Suite du billet sur l'Epididyme de rentrée

Vous voyez un nom de femme dans cet article ?

Nikos Aliagas contre Marc-Olivier Fogiel. Guillaume Durand face à Jean-Jacques Bourdin, Nicolas Demorand pour faire pièce à Vincent Parizot. Cette saison encore, les radios ont décidé de livrer bataille dès les premières heures du matin.

Lire la suite de cet article du Monde

Commentaires

1. Le 04/09/2009, 20:41 par Grain

En lisant, je me suis aperçue que c'est sans doute pour ça que j'écoute si peu la radio. Je n'y avais jamais pensé

2. Le 04/09/2009, 22:50 par isabelle

là c'est du sérieux, on parle gros sous !

3. Le 05/09/2009, 04:23 par Callune

Bonjour Olympe,
Je vous lis depuis un moment, mais c'est mon premier post.
J'ai un nouveau candidat pour l'Epididyme de rentrée.
J'ai regardé ce soir la première de "Vous aurez le dernier mot", mag. animé par Franz-Olivier Giesbert. Une seule femme sur le plateau : Rama Yade, qui a d'ailleurs eu un mal de chien à en placer une.
C'est vrai, ça, ça finit par agacer...

4. Le 05/09/2009, 19:05 par emanu124

Tiens Didier Goux fait sa provoc' ...
Il est mignon.
Sinon, la radio, qu'est-ce que tu veux que je te dises ?
La voix féminine ne serait-elle pas radiophonique ??

5. Le 05/09/2009, 21:13 par olympe

Grain, moi non plus je n'avais pas remarqué mais désormais chaque fois que j'écoute la radio ça me frappe

Callune, effectivement je suis toujours à la recherche de candidats pour les épididymes. merci je vais aller voir

Didier, non vous n'avez pas bien lu la définition de l'épididyme, "Le prix est décerné chaque mois à un média ou une manifestation ayant dépassé le taux admissible de testostérone.". Il vous faudrait donc organiser une grande manifestation (essayez par exemple une rencontre de blogueurs à la comète, pas juste un apéro) sans femmes. Et dans ce cas faites des photos svp pour que ça soit joli sur mon blog

Manu les voix si, mais elles ont toujours l'air moins sérieuses je suppose. parceque je ne suis pas allée plus loin mais il serait aussi interessant d'analyser les émissions qui leurs sont réservés (sujets de société, jamais économie ou politique)

6. Le 06/09/2009, 05:41 par Callune

Les voix féminines à la radio ? Toute une génération a adoré la délicieuse voix féminine de FIP... Ah ! ce ton primesautier décalé dans les embouteillages...

7. Le 07/09/2009, 11:33 par Jean-Jacques

Dans la plupart des secteurs économiques, la concurrence est très importante. J'imagine mal une entreprise recruter un homme plutôt qu'une femme si la productivité globale de celle-ci (en tenant compte de tous les paramètres, même les plus difficiles à chiffrer comme l'agréabilité vis à vis des collaborateurs) est supérieure à celle de l'homme ne serait-ce que de 1%.

La discrimination est dommageable pour la personne discriminée, mais elle coûte cher aussi à l'employeur.

En fait, dans une économie libérale, on peut se demander si les entreprises qui discriminent ne sont pas vouées à la faillite (sauf si le secteur est peu concurrentiel ou s'il y a une telle abondance de candidats compétents et ex-aequo qu'on peut se permettre de trancher sur la base de critères qui n'ont rien à voir avec les tâches à accomplir - des situations qui ne durent jamais bien longtemps.

8. Le 07/09/2009, 12:26 par Suzanne

Mieux vaut ne pas provoquer Didier Goux, sinon il va nous faire le coup de la Fallope d'Or mens(tr)uelle.

9. Le 22/09/2009, 18:46 par Callune

Une nouvelle proposition pour l'épididyme. Je sais qu'avec cette rencontre Natureparif on sort un peu des grands médias, par contre, on se trouve bien dans le fonctionnement courant de nos institutions...
http://www.natureparif.fr/fr/agir
C'est en regardant la vidéo que j'ai été frappée par toutes ces belles voix d'hommes, magnifiées par le montage rapide.
La liste des intervenants se trouve dans les actes (doc à télécharger) : 15 intervenants, dont 3 femmes. Une des trois n'apparaît pas dans la vidéo, la deuxième est la belle Marianne Denicourt qui est là pour faire joli. Dans la vidéo, il ne reste donc qu'une femme pour sauver la biodiversité des genres parmi les contributeurs.