Et si l'artiste, le génie, était une femme ?

Et si Banksy était une femme ? c'est le titre d'un article récent. Banksy est un artiste qui couvre de ses dessins et peintures des espaces divers notamment dans la rue, c'est illégal et il le fait anonymement. Quelques chanceux ont réussi à vendre, très cher, les murs découpés sur lesquelles il avait apposé ses oeuvres.

De nombreuses hypothèses circulent sur son identité, mais il ne s'agit que de spéculations car personne ne peut affirmer l'avoir aperçu. Pourtant, nul ne s'était posé la question de son sexe.  Et c'est bien cela qui est intéressant car cette histoire révèle la façon dont notre jugement est influencé sans que nous nous en rendions compte.

Au départ nous ne savons rien, sinon que quelqu'un (s'agit il d'ailleurs toujours de la même personne ?), plutôt doué, prend la peine de dessiner sur des espaces extérieurs. Mais notre cerveau, qui a besoin de représentations va se fier à quelques indices pour construire sa propre image de Banksy

- Premier biais, pas des moindre et qui justifie le difficile combat contre le masculin soi disant neutre : quand nous allons parler de cet artiste nous allons dire "Il a fait ceci, ou cela ", et l'image qui vient est automatiquement celle d'un homme.

- Second biais, nous allons nous référer à notre catégorie interne des  "artistes peintres doués". Et, oh surprise ! , il s'y trouve une immense majorité d'hommes (c'est d'ailleurs pour cela que certains en concluent que les femmes n'ont aucun génie). 

- Enfin, comme nous le savons toutes et tous, la rue et un espace plutôt masculin et, de plus,  certaines de ses oeuvres ont nécessité des prises de risques certaines. Or les hommes prennent habituellement davantage de risques que les femmes (ce n'est pas un stéréotypes, les statistiques des urgences en attestent). De plus, pour échapper à toutes observations il doit être agile et rapide. C'est plus facile en jean et tennis qu'en jupe et escarpins.

Et nous voila, avant même d'y avoir réfléchi, avec l'image d'un Banksy homme.

Cet article fait écho à un autre, que j'avais lu quelques jours plus tôt,  qui envisageait l'hypothèse que certains des chefs d'oeuvre de JS Bach aient pu être écrits par sa femme.

Les conditions sont différentes, il était, jusqu'à une période assez récente, quasi impossible pour une femme de faire valoir ses qualités artistiques ou de se faire éditer. La meilleure solution consistait donc à le faire sous le nom d'une autre personne , un homme évidemment.  Elles pouvaient aussi, le cas le plus connu étant celui de George Sand prendre un pseudo masculin.

Et celles qui se lançaient devaient affronter des préjugés qui attribuent d'emblée ce que Bourdieu appelle "un coefficient symbolique négatif" à toute action réalisée par une femme, quand ce n'est pas moqueries et propos péjoratifs (ex : des bas bleus).

Commentaires

1. Le 07/11/2014, 10:57 par why ?

"C'est plus facile en jean et tennis qu'en jupe et escarpins." magnifique stéréotype pour un article censé les dénoncer.
Seule une infime minorité de femmes s'habille en jupe et en escarpins au quotidien !

2. Le 07/11/2014, 11:19 par olympe

il faut apprendre à faire la différence entre utiliser un stéréotype et parler d'un stéréotype. j'ai déja fait au moins 4 ou 5 articles pour expliquer que quand on essaye de représenter la féminité on met un escarpin.http://blog.plafonddeverre.fr/?q=ch...

3. Le 08/11/2014, 12:47 par Caprice

Plus un artiste est bon, plus il y a de chances que ce soit un homme.

Si l’on ne peut pas exclure absolument que Bansky soit une femme, les chances sont tout de même minimes.