Voter pour une femme 2

(suite du billet précédent) 

Donc le monde est, depuis la nuit des temps, dirigé par les hommes.

Ce n'est pas sans incidence. Les hommes n'ont pas les mêmes préoccupations que les femmes et ne vivent pas, dans bons nombres de domaines, les mêmes difficultés.

Tous les candidats à la primaire ont signé ou vont signer le pacte pour l'égalité . C'est normal ils sont tous favorables à l'égalité hommes/femmes et aucun d'entre eux ne peut se permettre d'avoir l'air de négliger la moitié de la population. 

Mais pour bien comprendre ce qu'implique l'inégalité il faut la vivre au quotidien. Les enquêtes montrent par exemple que si 65% des  femmes cadres constatent qu'elles ont dans leur parcours professionnel des obstacles spécifiques à surmonter, 62% des hommes disent ne pas avoir observé de différences. 

On sait l'énergie qu'ont du dépenser  députées et sénatrices pour faire avancer  la lutte contre les violences faites aux femmes.  On a vu aussi que le nombre de places de crèches n’apparaît jamais comme un sujet politique d'envergure alors qu'il conditionne la vie de millions de gens. Il serait temps qu'au sommet de l'Etat tous ces sujets soient pris en compte à leur juste importance. Ce sera plus sûrement le cas avec une femme.

Il y a également une autre raison pour laquelle l'élection d'une femme me parait souhaitable. avez vous déja pensé qu'aucune petite fille en France n'a encore pu s'identifier à une femme de pouvoir ? Que dans leurs livres d'histoire ou leurs magazines ne figurent que des hommes ?

Après cela on peut constater, comme l'ont fait des commentateurs dans mon billet précédent, que les femmes postulent moins, sont moins intéressées par le pouvoir. Mais qui leur a montré que c'était une réelle possibilité pour elles alors qu'à tous les niveaux elles restent si peu nombreuses ? 

Voir enfin la photo d'une femme affichée dans les mairies de France sera donc pour moi une raison valable pour voter pour l'une d'elles dimanche.

Commentaires

1. Le 04/10/2011, 00:07 par Ladyapolline

Je me sens féministe et d'ailleurs j'ai milité avec des responsabilités dans plusieurs organisations de femmes. Je suis sûre que nous partageons un tas de valeurs et des idéaux.
Mais sur ce coup là, je ne te rejoins pas dans tes analyses :
Les femmes "de pouvoir" sont aussi "chameaux" voire plus, que les hommes de pouvoir. J'en ai supporté quelques unes ... La féminité ne garantit nullement les qualités humaines et la volonté politique de rétablir la République dans ses valeurs sociales délaissées depuis quelques décades au profit de valeurs "marchandes" et du "cynisme" dans les relations humaines. Je suis également convaincue que les droits des femmes ne peuvent être défendus sans associer les hommes à ces changements ... Comme je suis jumelle avec un garçon, cela m'est peut-être plus facile à penser : mon double est masculin et je suis convaincue que les convergences hommes/femmes dépassent la différenciation biologique des sexes.
Voter pour une femme parce qu'elle est une "femme" me parait donc totalement "irrationnel" : mais l'irrationnel est très présent dans le vote pour une élection présidentielle (j'y ai réfléchi car j'enseigne le droit constitutionnel).Donc ce n'est pas une critique de ma part, mais un constat : ainsi, il me semble que quand tu expliques pourquoi tu vas voter pour une femme parce qu'elle est une femme, c'est une "posture" de féministe, pas un choix politique. Enfin, c'est ce que j'entends. Pardonne moi d'être longue.
Bien amicalement

2. Le 04/10/2011, 03:33 par Venise

« Les enquêtes montrent par exemple que si 65% des femmes cadres constatent qu'elles ont dans leur parcours professionnel des obstacles spécifiques à surmonter, 62% des hommes disent ne pas avoir observé de différences. »

Ces enquêtes ne recensent que l’expression subjective d’une plainte.

Or les femmes se plaignent toujours nettement plus que les hommes, même lorsque la situation des hommes est objectivement plus difficile.

Les femmes consultent bien plus souvent les médecins que les hommes (à état de santé égal).

On a longtemps cru que la dépression était plus fréquente chez les femmes (parce qu’elles expriment plus leurs émotions négatives).
Mais les hommes se suicident quatre fois plus que les femmes.
Y compris chez les cadres.

3. Le 04/10/2011, 07:58 par carole

Je comprends votre point de vue.

Mais ce que j'observe, c'est que pour arriver au pouvoir, il faut faire comme un homme, être aussi vain, batailler tout le temps contre des conneries (au lieu de s'occuper des vrais problèmes), toujours préférer son propre chemin plutôt que l'intérêt général. Parce que sinon, comment arriver à une haute place ? Un plus ambitieux vous bouffera, et lui sera toujours prêt à faire plus d'heures sup pour vous nuire, et un jour il y arrivera.

Je pense que le système est corrompu car ses membres passent par quantités d'étapes au cours desquelles ils sont sélectionnés (ou s'autosélectionnent) : ça offre peu de latitude aux gens et aux idées originaux. C'est comme pour les journalistes : vous ne devenez pas journaliste d'un grand média si vous n'avez pas montré patte blanche.

Du coup, une femme, pour arriver au plus haut niveau doit passer par le broyeur. Devinez qui en ressort ?

Anne Mansouret est un bon modèle de ce que la carrière politique offre aujourd'hui aux femmes. Je n'ai pas vraiment l'impression que cette femme ait des préoccupations différentes des hommes, ni une autre manière de faire de la politique (et je ne parle pas du fait qu'elle ne soit pas "maternelle" ; je parle du fait que, alors qu'un être était en souffrance à cause d'un acte illégal, elle a préféré le nier au profit de son parti - on a vu les conséquences). Fillipetti aussi s'est tue, toujours au nom du parti, validant de fait le fait que le parti était supérieur à la loi.

Mais - exceptions - je trouve que Royal et Joly s'en tirent plutôt bien, chacune à sa manière, dans leur façon d'être hors système. (Le cas Le Pen est un peu différent, car elle a hérité d'un parti.)

4. Le 04/10/2011, 09:56 par olympe

Ladyappoline, je revendique l'idée qu'une "posture féminine" est éminement politique. comment peux t on se satisfaire d'une société ou l'inégalité est institutionnalisée. je ne voterai pas pour n'importe quel programme, mais entre les différents candidats à la primaire je suis bien certaine qu'aucun des hommes en lice n'e se sent vraiment concerné par ce qu'ils considèrent eux aussi comme une posture.
Carole, nous n'avons pas le choix, seule les femmes qui acceptent de jouer ce jeu peuvent arriver au sommet. C'est come ça on peut le déplorer mais il est essentiel à mon avis de nous habituer à voir des femmes au pouvoir pour que cela nous paraisse enfin normal.
Venise, et voila cultive ton jardin l'a dit, les hommes mariés se suicident moins. Cherchez l'erreur

5. Le 04/10/2011, 10:11 par Venise

"Quant au suicide, un petit détail: les hommes célibataires se suicident plus que les hommes mariés, les femmes célibataires se suicident moins que les femmes mariées. Rigolo, non?"

Et bien tu vois, tu devrais remercier les hommes de ne pas s'intéresser à toi.

6. Le 04/10/2011, 10:18 par ajuga

mais pourquoi quelqu'un répond à ce troll ?

à part ça je vais voter pour une femme aux primaires en me disant que, malheureusement, il est fort probable que c'est Hollande qui va l'emporter.

7. Le 04/10/2011, 15:45 par Lilite

moi aussi je vais voter pour une femme!
et ça m'étonne de voir tout le monde faire le procès de cette démarche, qui serait opportuniste et injuste.
Mais, si on regarde l'élection d'OBAMA aux EU, Obama n'a pas été élu seulement pour ses idées, mais aussi pour ce qu'il représentait : un changement profond de la société, une image d'anti-racisme et d'acceptation des populations afro-américaines, qui jusque là restait discriminées. Et c'est ce symbole fort qui a fait qu'on a parlé de cette élection dans le monde entier, qu'on a vu des américains pleins d'émotions le jour des résultats, et que tout le monde s'accordait pour dire que c'était un pas en avant.

Pour moi, une femme à la tête de l'état français représenterait la même chose, un gros pas en avant.

8. Le 05/10/2011, 00:21 par lyly

Eh bien je milite pour pouvoir être cruelle, stupide, incompétente, vulgaire, égoïste, être d'extrême-droite, être d'extrême-gauche, en avoir rien à faire des crèches, des préchi-précha sociaux, de l'âge de la retraite, pour m'en mettre plein les poches, pour avoir le pouvoir, l'argent, être intolérante, être PRÉSIDENTE. Même si je suis une femme.
Je ne suis pas un mythe, ni une sainte, ni une image d'épinal, je ne suis pas mieux qu'un homme. Je ne veux pas dire à ma fille regarde cette femme qui a réussi parce qu'elle est mieux qu'un homme, ou quel dommage elle est pire qu'un homme. Je ne voudrais avoir à rien dire, qu'elle voit des femmes biens ou mauvaises partout autour d'elle, qu'on les loue ou les déteste comme des hommes, pour elles-mêmes sans la phrase "et en plus c'est une femme".
Hypocrisie de paternaliste que de dire, pourquoi des femmes vu qu'elles ne seront pas meilleures que des hommes? Pourquoi ce besoin de se raccrocher à une supériorité intrinsèque morale des femmes? que pour notre "bien" on ne devrait pas se salir avec les basses morales des hommes? Que nous serions le dernier bastion avant la déchéance des hommes? Que nous serions en fait supérieures aux hommes et qu'il faut donc rien changer? C'est bien pratique pour rester entre hommes encore et toujours.

Faire un vote positif envers les femmes irait à l'encontre de mon souhait sauf que :
- même en étant une femme et en étant consciente des inégalités, je sais qu'inconsciemment je ne traite pas les femmes comme les hommes, je n'éduque pas ma fille et mon fils dans les mêmes conditions, je ne prête pas les mêmes clichés, les mêmes compétences, les mêmes paroles aux femmes et aux hommes. Il y a largement d'études pour démontrer que même les plus ouverts, les plus tolérants, les plus militants ont des comportements et des clichés qui vont à l'encontre de leur conviction, baignés qu'ils sont depuis leur enfance dans une société qui dévalorise leur genre, leur couleur, leur classe sociale.
Il faut donc que consciemment j'inverse ce que ma société et mon éducation me pousse à écarter inconsciemment. Ce n'est pas de la discrimination positive, je n'écarte pas de meilleures personnes au profit de moins bonnes personnes, je rééquilibre les forces, je redonne sa chance à de personnes écartées avec les mêmes compétences.
- la société ayant enfermé les femmes et les hommes dans des rôles, oui en moyenne les femmes seront plus compétentes à cause des responsabilités morales que leur imposent la société pour gérer un grand nombre de problèmes. Problème qu'en moyenne, la génération d'homme actuellement aux pouvoirs n'a aucune idée.

Mais si une femme est élue et qu'elle est mauvaise et qu'elle en a rien à faire des crèches, et bien ça ne sera pas pire qu'un homme, parce qu'elle a le droit autant qu'un homme d'y être. Oui ma fille tu peux avoir les mêmes défauts que ton frère.

9. Le 10/10/2011, 13:36 par EVE

Les femmes ne pourront jamais être élues pour leur compétence tant que l'on entendra, sans réactions aucune, les journalistes hommes et femmes dirent des commentaires du type entendu ce matin;
" Segolène Royal a désormais le choix entre son ex compagnon et sa rivale"???? phrase entendu au moins quatre fois ce matin à France inter...Ce serai une autre, les journalistes n'auraient pas plus de scrupules.
Il y a vraiment du travail à faire pour que les mentalités changent et intègrent l'égalité des chances, de compétences...etc.
Cordialement

10. Le 11/10/2011, 20:35 par michelle

Si j'étais française, je n'hésiterais pas une seconde et voterais pour une femme à l'exception, en ce qui me concerne, de Marine Le Pen. Je voterais pour une femme ne fût-ce que pour lui donner une chance au même titre que pour un homme. L'égalité des chances, alors pourquoi pas une femme? Comme l'écrit Lilite, l'heure est venue au changement comme aux USA où ils ont voté pour un homme de couleur, ce qui aurait été impensable auparavant. En effet, pourquoi une femme serait-elle plus mauvaise qu'un homme? Vous ne le saurez jamais si vous ne franchissez pas le pas. Etant donné le sexisme ambiant, la France a un besoin urgent d'une Présidente qui risque de redresser la barre.