a inventé la pilule contraceptive, c'est pour assurer une meilleure efficacité contre les grossesses indésirées.

Que tu n'aies pas rencontré de problème particulier, grand bien te fasse et je souhaite que tu n'en rencontres jamais, si tu souhaites jouer avec le feu, ça te regarde, il est inacceptable que tu exposes les autres femmes à des risques sous l'unique prétexte que pour toi, ça a marché. Si tu veux convaincre d'autres femmes d'utiliser le préservatif comme moyen contraceptif, il est important que tu sois honnête avec elles en leur annonçant que cela comporte des risques car cette méthode est la moins sûre des méthodes contraceptives (pilules, stérilets, ...). Après, c'est à elles de décider si oui ou non elles t'emboîtent le pas en toute connaissance de cause. Enfin, il est important de préciser que le préservatif comme outil contraceptif a une marge d'échec qui peut s'élever jusqu'à 15 % pour le préservatif masculin et jusqu'à 25 % pour le préservatif féminin, alors que la pilule est fiable à plus de 99 %. Une fois que ces informations sont données, à chacune de voir...

Le préservatif est avant tout conçu pour protéger des MST et des IST. C'est un ustensile qui n'est pas adapté à la contraception.

Ensuite je le redis, que les mecs soient sensibilisés à la question, c'est important. Mais ils doivent se limiter à ça. Ils n'ont pas à endosser une responsabilité qui exposerait le corps des femmes, car ce n'est pas le leur et les femmes verraient à nouveau leur corps leur être confisqué, les exposant dans ce cas précis, à être à la merci de la malveillance, des négligences ou des oublis des hommes.

En utilisant le préservatif, c'est un peu la roulette russe. Il faut quand même le savoir. Après, libre à toi d'y jouer ou non.

26. Le 19/04/2010, 21:32 par olympe

précision sur l'efficacité du préservatif d'aprèsle site choisir sa contraception: "S'ils sont correctement utilisés, il n'y a que 3 % d'échecs. Avec une utilisation moins " soigneuse " les échecs peuvent être plus importants, jusqu'à 14 %. ", la pilule est efficace à 99% à condition qu'on la prenne régulièrement. Les stérilets sont "d'une très grande efficacité "

sinon j'avoue Aesti llie Ellie que je n'avais jamais vu les choses sous cet angle là. Que la mise au point d'une pilule masculine serait faite au détriment de la notre ?? a réfléchir

en tout cas je ne crois pas que les femmes arrêteraient de prendre leur propre contraception, sauf peut être dans un couple stable comme je l'ai déja dit.

en tout cas pour l'instant les hommes, qui ne sont pas tous de mauvaises fois s'exposent à payer une pension alimentaire pour un enfant qu'ils n'ont pas du tout désiré.

27. Le 25/04/2010, 21:16 par muse

Cette campagne est une très bonne chose pour botter moralement les fesses aux hommes.
Et ouf, pour une fois, peut-être parce que ça vient de l'INPES, ce n'est pas une campagne qui est sanctionnée ou censurée par les groupements cathos intégristes.
Donc une très bonne chose.

La coresponsabilité en matière de contraception et de sexualité c'est la base de la bonne marche d'un couple.
Et je m'étonne encore qu'on ne parle que de la pilule comme moyen de contraception.
Contraception aujourd'hui inadaptée.
Les contraceptions d'avenir sont le patch, l'implanon, l'anneau vaginal, hélas pas remboursés, chers et quasiment pas médiatisés par les gynécologues.

En tant qu'enseignante, je peux dire aisément que les jeunes hommes que j'ai en cours (160 par semaine) ne prennent aucun préservatif dès lors qu'ayant plus de 3 rapports sexuels avec la même fille. Donc tout repose sur les épaules des filles.
Beaucoup d'échecs, de jeunes qui se retrouvent pères avant de l'avoir désiré et des filles mamans à 17 ans. Les enfants sont élevés par les grands-parents et par l'école.

Et plus grave, quand je parle avec la majorité des élèves adultes que j'ai en cours, de contraception, la quasi totalité n'ont quasiment jamais utilisé un préservatif. C'est considéré par les hommes comme seulement en cas d'instabilité, d'aventure sans lendemain et de truc super chiant.
Tout repose sur les dames.
Voilà la mentalité.

Donc les pubs n'ont absolument rien de violent mais au contraire très bien faites pour un peu faire comprendre aux hommes, aux jeunes, ce qui se passe lors de rapports sexuels non protégés ou mal protégés.

Une double contraception devrait être évidente pour chaque ado qui démarre sa vie sexuelle.
Un suivi sexologique pour les deux sexes et pas seulement gynéco pour les filles devrait être obligatoire dès 15 ans.
De moins en moins d'éducation sur l'anatomie humaine. J'ai des élèves ados comme adultes qui me dessinent les seins d'une femme au niveau de l'arrondi des épaules (façon épaulettes) et le nombril au niveau du sternum ou pire près du pubis. C'est dire l'indigence en matière de biologie humaine.
Quand je fais des cours de modèle vivant ou de modelage de nus, mis à part ricaner adultes et ados sont incapables de placer les muscles au bon endroit. C'est navrant!
Donc urgence côté éducation à la sexualité autant pour les filles que les garçons.

Parler d'autres moyens de contraception que la pilule. Parler du désir aussi qui n'a rien à voir suivant chaque personne et qui évolue suivant l'âge, les goûts et les changements existentiels.
Et parler de responsabilisation.

Capote et contraceptif féminin ensemble.
Pas se décharger sur l'autre.
C'est trop facile.
Et comme par hasard, c'est toujours nous femmes qui payons les pots cassés.

28. Le 25/04/2010, 21:54 par Mohican

L' implanon a un Taux de remboursement SS de 65 % contrairement à ce que vous dites.

"Un suivi sexologique pour les deux sexes et pas seulement gynéco pour les filles devrait être obligatoire dès 15 ans." : pourquoi "obligatoire" ? et les contrevenants on les envoie dans des camps de rééducation ?

"Pas se décharger sur l'autre" : ça, c'est forcément de l'humour....

29. Le 26/04/2010, 17:38 par muse

Ravie d'apprendre qu'il y a un remboursement pour l'implanon. Ca doit être récent. La dernière fois que j'avais demandé, ce n'était pas remboursé.

Obligatoire oui car aucun parent ni aucun prof (hormis quelques exceptions comme moi) n'est prêt à faire une démarche d'éducation à la sexualité. Or c'est éminemment nécessaire. Si les ados étaient mieux informés sur leurs corps et comment aborder la sexualité, ils seraient bien moins frustrés, plus épanouis, plus sereins et toute leur vie sexuelle d'adulte mais aussi amoureuse en serait transformée et améliorée: à tous points de vue.

Donc pourquoi les garçons n'iraient pas comme les filles vers l'âge de quinze ans, consulter un sexologue pour s'informer sur leur sexualité, sur la sexualité à deux, la contraception à mettre en place à deux aussi et seul. Avec au moins les 3 premières visites obligatoires sur 3 ans. Car sans cette obligation la plupart des garçons arrivent à la sexualité comme des consommateurs. Il n'y a dans leur tête aucun sens des responsabilités au niveau sexualité. La capote tout le monde est d'accord dans la théorie, dans la pratique, au bout de 3 rapports sexuels avec la même fille, c'est fini. Et après c'est dérobade dès que la jeune fille se retrouve enceinte...

La plupart des jeunes filles aujourd'hui ont leur maman qui les envoie toutes dès leurs premières règles chez le gynécologue, à la fois pour la pilule mais aussi pour leur expliquer un peu leur corps, parler sexualité, désir, plaisir, peurs diverses et variées...
Ca ferait du bien aux garçons d'avoir l'équivalent au niveau visite chez un spécialiste de ces questions.
Et ce ne serait pas du luxe étant donné la méconnaissance et l'indolence des ados garçons mais aussi des hommes vis à vis de la contraception.

Eh oui, se décharger sur l'autre, c'était de l'humour ;-) Ca m'arrive.
Et puis étant femme fontaine et heureuse de l'être depuis 15 ans, c'est une façon rigolote de dire aux autres filles qu'elles ont aussi la possibilité d'éjaculer en jouissant même si c'est très différent de ce qu'expulsent les garçons.
Même les filles déchargent et toutes peuvent y parvenir! ;-))

Une petite vidéo éducative avec explications médicales du sexologue Christian Genest:

http://www.youtube.com/watch?v=B-82...

La discussion continue ailleurs

1. Le 17/04/2010, 16:23 par le blog de polluxe

inverser les rôles

L’INPES (Institut national de prévention et d’éducation pour la santé) continue sa campagne de com’ pour la contraception en direction des adolescents sur le thème : Faut-il que les garçons soient enceintes pour que la contraception n......

2. Le 18/04/2010, 00:19 par le blog de polluxe

inverser les rôles

L’INPES (Institut national de prévention et d’éducation pour la santé) continue sa campagne de com’ pour la contraception en direction des adolescents sur le thème : Faut-il que les garçons soient enceintes pour que la contraception n......