Une dent cassée

Depuis quelques temps, plusieurs de mes commentateurs s'acharnent à essayer de démontrer que les hommes sont les premières victimes d'une société où bonnemine.gif les femmes seraient en passent de prendre tous les pouvoirs et de les écraser.

Le mouvement masculiniste est très actif semble-t-il au Québec et mes visiteurs, qu'ils soient de France ou d'outre atlantique font vraisemblablement partie de cette mouvance. Leur stratégie consiste :

1/ à contester tout ce que je dis, au motif premier que revendiquant l'égalité hommes/femmes ils supposent que mon vœu le plus cher serait de castrer tous les malheureux hommes croisant ma route (je les rassure mon mari se porte très bien)

2/ à nier toutes injustices envers les femmes et même à retourner les arguments pour démontrer que si la société est sexiste c'est envers les hommes.

Je ne souhaitais pas leur faire de la pub mais puisqu'ils tiennent autant à polémiquer autant que ce soit sur leur terrain et leurs blogs parcequ'ici ils font fuir les autres commentateurs(trices) et j'en ai assez de leurs critiques personnelles. Il en est même qui n'ont pas hésité à me classer dans la catégorie nazisme.

Ce mouvement insiste notamment sur le fait que les hommes sont tout autant victimes de violences conjugales que les femmes et notamment de violences psychiques.

Qu'en est-il en réalité des violences conjugales envers les hommes ? Le ministère de l'intérieur a publié pour 2007 une étude complète sur les décès au sein du couple en 2007.

De l’étude, il ressort que :

1 femme décède tous les 2,5 jours, victime de son compagnon ou ex-compagnon.De plus en 2006 avait été déploré le décès collatéral de 11 enfants, 1 en 2007 mais les faits divers collectés en 2009 font état de plusieurs enfants tués en même temps que leur mère..

1 homme décède tous les 14 jours (ce que clame effectivement mes commentateurs)

Les femmes représentent donc 86,5 % des cas et le rapport prend la peine de préciser que sur les 26 femmes auteurs d’homicide sur des hommes, 10 d’entre elles étaient victimes de violences de la part de leur partenaire .

Toutes les violences sont condamnables quels que soient le sexe, l'âge, la profession etc de la victime, et personne ne cherche à démontrer que les hommes sont tous violents. mais s'il importe de parler spécifiquement des violences faites aux femmes c'est parcequ'il serait temps d'arrêter l'hécatombe.

166 femmes décédées en 2007 Sur le blog "derrière les chiffres " nous en avons recensé pour 2009 52 à ce jour sans prétendre être exhaustives puisque nous reprenons les articles de presse portés à notre connaissance.

Pourtant je n'ai pas le sentiments que les médias prennent la mesure de tous ces drames. Avez vous entendu parler de l'un de ces procés ? Non ! pas assez sensationnel. Le seul qui ait fait la une des journaux récemment est celui d'une femme ayant tué son riche amant, avec pour pimenter les journaux télévisés soirées partouzes et costumes latex.

Aujourd'hui on trouve dans Libé de Rennes un article retraçant comment une boxeuse a cassé une dent à son conjoint. C'est pain béni pour un journaliste qui se revendique certainement comme l'honneur de sa profession. Aucun des stéréotypes sexistes de bases. n'y manque : une femme boxeuse frappe son homme. Tous les détails sont donnés elle mesure 1m70 et pèse 85kg tandis que lui fait 1,50m et 55kg. Je suppose, bien que ce ne soit pas précisé, qu'elle a du poil aux jambes et lui une petite quéquette.

Bref, un bel exemple de la façon dont la presse française traite le sujet des violences conjugales.

Commentaires

1. Le 21/07/2009, 17:59 par Le Monolecte

Bon, maintenant, on voit tout de même des hommes en être réduits à s'épiler le scrotum à la cire... les pauvres!

2. Le 21/07/2009, 18:00 par frieda l'écuyère

Je savais pas qu'Eric Zemmour sévissait sous un pseudo à Libé Rennes :-)

3. Le 21/07/2009, 18:09 par Gaël

hé ho c'est pas parce qu'on est petit qu'on a une petite quequette !!!

4. Le 21/07/2009, 18:21 par Gaël

j'arrive de chez le quebecois... ben dis donc... j'ai parfois l'impression de vivre dans un autre monde

5. Le 21/07/2009, 18:26 par olympe

Monolecte, ah l'épilation. nous en avons longuement discuté avec hypos le fameux soir après que je sois retournée à l'usine.

Frieda, je ne pense pas que le journaliste de libé rennes le fasse exprès. il a juste trouvé ça amusant

Gaël, c'est pas parcequ'il est petit, c'est parcequ'il se fait taper par une gonzesse.

6. Le 21/07/2009, 18:33 par Nemo

Il y a comme une réaction infantile de la part de ces hommes, comme s'ils ne supportaient que l'on prêtât une attention particulière à quelqu'un d'autre qu'eux.
C'est toujours étrange les commentateurs qui viennent s'offusquer qu'on ne parle guère d'autres injustices dans un billet consacré à une injustice spécifique...je suis persuadé qu'il y a comme un manque affectif qui n'appelle qu'à être comblé. Un peu comme lorsqu'un enfant se met à pleurer, son voisin se met à pleurer plus fort pour attirer les faveurs de la figure maternelle...

Dénoncer une injustice, ce n'est pas nier les autres. Ce n'est pas un concours de la cause la plus triste.

7. Le 21/07/2009, 18:35 par Nemo

Oups, petit problème de connexion désolé...

8. Le 21/07/2009, 18:41 par Gabrielle

tu as bien fait de remettre les choses au clair.

j'entends souvent dans mon entourage: "non, le féminisme c'est très bien MAIS il faut reconnaître que pas mal d'hommes sont complètement déboussolés, les pauvres, il ne savent plus comment faire, essaie de les comprendre, les féministes sont sans doute allées trop loin et ont trop demandé"
mais cela dit ce genre de choses répétées à l'envi, et relayée par les médias, (ex: une émission d'Arte assez récemment, "le Mâle du siècle" je crois qui interviewait quelques dinosaures du genre) finit par rentrer dans le crâne et je me surprend à douter.
mais finalement, comment peut-on trop demander l'égalité?

9. Le 21/07/2009, 18:43 par isabelle

dans les écoles de journalisme on apprend que
- un chien mord un homme, ce n'est pas une info
- un homme mord un chien, c'est une info coco !
Officiellement, on n'apprend pas que
- un homme tabasse ou tue une femme, ce n'est pas une info
- une femme casse une dent à un homme c'est une info
Mais c'est implicite... Ce qui est dans l'ordre des choses n'est pas une info. pffff y a du boulot !

10. Le 21/07/2009, 19:13 par Suzanne

J'ai cliqué sur le lien de votre billet qui compare le féminisme et le nazisme. Ne vous mettez pas martel en tête, qui prend au sérieux des trucs comme ça ?

L'article sur la boxeuse, c'est de l'anecdote journalistique. Je ne pense pas que ce soit à mettre sur le compte d'un esprit partisan anti-féministe. Comme il n'y a pas mort d'homme, ça fait rire comme du catch féminin, comme une photo d'un type minuscule et maigre enlaçant une géante obèse, c'est tout.
On sait bien, tout le monde le sait bien, que dans le monde entier les femmes se font tabasser et en crèvent, bien plus que leur conjoint quand il y a des différents conjugaux. Pas besoin d'être sociologue pour savoir ça. Les enfants aussi se font tabasser jusqu'à en rester handicapés, ou mourir "accidentellement". Et ils se font battre et tuer majoritairement par des hommes: père, beau-père, mais la plupart du temps avec la complicité (effrayée, indifférente ou active) de leur mère. Je crois que c'est le même type de violence, celle du plus fort qui cogne pour se faire obéir, du type qui compense son sentiment d'infériorité dans la vie par un comportement de brute chez lui. Il y a aussi l'alcool . Je ne dis pas ça pour excuser l'assassin, hein, mais combien de "corrections" qui tournent mal sont administrées par des types complètement bourrés, sur des femmes qui se font régulièrement taper dessus et qui n'arrivent pas à se rendre compte qu'elles sont en danger de mort ou qui ont atteint le stade où on ne peut plus se rendre compte de quoi que ce soit et reproduisent le même type de violence sur les enfants ou sur les aïeuls ?
C'est un problème vieux comme le monde et très complexe, et tous les efforts pour essayer d'endiguer ces violences sont honorables.

Quels sont les pays où les femmes sont le moins maltraitées ?

11. Le 21/07/2009, 19:15 par Antisthène

Si tu ne te faisais pas la complice du système d'état misandre en occultant les chiffres de la violence conjugale contre les hommes, tu aurais peut-être moins de commentaires désagréables.

Tu donnes ci-dessus toi-même la liste des victimes de meurtre conjugal : il y a des hommes dedans, oui ou non ? En quoi valent-ils moins que les victimes femmes ? Pourquoi faut-il comparer quantitativement ? Pourquoi ne recenses-tu sur ton blog que les victimes femmes ?

J'ai déjà donné sur ce forum les références de la seule enquête française (autre discrimination scandaleuse) qui ait daigné recenser les victimes hommes : elle en compte 120 000 pour 2005-2006 (Observatoire national de la délinquance - enquête de victimation 2007 - p. 51-53). Est-ce que ces 120 000 sont négligeables ? Est-ce que leurs compagnes ont bien fait de les tuer, comme le suggère certains de tes lecteurs ? Les hommes sont-ils dignes ou non d'être défendus, eux aussi, par la société ? (AUCUNE campagne de prévention gouvernementale ne prend en compte les hommes victimes).

N'est-il pas possible de faire de l'antisexisme POUR LES DEUX SEXES INDISTINCTEMENT ?

12. Le 21/07/2009, 19:18 par olympe

Suzanne, je ne me mets pas martel en tête mais ils me cassent tellement les pieds depuis quelques temps que je trouve bien que tout lemonde connaisse le fond de leur pensée.

pour ce qui est de libé je ne pense pas une seconde qu'il ait une intention sexiste. Le problème c'est qu'en faisant rire il occulte une réalité qui n'est pas drôle du tout.

13. Le 21/07/2009, 19:21 par olympe

Antisthène je te vire cette fois-ci. aujourd'hui ce sont les violences, hier la pub. je te rappelle que ce monde est dirigé en immense majorité par des hommes. adresse toi à eux.

14. Le 21/07/2009, 19:23 par Antisthène

La vérité c'est que tu es aveuglée par la haine sexiste, et de ce fait incapable de mener quelque discussion rationnelle que ce soit.

15. Le 21/07/2009, 19:35 par Rébus

Zemmour s'est fait latter par sa moitié ? J'ai bon ?

16. Le 21/07/2009, 19:41 par Suzanne

"Le problème c'est qu'en faisant rire il occulte une réalité qui n'est pas drôle du tout."

Non, je ne crois pas qu'il occulte la réalité, je dirais même: au contraire, il l'éclaire par rebond de l'effet comique. Et les virago à rouleau à pâtisserie à la morphologie de bûcheron extistent aussi. On ne peut pas faire de CHAQUE mort de femme un symbole de pure violence patriarcale, c'est souvent plus compliqué que ça.

17. Le 21/07/2009, 19:44 par Suzanne

Rébus : une moité de Zemmour ne pourrait pas faire grand mal à un tiers.

Facile de se moquer des petits mecs, hein ?

18. Le 21/07/2009, 19:49 par olympe

Suzanne, je n'ai jamais parlé de violence patriarcale (qui est un mot que je n'emploie guère), je dis qu'il faut faire quelque chose pour arrêter ces morts. et pour ce qui est de l'exemple j'attire l'attention sur le fait qu'au final il ya une dent cassée. si libé faisait un article chaque fois qu'une femme a quelque chose de cassé ils ne parleraient que de ça.

19. Le 21/07/2009, 20:05 par Chris

Je suis atterrée.

Atterrée et écoeurée par cet article qui compare le féminisme au nazisme.

Atterrée et écœurée par toutes ces personnes qui relativisent les violences conjugales envers les femmes.

J'entends souvent que "le combat féministe est désuet".
=> Cette affirmation c'est de la naïveté ou de la mauvaise foi ???

Ca me révolte et me révoltera encore !!!

Merci à toi Olympe et à ton blog.

Bonne continuation.

20. Le 21/07/2009, 20:10 par funambuline

Je reviens de chez le québécois et je cite : "plus je respecte une femme, moins je bande". Euh, les mots me manquent, mais : YEURK !

21. Le 21/07/2009, 20:40 par Suzanne

Mais voyons, Olympe, vous savez bien que dans cet article il n'est pas question de déplorer une dent cassée, ni de rien déplorer du tout ! Juste de raconter une histoire que le comique des rôles inversés rend bonne à raconter dans un journal. Si on en sourit, ça ne signifie pas pour autant qu'on minimise les violences conjugales! Ce n'est pas très important...

22. Le 21/07/2009, 20:48 par robespierre

Chere Olympe,

Certains veulent vous assimiler à une nazie. Ignorez les.
Par contre, la pratique de l'amalgame, utilisée aujourd'hui par la majorité des "militants" quelque soit la cause défendue, fait aussi, pas seulement, partie des aspects de votre personnalité apparente sur votre blog. Par exemple quand vous écrivez, <i>"mes visiteurs, qu'ils soient de France ou d'outre-atlantique font vraisemblablement partie de cette mouvance."</i> vous me prêtez à moi aussi (visiteur régulier de votre blog), une adhésion à une cause masculiniste qui n'est pas la mienne et dont je dois dire j'ignore à peu près tout. Je fais partie des visiteurs de votre blog parce qu'il est intéressant même si et parce que, parfois il a le don de m'irriter au plus haut point car vous forcez parfois un peu trop le trait. Mais comme disait Pascal : "le style c'est l'Homme".

Je prends un exemple. Dans le cas de drames affreux comme celui où un homme tue sa femme et ses enfants, pourquoi attribuer automatiquement ce drame à un cas de violence conjugale et automatiquement en faire un cheval de bataille féministe ? Aucune analyse sociale pour comprendre pourquoi un homme peut en arriver à une telle extrémité. Parce qu'il est un homme ? Seulement.

Le féminisme militant est devenu totalement victimaire et c'est une catastrophe.
Il se pare souvent d'un discours moral pour cacher des intérêts corporatistes ni plus ni moins légitimes que d'autres (homo, juifs, émigrés, entre autres) qui tous se tiennent en dehors de la question sociale. Les inégalités salariales (bien réelles) hommes/femmes sont l'exception et c'est un sujet bien plus compliqué qu'on ne le croit.

Voilà pour ma réaction rapide et pour une fois plus sérieuse que d'habitude.

Une dernière chose pour ceux qui vous traite de nazie. Je vous livre ma maxime préférée, de Pierre Desproges : "se faire traiter de con par des imbéciles est un délice de fin gourmet". Faites comme moi, dégustez.

23. Le 21/07/2009, 21:34 par Natoussia

Cher robespierre, je me permets simplement de vous répondre sur un point : lorsque, pour ma part, je dénonce en tant que féministe les morts liées aux violences conjugales, ce n'est pas que je pense que la femme a été tuée parce qu'elle est une femme. Je ne cherche pas à analyser les causes. Je dis juste, comme Olympe, que ce genre de crime est tellement courant que les gens s'en foutent, et je trouve ça révoltant. Et ils s'en foutent précisément parce que non, il ne s'agit pas d'une maîtresse prostituée qui tue son riche amant banquier, ni d'un noir qui séquestre un juif, mais d'un homme qui tue sa femme. Et ce crime mérite au moins autant d'ête dénoncé que les autres que j'ai cités.

24. Le 21/07/2009, 22:23 par mebahel

"ils font fuir les autres commentateurs(trices)"
Pas faux.
Autre chose: si aux Canada, les masculinistes sont regroupés en mouvements définis en tant que tels, en France, les groupes tels sos papa sont des minorités, mais très agissantes et avec du réseau notamment politique.
Cependant ce qu'on constate surtout, c'est que pas mal de meks (et des nanas aussi) sans être affiliés, reprennent à leur compte les raisonnements de ces gens, convaincus qu'ils sont, pour des raisons diverses, que "les femmes ont tout gagné", car c'est une idée générale sous jacente à pas mal de discours depuis qqes années, les années du backlash.

25. Le 21/07/2009, 22:25 par olympe

Robespierre, je ne vous assimilais pas.

ce qui est consternant c'est que 166 mortes apparaisse comme un cheval de bataille féministe. ça devrait concerner tout le monde et mobiliser tout le monde parceque de plus, même si la perfection n'est pas de ce monde, il y a pour un grand nombre de ces femmes des actions de préventions qui auraient pu permettre d'éviter le drame.
et le fait que cela vous apparaisse, à vous et à d'autres, comme un combat victimaire des féministes est édifiant.

26. Le 21/07/2009, 22:31 par Romane

"Le féminisme militant est devenu totalement victimaire et c'est une catastrophe".

Mais quand allez vous comprendre que les femmes - et les féministes- qui dénoncent les violences de tous ordres, et donc en particulier celles faites aux femmes, le font justement parce qu'elles refusent d'être des victimes? Les faits sont là. Même au niveau européen les études démontrent qu'il y a un vrai problème. Les féministes fournissent plétore d'analyses sur les mécanismes, les tenants et les aboutissants de ces violences qu'elles attribuent d'ailleurs plus à un système, le patriarcat. Et vous continuez à venir nous servir tjs les mms poncifs, clichés, stéréotypes. Je ne parle même pas d'antisthène qui se paie le culot sans crainte du ridicule de reprocher à Olympe exactement ce qu'il pratique (com14).

27. Le 21/07/2009, 22:32 par olympe

Mebahel c'est quoi backlash ?

je constate aussi que ces idées extremistes se diffusent de façon soft, reprises ici ou là. C'est pourquoi il me semble préférable finalement, ce que je n'avais jamais fait jusqu'à présent, de bien montrer d'où viennent ces idées et ce qu'elles présuposent

28. Le 21/07/2009, 22:49 par emanu124

Consternant...
C'est tout ce que je trouve à dire (les autres, hein, pas toi)

29. Le 21/07/2009, 23:09 par Ink

Je suis allée à mon tour chez le Québecois: je suis attérée! Je ne croyais pas ça possible autant de bétise et de rancoeur...C'est navrant, triste et effrayant.

30. Le 21/07/2009, 23:19 par robespierre

@Natoussia

"je dénonce en tant que féministe les morts ...."
Que veut dire dénoncer en tant que féministe ? Pourquoi cette précision ? On doit dénoncer ces meurtres en tant qu'être humain. Cette précision, je ne l'aime pas, car je trouve qu'elle conduit à une forme d'appropriation de ces victimes pour la cause féministe. Par ailleurs, dénoncer, dénoncer, tout le monde dénonce, condamne etc mais dans les faits les efforts de compréhension des mécanismes se rétrécissent d'autant. "Expliquer" ces meurtres par un patriarcat largement fantasmé à mes yeux chez les européens (les blancs pour être plus précis, vous me pouvez me traiter de raciste je m'en fous) en tout cas, ne me semble pas du tout la bonne piste. Je chercherais plutôt vers une forme de mise en objet de la femme (une désacralisation) dans le monde moderne. Cette mise en objet est récente et suit les images que l'on nous offre (télé, porno - qui devenu d'une violence abjecte, magazines,). Un vieux gendarme à la retraite me racontait que d'après lui, il n'y avait pas autant de meurtre d'épouses avant, ce qui ne veut pas dire que la condition féminine était mieux avant, je précise. Mais il y a eu à un moment une rupture avec cette espèce de transformation de la femme en objet. Les clips de rap (et justement pas ceux d'Orelsan) sont édifiants.

"ce genre de crime est tellement courant que les gens s'en foutent"
Je ne crois pas que les gens s'en foutent. Les médias si. Les médias ne sont pas les gens. Quand dans un village, on lit que, dans le coin, une femme est morte sous les coups de son conjoint et bien les gens ne s'en foutent pas du tout, croyez-moi. L'incompréhension est totale surtout quand le couple semblait en apparence tellement banal.

Reste une dernière question, en tant que ni féministe ni masculiniste, en quoi les femmes assassinées par leurs conjoints devraient me soucier et mobiliser plus que d'autres ?

Pour finir, je maintiens que le "féminisme militant" (pour faire simple à la Alonso) utilise une stratégie victimaire que je ne supporte plus à l'instar du CRIF avec l'affaire Halimi ou du journal Têtu pour les homo. En cela, je suis l'archétype de l'homme blanc hétéro, marié, quadra et qui se sent débordé par les groupes victimaires-revendicatifs. je veux bien écouté, je sais qu'il y a des problèmes mais je commence à en avoir ras-le-bol au risque de finir par me foutre complètement des femmes tuées, des juifs assassinés, des ......

31. Le 21/07/2009, 23:26 par robespierre

dernier commentaire truffé de fautes ! mea culpa.

32. Le 22/07/2009, 08:57 par milo

> "En cela, je suis l'archétype de l'homme blanc hétéro, marié, quadra et qui se sent débordé par les groupes victimaires-revendicatifs."
(lol Wildo!!!)
Je peux comprendre mais il se trouve que je suis moi même l'archétype (y a pas d'raison) de l'homme brun de peau, hétéro, célibataire, quadra; j'espère que je vous "déborde" pas trop, cela me peinerai...

@ Monolecte et Olympe : je suis pas sûr d'avoir saisit toutes les subtilités de "l'épilation à la cire" mais ça vous intéressera peut-être de savoir que certains hommes dont je fais partie (je suppose ne pas être seul) s'ils ne s'épilent pas à la cire (on est pas des femmes tout de même) se rasent recto ET verso. Question d'HYGIENE. Ah j'oubliai, les aisselles aussi, même raison.

PS: alors ça nous vient du Québec ?
Tabernak !

33. Le 22/07/2009, 09:27 par Natoussia

Cher robespierre, merci pour votre réponse.

Bon, admettons que "dénoncer des morts en tant que féministe" ne soit pas une formulation très heureuse.

En revanche, ce qui me gène dans votre argumentation, c'est que vous me semblez opposé sur le principe à toute forme de combat militant pour la défense des intérêts des femmes. Vous semblez y coller votre vision de ce mouvement, que vous avez assez caricaturale, je crois. Preuve en est que vous continuez à me dire que ""Expliquer" ces meurtres par un patriarcat largement fantasmé à mes yeux chez les européens en tout cas, ne me semble pas du tout la bonne piste.", alors que je vous précisais bien que je ne cherche pas à expliquer quoi que ce soit, je soulignais juste l'importance de parler de ces crimes. Essayez juste de lire attentivement mes arguments, que je m'efforce de soigner, avant d'y plaquer tout de suite vos préjugés.

Voici le raisonnement que je tiens : il y a des tas de problèmes dans notre société : les prisons sont surchargées, des noirs et des arabes se font chaque jour refuser un poste ou un appartement à cause de leur origine ethnique, des enfants se font violenter, des femmes se font frapper par leur conjoint, des gens se font refuser des consultations médicales parce qu'ils sont titulaires de la CMU, l'environnement part en vrille, etc. Attention, il ne s'agit pas de hiérarchiser tous ces problèmes, ni de les comparer les uns aux autres. SI on a conscience qu'ils existent, c'est déjà pas mal. Après, moi j'aimerais bien pouvoir m'engager pour chacune de ces causes, défendre les enfants, les gens victimes de discrimination, les femmes, les animaux, l'environnement, mais d'une, j'ai pas le temps de m'y consacrer et de deux, je n'aime pas défendre une cause alors que je connais mal la situation. Alors, je fais un choix, pour moi, c'est les femmes. Parce que j'en suis une, et parce que, dans une société ou, d'un point de vue légal, les hommes et les femmes ont les mêmes droits, mais de grandes différences de traitement subsistent, j'essaye de réfléchir et d'imaginer comment la situation pourrait s'améliorer.

Après, je crois que je comprends votre irritation sur les "stratégies victimaires" des groupes revendicatifs. Mais ayez bien en tête que ce n'est qu'une question de forme. Je pense qu'il faut des gens pour dénoncer que plein de femmes meurent sous les coups de leur conjoint, tout comme il faut des gens pour dénoncer les crimes racistes, les violences faites aux enfants, la misère, etc. C'est le boulot des associations, et effectivement, parfois elles en font trop et c'est irritant, voire contre productif. Mais au moins ils sont là et ils en parlent, ils créent le débat. C'est dommage que ces acteurs soient trop souvent stigmatisés pour leur "fond de commerce", que ce soit les féministes, les antiracistes, les écolos, etc. C'est peut-être un peu de leur faute, certes, et peut être qu'ils devraient modérer un peu leur discours. Mais ce n'est pas forcément une raison pour rejeter en bloc leur existance.

34. Le 22/07/2009, 09:56 par olympe

Robespierre, j'arrive à comprendre votre point de vue. Il y a des jours ou moi aussi les plaintes victimaires me fatiguent. Mais nous vivons dans une société pleine d'injustices et il est plutot préférable que les choses ne se règlent pas à coup de flingues.

Les femmes subissent des injustices, et je n'ai pas envie de me taire. alors comment faire ? sachant qu'à mon avis les médias portent une part de responsabilité très importante. Je ne vous ressort pas le rapport Reiser mais le jour ou les médias attacheront à ce que disent ou font les femmes la même importance qu'aux hommes nous auront fait un grand pas.

et si davantage d'hommes voulaient bien prendre conscience de cela, vous par exemple nous aurions l'air un peu moins isolées.

Sinon, sur le fait qu'il y aurait aujourd'hui moins de femmes tuées par leurs conjoints qu'avant c'est possible. mais si vous pouvez trouver que 166 ça devient acceptable moi non

35. Le 22/07/2009, 12:03 par milo

> Dans le cas de drames affreux comme celui où un homme tue sa femme et ses enfants, pourquoi attribuer automatiquement ce drame à un cas de violence conjugale et automatiquement en faire un cheval de bataille féministe ?
Que faudrait-il en faire? Un assasinat crapuleux? Car il s'agit bien d'assasinat dont on parle ce que vous semblez perdre de vue.
Le terme retenu est celui de crime passionnel.
Que cela s'inscrit dans un shéma connu et bien identifié: la violence conjugale meurtrière à l'encontre de la femme (statistiques). Que cela fonctionne donc majoritairement à sens unique; que donc en dernière analyse cela peut se réduire au -Stade Ultime de l'Expression de la Toute Puissance Masculine- soit le droit de vie ou de mort sur le conjoint avec les enfants en prime. Et ce quelles que soient les raisons à l'origine du drame.

36. Le 22/07/2009, 13:17 par milo

> nous ce qu'on déconstruit c'est le système pas les individus.

Grandiose...

37. Le 22/07/2009, 15:13 par frieda l'écuyère

"La complice du système d'état misandre", je crois que je vais pas m'en remettre, c'est énorme.
Et pendant ce temps, mais que fait donc Oreille sale ? Il monte un groupe victimaire ?

38. Le 22/07/2009, 16:12 par Emma

Moi perso j'aimerais juste que l'on explique concrètement ce qu'est une plainte victimaire, qu'est ce qui fait que que quand les féministes dénoncent un truc c'est victimaire.

Et aussi du coup qu'on me donne la recette pour protester et dénoncer sans être victimaires.

je pense qu'il y a confusion (volontaire à mon avis) entre le fait d'être une victime de qque chose (discrimination, violence) qui est en général de totalement factuel avec le fait d'avoir une attitude de victime (être bêlant, passif, soumis...) qui est un état comment dire psychologique.
Je m'explique : on peut être victime de violence, de discrimination... sexiste sans être ce que l'on appelle une victime (c'est à dire ce que sous entendent nos contradicteurs, une chose faible et bêlante) et même être forte.
Et avec une certaine mauvaise foi, les opposants aux féministes traitent toute dénonciation qui est un acte de révolte comme du victimisme. Mais comment lutter contre oppression discrimination et violences en ne parlant jamais des victimes, en ne disant jamais tout le mal que ces violences produisent ?
A mon avis c'est très pervers : si l'on nous interdit de dire qu'il y a des victimes et bien, de fait, cela aboutit à occulter l'existence de coupables : plus de victimes = plus de coupable et plus de bénéficiaires du système. Voilà qui est bien commode non ?

Bref l'accusation de victimisme est un bâillon bien efficace posé sur la bouche des féministes.

J'espère n'avoir pas été trop confuse

39. Le 22/07/2009, 16:24 par mauvaise herbe

Je recommande vivement la lecture de cet excellent article de Mona Chollet à propos de ce fameux et récurrent argument de la nature "victimaire" des féministes.

Arrière-pensées des discours sur la « victimisation »

http://www.monde-diplomatique.fr/20...

Un court extrait:

(...) C’est ici que l’on commence à voir muter le discours sur la victimisation : il ne s’agit pas tant de produire une analyse constructive que d’occuper le terrain, de faire diversion, d’imposer un sujet pour mieux en évincer d’autres. Le plus souvent, ce discours ne conteste pas frontalement la légitimité d’une cause – qu’il s’agisse de celles des femmes, des immigrés victimes du racisme, des homosexuels ou des Palestiniens : il se contente de relever les propos de certains de ses défenseurs et de s’indigner de leur outrance, qu’il juge indécente et scandaleuse. Sauf que, peu à peu, cette indignation prend toute la place : désormais, quand on évoque une situation de domination ou d’oppression, ce n’est jamais la domination ou l’oppression en elle-même qui fait débat et constitue un objet de préoccupation unanime, mais les dérapages verbaux, réels ou supposés, de ceux qui luttent contre elle.(...)

40. Le 22/07/2009, 20:02 par romain blachier

hops tagguée dans une chaine

41. Le 22/07/2009, 23:49 par Eric

Ces statistiques rétablissent la vérité sur les violences conjugales. Merci!

42. Le 23/07/2009, 01:17 par Victoire

Quand on lit les commentaires on est comme abasourdie , parler de "victimisation" ,
c'est incroyable ! mais où vit-on ? je relève aussi une phrase " le problème des écarts de salaire entre h/f est bien réel ( nonnnn ? ) mais c'est un problème plus complexe à régler qu'il y parait " ( ça c'est sur si on attend les hommes pour le régler , ça risque de durer !) : complexe en quoi , je me le demande !

43. Le 23/07/2009, 03:33 par dwormiller

@ Victoire

Nous vivons dans une économie de marché. Si une femme estime qu'elle ne gagne pas assez, elle peut proposer ses compétences ailleurs, comme tout le monde.

L'idée que pour le même travail et la même production un homme soit mieux payé que sa collaboratrice, sur la base de son genre, est un mythe.

44. Le 23/07/2009, 11:10 par Gabrielle

oui mais wildo, là dwormiller te dira que le plus fort taux d'absentéisme conjugué à la moindre implication des femmes dans l'entreprise ne donne pas un travail équivalent...
on connaît ce discours!

45. Le 23/07/2009, 11:53 par frieda l'écuyère

@Dwormiller : et les chaussettes, tu les laves combien de fois par semaine ?

46. Le 23/07/2009, 13:37 par Gabrielle

@Valerie:

"on est dans une phase de féminisme ou on ne s'attaque plus aux lois sexistes ( il en reste peu) mais aux mentalités. et c'est diablement long."

c'est tout à fait mon sentiment. et c'est d'autant plus difficile de faire bouger tout ça qu'on touche à des choses qui sont parfois inconscientes et/ou qu'on admet difficilement.

47. Le 23/07/2009, 22:13 par robespierre

Olympe !!!

"Sinon, sur le fait qu'il y aurait aujourd'hui moins de femmes tuées par leurs conjoints qu'avant c'est possible. mais si vous pouvez trouver que 166 ça devient acceptable moi non"

Non : je dis exactement le contraire. D'après ce vieux gendarme et j'ai tendance à le croire, il y en avait moins AVANT et plus aujourd'hui. Pourquoi ? cf mes remarques sur la femme objet.

48. Le 24/07/2009, 04:58 par Resh

Moi j'aimerais juste bien savoir combien de ces hommes qui ont tué leurs femmes, sont effectivement de bon gros machos moustachus et bedonnants, et qui ont pour passe-temps dominical favori de battre leur femme, juste histoire de rappeler qui commande au cas ou. Sauf que un beau jour, oups, l'accident bête, manque de bol ou mauvais calcul, ils balancent une droite de trop.

Ces clichés, ces raccourcis et ces amalgames entre meurtres et machisme, ou entre crimes d'honneur et crimes passionnels, pour tout dire, ca m'écœure quelque peu dans certains discours féministe.
La réalité est bien plus complexe, et vous la noyez dans un cliché simpliste.

Olympe rappelle avec raison que beaucoup des hommes morts sous les coups de leur femme, avaient frappé leur femme eux aussi.
Mais pourquoi ne se poser la question que pour les cas où c'est l'homme qui est mort ?
Parce que des couples de félés où homme et femme se braillent dessus puis en viennent l'un comme l'autre au mains quand ils ont trop picolés, c'est aussi voire surtout extrêmement courant.

Et oui mais l'homme est plus fort que la femme c'est à lui de se maitriser nianiania... Ouais peut-être, toujours est-il que peu importe la taille des biceps, un coup de couteau ou de poêle à frire au travers de la gueule ca fait rarement du bien hein.

Vous vous avez tendance à vouloir faire passer ca pour un problème exclusivement culturel et social, alors qu'au contraire on touche seulement à la part animale ou primitive de l'humain.
Parce que dans la grande majorité des cas si je ne m'abuse, quand quelqu'un tue son conjoint, c'est pas parce qu'il a trop écouté de Eric Zemmour, c'est parce qu'il a trop bu de Jack Daniels, et c'est pas tout à fait la même chose...

49. Le 24/07/2009, 12:55 par Resh

Non je ne connais pas particulièrement d'autres animaux que l'homme qui frappent leurs femmes, et je m'en fous car ce n'est pas le sujet, étant donné que je ne connais pas d'autres animaux qui picolent non plus.

L'Homme est un animal social, blablabla ok, mais avant ca c'est surtout une belle pourriture, et à mon avis Adam a au moins du péter quelques dents et côtes à Eve, (surtout si il se saoulais au vin de messe), avant que notre société ne devienne un rempart à ces violences, et non une cause comme vous pouvez le penser.

Moi je ne fait pas de cliché, je n'ai pas dis que l'alcool était l'unique responsable, comme certaines disent que c'est le machisme ou le patriarcat, ou un quelconque phénomène social l'unique responsable.
Seulement à ce que je sache, l'alcool à plutôt tendance à faire ressurgir nos pulsions primaires, et à les gommer ces notions sociales et culturelles telles que le bien et le mal, ou le respect de la loi ou de la femme.
Et c'est bien pour ca aussi que faire un lien systématique entre le féminisme et les violences conjugales ca me semble bien simpliste, d'autant qu'à mon avis dans une société dominée par les femmes, il y aurais toujours beaucoup, beaucoup de femmes battues...

"parce que même si tu as picolé, pkoi ca serait forcément ta femme sur qui tu tapes ?"
Tu l'as pourtant dis toi même; Si le gugus est dehors, il va frapper un homme, si il est chez lui, ben il va frapper une femme, simplement parce qu'il a pas grand chose d'autres sous la main, à part ses enfants quand ils dorment pas déjà. (au fait, ces enfants battus par leurs père (comme par leur mère au passage), c'est aussi la faute à la misogynie ?)

Et bien que que Zemmour ne cautionne pas la violence conjugale, même les machos, mêmes les misos, même ceux à qui pourtant on offre des vacances en prison pour ca trouvent pas ca cool et normal de frapper et tuer sa femme hein...
Notre société ne tolère et n'encourage pas ca, le problème touche les individus et leurs vices personnels avant tout.

50. Le 24/07/2009, 17:03 par Resh

J'ai dis "animal" au sens de primitif, ou sauvage, et oui, l'homme est un animal agressif envers ses congénères oui, je ne vois pas ce qui te dérange ou ce que tu ne comprends pas là dessus.
Oui les gorilles et les bonobos se foutent aussi sur la tronche pour des histoire de cul.
Et non tu ne me suis pas bien, bien sur que le social a une grande importance de façon générale, il y a nature et culture, sauf que pour ce thème précis, vous ramenez toujours tout à la culture, parce que ca sert votre discours féministe, mais ca me parait pourtant clair qu'une violence aussi folle touche avant tout à la nature de l'homme, et pas à sa culture patriarcale.

51. Le 24/07/2009, 17:46 par choule[bnkr]

les groupes masculinistes travaillent plutôt sur des problèmes dans un couple (garde d'enfant...), non ? Parce que sorti de ça, je ne vois pas trop où l'homme peut bien se sentir malmené.

52. Le 24/07/2009, 17:58 par Resh

Les violences morales ou physiques ce n'est juste pas exclusivement de l'homme vers la femme... Des petits chiffres comparatifs dans les couples gays et lesbiens ce serait intéressant d'ailleurs..

Et puis des histoires d'enfant fait sans consentement, de chantage à la plainte mensongère, ou ce genre de délicatesses quand il y a des enfants en jeu par exemple, quand on en est victime, d'un coup forcement on voit la société sous un angle bien différent.
C'est pas étonnant de voir des masculinistes apparaitre, tout le monde défends sa chapelle de nos jours, avec plus ou moins d'extrémisme.

53. Le 24/07/2009, 19:29 par jolb56

Les chiffres officiels pour les violences au sein du couple pour 2008 sont sortis (voir mon site), is sont consternants.

54. Le 24/07/2009, 19:29 par jolb56

Les chiffres officiels pour les violences au sein du couple pour 2008 sont sortis (voir mon site), ils sont consternants.

55. Le 24/07/2009, 19:29 par jolb56

Les chiffres officiels pour les violences au sein du couple pour 2008 sont sortis (voir mon site), ils sont consternants.

56. Le 24/07/2009, 20:11 par jolb56

en 2008 27 hommes sont décédés,victimes de leur compagne ou ex-compagne. 11 de ces femmes étaient victimes de violences de la part de ces hommes.

57. Le 24/07/2009, 20:49 par Resh

Et combien des hommes qui ont tués leur femmes s'étaient déjà pris des gifles des droites ou autres de leur part eux aussi ?

Valérie, déjà excuse moi de ne pas t'avoir écrit un roman sur les bonobos, j'espérais juste que tu aurais compris que comme je te l'ai dis précédemment : j'en ai rien à foutre
Je ne veux pas égarer le débat dans cette direction.
Ensuite, mes excuses encore pour ne pas avoir mis de majuscules, mais sache que le type de gonades m'importe peu.
Alors bien sur que oui l'Homme est violent par nature.
Alors bien sur que oui c'est dommage que ce ne soit pas qu'une question d'éthique, et qu'on ne puisse pas empêcher ca avec des jolis discours moraleux.
Mais ce n'est pas parce qu'on ne peux rien y faire que c'est faux. Tout ne va pas pour le mieux dans le meilleur des mondes tu sais.
Et ce n'est pas pour autant que pour régler le problème faut mettre en place une politique dénataliste ou une guerre thermonucléaire histoire d'éradiquer l'humanité parce qu'elle a un mauvais fond.

Parce même que si (en dehors d'un gentil traitement psychiatrique peut-être) on ne peux rien faire contre la nature violente des gens, il y encore plein de choses à faire contre les actes violent de toute sorte. Et des choses bien plus efficace que juste clamer que c'est la faute à les machistes...

58. Le 25/07/2009, 15:12 par Resh

Homo homini lupus non ?
Toute la philosophie s'accorde là dessus depuis l'antiquité ...

59. Le 26/07/2009, 14:22 par mebahel

J'étais pas revenue voir la suite des comms ... édifiant.

Pour Olympe: le 'backlash', mot utilisé par Faludi (titre de son bouquin 'Backlash: The Undeclared War Against American Women') et qui signifie (dans le cadre où nous sommes) la revanche contre les femmes (blame it on feminism).Qui n'est pas un complot 'vraiment' organisé, en soit, mais qui compte des penseurs et donc des influences théoriques (aux US plutôt à droite toute) en sus des faits et des mentalités.
L'étude qu'elle fait sur ce qu'il s'est passé aux US ne peut pas être transposée directement sur la France (le background législatif et politique diffère), mais on y retrouve les mêmes principes de retour de bâton sur les femmes (leurs droits, leur place dans la société, le retour vers les attributions traditionnelles du masculin et du féminin, les rapports sociaux de sexe, etc).
Backlash: effet en retour, et ici, retour en arrière, en somme; depuis les 60s 70s, féministe c'est devenu un gros mot :-)

60. Le 26/07/2009, 18:42 par Nefertoupty

Concernant cette volonté implacable des hommes à vouloir s'arroger une place au centre du monde, et surtout au centre de celui de la femme, petite explication historique dans le Monde des religions de Juillet/août, sur le sexe dans la religion (puisque admettons-le, tout vient de là).
Par ailleurs, au sujet de cette volonté des hommes à vouloir démontrer que la société les assomme en mettant en avant la femme, je tiens à préciser que tout ce que l'on voit et que l'on entend qui met en avant les femmes, sert plus fréquemment dans des publicités (lingerie, crèmes, maquillages, produit vaisselle, bref, les rôles "dévolus" classiquement à la femme), où ce qui compte est la beauté et le soin à apporter aux corps, ou la capacité à être une bonne ménagère.
En aucun cas cela ne fait des femmes des bourreaux dictant leur conduite aux hommes, puisqu'encore une fois, elles sont victimes de cet a-priori dramatique, imposé par les hommes, celui-là: "sois belle (et efficace) et tais-toi".
Que les hommes ne s'amusent donc pas à venir dire que les femme sont plus mises en avant qu'eux. C'est l'image fantasmée par l'homme, à travers une femme objet inaccessible, qui nous est imposée, en tant que femme appelée à devenir meilleure, uniquement dans l'objectif de la séduction ET pour la satisfaction masculine. Si la femme y trouve son accomplissement, c'est toujours dans la perspective de satisfaire à une attente extérieure. La femme n'est donc pas imposée à l'homme: elle lui est offerte puisque la société , la publicité, en bref, tout ce qui nous entoure au quotidien, n'est pas pour nous-même, mais pour la convoitise qu'indirectement nous inspirons aux hommes. Chez moi, cela n'est en aucun cas de la parité, encore moins un signe de respect.
La parité ne se trouve pas dans le rapport à la séduction qui nous est imposé, mais dans l'apprentissage de l'autre en tant qu'être plein et entier. Mais pour ça, il faudrait que la majorité masculine voie la femme autrement que comme un vagin.

61. Le 29/07/2009, 17:03 par milo

Voilà qui devrait donner du grain à moudre à nos amis masculinistes du Québec :

http://www.adopteunmec.com/

(pardon si vous connaissez déjà, je l'ai découvert pour ma part il y a peu).

62. Le 30/07/2009, 00:38 par milo

Au fait, quand je disais "Grandiose" (42) c'était un COMPLIMENT, Valérie.
C'est les points de suspensions qui ont du prêter à confusion (avec le fait que tu devais être un peu sur les nerfs ce jour là).