faudrait peut être se bouger un peu là !

Lu aujourd'hui sur vie de meuf

Mère boniche ?

Hier, je rentre de réunion à 21h45, claquée.
Mes filles sont devant la télé, mon tendre époux fume sa clope dans la cuisine et
me dit qu'ils s'inquiétaient de mon retard et que quand même j'aurais pu passer un coup de fil parce qu'ils m'ont attendu pour manger. L'absence d'odeur de nourriture m'a bien fait comprendre, qu'en fait ils m'attendaient pour FAIRE à manger.
Après 4 heures de réunion sur la politique de la ville, violent retour à mon statut d'épouse et de mère.
#viedemeuf


et là je n'ai pas du tout envie de la plaindre.
 
Ce couple ne semble pas être tout récent . Alors si à 21H45 monsieur ne s'est occupé de rien et attends madame pour faire le repas c'est que le problème ne date pas d'hier.

- ils ne parlent pas ? il ne savait pas qu'elle rentrerait tard et qu'en conséquence il devrait assumer seul le repas ?

- il est habitué à ce que ce soit elle qui fasse le repas tous les soirs (visiblement oui) ?

C'est certain le modèle que lui offre la société ne l'incite pas à se mettre aux taches domestiques. Mais qu'est ce qui pourrait faire qu'aujourd'hui il se comporte autrement sinon son comportement à elle ?

Je me doute que ce n'est pas facile, mais de temps en temps il faut mettre les points sur les i et négocier ce que chacun peut prendre en charge.

Ensuite ne pas faire à la place.

Accepter aussi que ce soit moins bien fait. Si il n'a jamais fait la cuisine ça sera peut être moins bon, mais il y a un début à tout.

 

Commentaires

1. Le 28/02/2011, 21:05 par fredonzeweb

Complètement d'accord, je répète souvent que dans nos sociétés occidentales, la femme est souvent le premier ennemi de la femme. Qui est ce qui lit la "presse féminine", qui achète les produits miracles pour être plus belle, plus jeune, plus mince, qui élève les garçons qui seront des hommes demain?
NOUS les femmes!

2. Le 28/02/2011, 21:08 par liveche

Tout de meme il ya des limites. Heureusement, la 2 prend les devants!!!!! "Une journée sans les femmes" pour le 8 mars enfin de la vulgarisation des luttes féministes. Ca sera pris comment par les penseuses (rs). Il me tarde de voir.

3. Le 28/02/2011, 21:08 par liveche

Tout de meme il ya des limites. Heureusement, la 2 prend les devants!!!!! "Une journée sans les femmes" pour le 8 mars enfin de la vulgarisation des luttes féministes. Ca sera pris comment par les penseuses (rs). Il me tarde de voir.

4. Le 28/02/2011, 21:18 par Le Journal de Chrys

Parce qu'en plus il ne fait même pas manger ses filles????

Si ce n'est pas pour elle qu'elle doit râler, c'est au moins ce qu'elle doit à ses filles!

5. Le 28/02/2011, 21:31 par littera

A la place de cette "pov femme", j'en connais qui se seraient barrées depuis longtemps avec les deux filles sous le bras.

6. Le 28/02/2011, 21:41 par olympe

Fredonzeweb, oui mais après il faut faire la différence entre le futile et l'important. et le repas c'est important !
Liveche, je me demande bien ce que va donner cette émission. j'ai un peu peur quand même vu le style habituel des téléréalités
Journal de chrys, oui parceque si il n'y avait qu'elle elle se fait une omelette ou une salade et il se débrouille, mais avec les enfants c'est plus compliqué
Littera, pas forcément. si elle l'aime et qu'il l'aime il y a moyen de discuter

7. Le 28/02/2011, 21:57 par isabelleB

faut lancer une grève illimitée de la cuisine :-)

8. Le 28/02/2011, 22:33 par polluxe

Un de mes amis disait récemment (je ne sais pas si c'est une citation) : les autres font ce qu'on leur laisse faire... Et j'avais trouvé cela très juste...

9. Le 28/02/2011, 23:39 par olympe

IsabelleB, oups non. ou alors faut surtout pas en parler à mon mari
Polluxe, l'inverse est vrai

10. Le 01/03/2011, 00:09 par Nathinphoenix

Ouh la elle a besoin d'un bon coaching !!!!!!!!!!!!!!!!! Sinon je suis d'accord avec toi !

11. Le 01/03/2011, 07:53 par Laurent

Eh oui, bien souvent aujourd'hui ce sont les femmes qui font en sorte de faire chuter les acquis du féminisme... et ça arrange sans doute les hommes aussi...

12. Le 01/03/2011, 08:06 par littera

Laurent : je suis d'accord. Caca dans les yeux ou déni, il y en a encore (!) qui préfèrent
perdre un boulot plutôt qu'un mari.
Olympe : l'Amour ??? Ah ah, laissez-moi rire. L'amour n'existe pas, le sexe oui, l'habitude
oui, le sens du confort, certainement. Relisez Freud, l'amour est une illusion.

13. Le 01/03/2011, 08:07 par la mere poule

Moi non plus je n'ai pas envie de la plaindre, ce qui me fait de la peine, c'est de constater comme les clichés sont tenaces dans l'inconscient

14. Le 01/03/2011, 08:50 par carole

Une règle (pas forcément simple) de vie avec les autres : ne pas accepter ce qu'on est pas prêt à accepter 50 ou 100 fois (si c'est légitime). On peut se faire surprendre une fois, deux fois, trois fois, mais en se préparant mentalement à quelque chose dont on sait que ça va arriver, il est possible de mettre un terme à une habitude qu'il nous est difficile de tolérer sur le long terme. Essayez avec les sondages ou autres ventes par téléphone, ça marche (juste empêcher l'interlocuteur de parler en disant "Non, je ne suis pas intéressée, au revoir" et raccrocher aussitôt).

Ceci étant, il y a des choses que l'on trouve intolérable, mais que l'on tolère parce que "c'est ça ou rien". Une jeune femme que je connais gère toute la maisonnée, tout en râlant. Elle est en couple avec un médecin, et il lui offre une belle vie confortable, dont elle ne se séparerait pour rien au monde. Du coup, elle fait des choses qu'elle trouve pesantes et en s'en plaignant, mais elle préfère cela plutôt que d'aller gagner son argent avec un boulot qui l'oblige à se lever le matin et qui ne lui offrirait pas les mêmes possibilités sociales.

15. Le 01/03/2011, 09:03 par littera

Carole : et si ce n'était pas "c'est ça ou rien" mais plutôt "c'est ça, ou autre chose". Cette autre "pov femme" se retrrouvera un jour sur le divan, à se demander mais pourquoi donc elle est si malheureuse, elle qui a tout fait pour, etc. Peut-être alors ne sera-t-il pas trop tard (après quelques années de travail) pour qu'elle devienne enfin qui elle est, et ne soit plus "l'ombre de", la moitié (en général la mauvaise) de, etc etc. Etre une femme libre se conquiert de haute lutte.

16. Le 01/03/2011, 09:24 par Mooglosaurus

OH OLYMPE!!! EPOUSE MOI!!!

Il y a féminisme victime: "bouh bouh ouin oui, tout le monde il est méchant envers les femmes et je suis une femme"
et
Il y a féminisme réactif: "ouaich ma poule, ça pue, on va faire bouger le schmilblik pour que tout le monde prenne ses responsabilités. Allez, je commence par moi-même ^^"

Et je voulais justement toucher ce sujet aujourd'hui sur mon blog (à voir si je trouverai le temps dans la journée ^^)

17. Le 01/03/2011, 10:24 par Violette Bleue

Entièrement d'accord avec toi Olympe, sur tous les points.

Je trouve d'ailleurs que pendant un temps, Vie de Meuf c'est un peu devenu "Vie de Merde" pour les femmes, j'ai donc arrêté de lire il y a quelques mois tellement le niveau est tombé bas. (là je viens de retourner lire un peu, c'est mieux mais... ça se répète quoi)

Comme l'a dit fredonzeweb, le pire ennemi de la femme, c'est parfois elle-même...

18. Le 01/03/2011, 10:26 par solveig

J'espère qu'après ça elle a eu une bonne discussion avec le tendre époux en question et qu'il sera mieux brieffé pour la prochaine fois ... sinon, y a vraiment un problème !

19. Le 01/03/2011, 10:40 par solveig

@ Didier Goux : toujours égal à lui-même !...MDR

20. Le 01/03/2011, 11:05 par odile

je m'étonne que ce soit encore possible de nos jours......... Sûrement un très très vieux couples de très très vieux...
Bises, ODile

21. Le 01/03/2011, 13:40 par Gabrielle

je confirme, ça marche de mettre les points sur les i.
alors c'est sûr, faut pas avoir peur de passer pour une chieuse, une emmerdeuse... tout ça parce qu'on réclame de partager un truc qu'on se cognerait toute seule sinon. ma belle-mère m'avait envoyé "mais enfin, c'est ça aussi l'amour!" en parlant de repasser les chemises. maintenant je brique la baignoire quand lui passe la serpillère, c'est MA conception de l'amour :)

et aussi, quand on discute tâches ménagères je ne dis jamais "moi j'ai de la chance, il m'aide". Je dis "ah bon? nous c'est moitié-moitié, normal quoi"

22. Le 01/03/2011, 14:30 par ninon

Pas sûr que ce soit un vieux couple puisqu'il y a 2 filles devant la télé, ou alors ce sont de grandes filles et elles auraient pu se mettre tout autant que leur père devant les fourneaux. Comme quoi, le machisme n'est pas que l'apanage des hommes. Est-ce le statut de femme ou de mère qui est un esclavage ?

23. Le 01/03/2011, 16:23 par Anna

Gabrielle, j'aime ton point de vue. Demander à un homme qu'il "aide" sa compagne en faisant la lessive ou en s'occupant du bain des enfants, c'est impliquer que c'est son travail à elle et que c'est par pure bonté qu'il le fait.
"Participer", c'est autre chose !

24. Le 01/03/2011, 17:38 par ajuga

C'est assez délirant de voir qu'en 2011 on trouve encore des couples comme ça !
Tiens va falloir que j'essaye cette semaine, ma femme est en stage, elle rentre à 7 heures, moi je glande à la maison. Je vais m'assoir dans un fauteuil en lisant un machin, boire une bière et l'engueuler quand elle arrive en lui disant que j'ai faim et qu'elle ferait bien de se dépêcher de faire la cuisine.
Non, comme je suis un mec sympa, je ne l'engueulerai pas, je lui ferai juste remarquer gentiment que je m'inquiétais, en terminant par "qu'est-ce qu'on mange ?" ce sera plus discret. Ou alors je lui montre qu'exceptionnellement je fais cuire des pâtes, et que l'aspirateur est disponible ?

Je ne sais pas pourquoi, j'ai comme l'impression que de toutes façons ça risque de ne pas bien se passer ...

25. Le 01/03/2011, 18:31 par Héloïse

Permettez-moi de bondir comme une seule femme à toutes ces réactions: femme ennemie d'elle-même, victime de ses propres limitations, etc ...

Alors, certes, le changement viendra d'abord de nous-mêmes, individuellement, dans notre sphère privée en espérant qu'il fera tâche d'huile mais il ne faut pas oublier qu'il est difficile, usant et ingrat d'échapper à la pression qui s'abat sur nous en ce qui concerne les tâches domestiques. Même en 2011, il faut carrément se battre contre son conjoint, son entourage, la société entière pour parvenir à faire comprendre qu'il est NORMAL de ne pas être la bonniche attitrée. Et quand on parvient à instaurer une certaine égalité ménagère, on est considérée comme une "pas commode" et notre compagnon comme un toutou soumis. J'ai déjà été insultée de la sorte parce que j'avais dit que mon conjoint faisait le ménage et mon beau-père me fait la gueule depuis qu'il le sait. Refuser ce rôle c'est se mettre en danger et cela nécessite d'accepter l'injustice d'être la méchante de service. Pas facile pour tout le monde, il faut une certaine dose de détermination.

Je crois que les femmes en ont assez sur le dos sans qu'on se mette nous aussi à les accabler. Les aider à changer oui, en changeant nous-même, mais les culpabiliser en les rendant coupables de leur situation c'est non seulement faux (c'est la classe des hommes qui nous oppresse avec ça en premier lieu) et improductif voire contre-productif pour l'estime personnelle déjà bien entamée des femmes.

Les femmes sont avant tout victimes d'une société patriarcale et si elles reproduisent ce qui les contraint, les réduit c'est parce qu'elles sont enfermées dans un système aliénant. Sans ce dernier, il n'y aurait pas d'oppression et donc pas de nécessité du féminisme ...

Comme disaient les anciennes du MLF, il faut être tolérantes avec celles qui sont tombées au combat.

26. Le 01/03/2011, 19:37 par olympe

héloise, en même temps la femme qui rentre d'une réunion sur la politique de la ville et poste sur viedemeuf elle ne doit pas être complétement démunie socialement et culturellement.
ce ton de victime est, dans ce cas parceque je ne dis pas ça tout le temps, totalement contreproductif,

27. Le 01/03/2011, 20:57 par lyly

Je suis d'ac avec héloise et olympe,

mes amies ( 25 ans )me font bien rire quand elles se plaignent que leurs compagnons ne repassent pas leurs chemises, si elles sont assez c..... pour le faire à leur place pourquoi ils s'embetteraient à le faire?

mais c'est aussi usant de passer pour la mégère de service et pour mon compagnon de passer pour un toutou soumis, alors qu'on partage naturellement les tâches sans disputes (enfin c'est moi qui doit plutôt me faire houspiller de temps en temps), et ça sera toujours à moi qu'on ferra des commentaires sur l'état de "mon" intérieur, comme si j'étais la gardienne du culte de la propreté.

28. Le 02/03/2011, 03:55 par Butch Cassidyke

Je suis assez d'accord avec Héloïse. Autant je peux comprendre la réaction à chaud «mais pourquoi tu restes avec un connard pareil ?», autant je trouve que certaines réactions reviennent un peu à rejetter la responsabilité d'une oppression sur le groupe qui la subit. Surtout que les mécanismes d'aliénation liés au sexisme en général et au couple en particulier c'est quand même assez puissant (y'a qu'à voir le nombre de meufs qui restent avec un keum violent parce qu'elles l'aiment, qu'au fond c'est un type bien, etc.) et bêtement je préfère me dire que commencer à râler de la situation sur un féministe c'est déjà une première prise de conscience que c'est pas normal.

29. Le 02/03/2011, 06:15 par famille france

Je suis peut être qu'un homme mais aussi un époux et père de famille ce qui m'ammenne à croire que l'on doit tout partager et que bien évidemment si madame et en retard et n'a pas prévenu il est bon de la remplacer pour le repas de la famille ce qui n'empeche pas de s'inquiéter d'un retard anormal car pas prévenu.
Cela mes arriver une fois que ma femme soit trés en retard et ne réponde pas sur son portable car celui-ci étais décharger; j'ai donc fais le repas puis je me suis bien entendu inquiéter qu'il ne lui soit rien arriver de grave.
J'e me préparer ensuite à demander à un proche de venir garder notre fille le temps de refaire le trajet de son travail ou d'appeler les urgence pour savoir ce qui pouvais lui etre arriver mais au moment ou j'étais au téléphone avec mon père elle est arriver.
Finalement plus de peur que de mal mais au moin elle n'avais rien à faire de plus que de manger et coucher notre fille.

30. Le 02/03/2011, 07:22 par ajuga

euh là j'ai comme un doute : vous travaillez tous les deux ? et dans les situations habituelles c'est elle qui fait la cuisine ? j'espère que ce n'est pas ce que tu dis, sinon on est en pleine situation d'exploitation.

31. Le 02/03/2011, 11:14 par emelire

"accepter que ce soit moins bien fait" ... c'est le truc qui revient souvent, les femmes seraient trop 'difficiles' et cela sous entend (pas dans ta bouche, mais ça arrive) que finalement les femmes (forcément perfectionnistes !) "préfèrent" faire elles mêmes que voir tout mal fait.
La réalité, c'est que pas mal d'hommes font exprès mal le boulot : soit sciemment, pour qu'on ne le leur demande pas 2 fois, soit parce qu'ils considèrent que c'est pas "leur truc" et ne font aucun effort pour faire au moins proprement ce qu'on leur demande ou ce qu'ils essaient de faire "pour participer".
La solution : c'est aussi prévoir. Titi déteste faire à bouffer, il fait peu d'efforts, il ne "voit pas" qu'il est l'heure de bouffer ... du coup j'ai parlé avec lui plusieurs fois, il y a toujours au frigo de quoi se nourrir simplement sans grande préparation, je le briefe avant de partir (dit à la cantonade, comme ça les ados entendent aussi, que je risque de rentrer tard, donc NE PAS m'attendre !!!) et un soir par semaine il va chercher à bouffer chez un traiteur tout près (tout le monde est ravi, et comme ça je vais tranquillou à ma réunion féministe mensuelle sans casser l'ambiance avec ces histoires de bouffe à faire ou à penser)... mais c'est vrai que c'est pesant tout ça !
Perso ça me dérange pas de faire à bouffer (je fais assez vite et c'est correct) mais si je sens que c'est un poids lourd comme ça, que ça n'incombe qu'à moi alors que j'ai une vie (boulot, réunions, sport), ça devient un esclavage et c'est cela qui m'insupporte. Mais même après presque 30 ans de vie commune, ben il faut parfois, encore en rediscuter ...

32. Le 02/03/2011, 11:59 par Laurette

Comment dire... Ce petit billet m'a laissé un arrière-goût de mépris qui ne colle pas, d'habitude, avec le ton habituel de ce blog... car non, nous ne vivons pas dans un monde idéal où toutes les femmes "pas complètement démunies socialement et culturellement" (je te cite) parviennent à mettre en adéquation leur mode de vie et leurs convictions, leurs idées et leus pratiques conjugales et familiales. Il y a sans doute, je le constate ici, des féministes qui ne lâchent rien, refusent tout compromis, et assument une vie de femme libre sans que jamais la domination masculine n'atteigne leur intimité. Peut-être... sans doute... et bravo ! Sauf que la vie est complexe... et que, oui, parfois, on est en colère contre des situations dont on est bien consciente qu'elles existent uniquement que parce que nous ne les avons pas refusées. Et ce n'est pas forcément se poser en victime que de le dire... Je sens que je vais faire hurler les femmes parfaites qui lisent ce blog... mais moi, par exemple, je vis avec un horrible macho. Je le sais. Je l'assume, et je ne laisserai pourtant personne me dire, à moi, que mes convictions féministes valent moins que celles des femmes qui ont refusé toute concession.
Dernière petite remarque : je suis perplexe devant les commentaires du type "comment ce genre de situation est-il encore possible aujourd'hui ?" Attention à l'ethnocentrisme de classe... La situation décrite est tristement banale... La très grande majorité des couples vivent encore aujourd'hui sous le modèle classique de la domination masculine... Croire le contraire, c'est donner du grain à moudre à ceux qui affirment que le féminisme est un combat d'arrière-garde.
Et enfin, toute dernière dernière remarque : BRAVO pour ce blog ! Je fais partie de la majorité silencieuse qui d'habitude ne laisse pas de commentaires... mais ça ne m'empêche pas d'apprécier !

33. Le 02/03/2011, 21:12 par 22decembre

Alors j'aimerais m'élever, poser mon point de vue de mec, et faire une remarque surprenante !

Ma petite amie ne me laisse pas faire les tâches ménagères ! (du moins pas facilement)...

Quand je fais la cuisine (je ne suis pas grand chef cuistot, mais je sais tenir une poële et une casserôle) elle surveille derrière moi.
Elle fait toujours la vaisselle avant que j'ai eu le temps d'attaquer (je suis certes faignant, mais si elle laissait traîner comme moi, elle sait très bien que je le ferais !).
Et quand je lave la salle de bains, elle dis après "ouais, c'étais pas mal, mais j'irais finir après...".

Enfin, je me rappelle d'une fois où ma belle-mère (qui me déteste d'ailleurs !), qui est syndiqué, de gauche et tout le bazar, donc on pourrait penser féministe, m'a éjecté de la cuisine un jour !

Donc, mesdames, vous râler contre l'injustice et le machisme ambiant, bien ! Mais encore faut-il laisser leur place aux hommes de bonne volonté de temps en temps !

34. Le 02/03/2011, 22:11 par olympe

Heloise, Butch je ne pense pas qu'on puisse comparer cette situation avec celle de violences. parcequ'autant c'est difficile de prendre les décisions dans le cas de violences : partir ? porter plainte ? en parler ? à qui ?
se disputer par contre au sujet des taches ménagères me semble beaucoup moins difficile et les répercussions sur la vie ne sont pas de la même ampleur.
que faire ? bien sûr il faut changer les stéréotypes dans la pub et les médias, bien sur il faut exiger des actions en faveur de la coparentalité dans les entreprises mais après ? on ne va pas faire une loi pour dire que chacun doit faire une partie du ménage et de la cuisine ! alors si nous ne prenons pas les choses en main pour changer à notre niveau à nous on n'avancera pas.
Laurette comme le rappelle Cultive ton jardin ce texte se trouvait sur un site féministe. Et il ne me semble pas que la bonne idée soit de se lamenter en choeur, mais plutôt de se serrer les coudes pour se sentir plus fortes au moment d'agir.

Didier je croyais que vous aviez arrété de boire

Emelire, prévoir c'est encore faire. je suis toujours étonnée des femmes qui avant de partir en déplacement préparent les repas pour plusieurs jours à l'avance.

ajuga, on sent l'expérience

22dec oui j'ai eu une conversation comme ça avec des gens pas plus tard que Dimanche.

35. Le 03/03/2011, 12:05 par pat

L'histoire que vous racontez dans l'article arrive a des hommes, elle peut se terminer tres mal, dans une séparation d'une violence extreme. Cela m'est arrivé. La situation est sans doute plus courante pour des femmes, mais les choses évoluent et pas toujours dans le bon sens.

36. Le 03/03/2011, 18:33 par Zoé

je me demandais, comme ça... est-ce qu'il y a des statistiques (ou des chiffres) sur d'éventuelles différences de prise en charge des tâches ménagères par les hommes qui ont vécu seuls avant de vivre en couple? Étant donné que de plus en plus de gens vivent seuls, surtout dans les grandes villes, est-ce qu'il y aurait des différences de comportement?
On pourrait en effet imaginer que les hommes ayant vécu seuls ont davantage développé un comportement ménager.
Y-a t-il aussi des statistique par âge?

37. Le 04/03/2011, 18:51 par estel334

En général, quand je rentre en retard après l'avoir prévenu, mon homme s'est occupé du repas.
mais je dois préciser que cette "habitude" de partage des taches ménagères n'est pas venue naturellement. En fait il m'a fallu beaucoup de patience pour le faire évoluer;
et j'ai due argumenter plus d'une fois pour lui faire comprendre que je n'étais pas la boniche de service, avant de parvenir à un résultat satisfaisant !
Vous voyez donc que notre cause n'est pas perdue d'avance et qu'il y a de l'espoir !

38. Le 07/03/2011, 09:16 par Lamentable

La posteuse a donné des précisions dans un commentaire sur le site viedemeuf, après avoir reçu quelques sympathiques et solidaires réflexions comme les vôtres :

"Alors là une mise au point s'impose.
500 caractères c'est vraiment peu pour expliquer une scène. Ce qui m'a , en fait énervée, c'est qu'en 20 ans de vie commune c'est la première fois qu'il me fais une réflexion aussi débile.
Mon mec est quelqu'un de bien, il me soutient dans mon combat féministe et se revendique pro-féministe.
Je regrette d'avoir poster ce message, je voulais surtout montrer qu'il faut rester toujours vigilantes, car, une petite baisse de régime et le naturel revient au galop."

Bilan : sur le site viedemeuf comme ici, condamnation majoritaire de la femme d'emblée (les réflexes sont bien ancrés, c'est effrayant), et pour elle, regret d'avoir parlé.

Vos mecs sont donc parfaits parce que vous vous êtes de vraies féministes, pas comme cette pauvre fille responsable de sa merde.

Je pense qu'elle a bien compris le message et qu'elle réfléchira à deux fois avant de parler à nouveau.

C'est impressionnant de participer aussi bien au système. Vous êtes de bonnes petites soldates.