Devez-vous vraiment remplacer l'école ?

J'ai terminé ma dernière newsletter (vous pouvez vous y abonner ICI ) par cette phrase 

" J'écrirais bien quelque chose sur l'école à la maison qui occupent les parents mais je ne suis plus concernée. Mon avis étant qu'en cette période le plus important est de se créer des souvenirs de famille agréables. L'école, c'est à l'école. "

qui n'a pas vraiment de rapport avec l'égalité hommes/femmes mais  j'ai reçu au moins 20 mails qui me remerciaient de ça.  Je vais donc expliquer plus longuement ma façon de voir les choses. Ce n'est que mon avis, mais d'une part je suis psychologue, d'autre part j'ai 5 enfants, qui ne sont plus des enfants, et qui ont tous une profession choisie avec le coeur et dans laquelle ils s'épanouissent et jamais, jamais, je ne leur ai donné des devoirs supplémentaires. Passé le CE1 la règle était qu'ils se débrouillaient pour faire leur devoir mais pouvait me demander si nécessaire (ce qui était rare). 

Creuser les inégalités 

Certains parents ne peuvent pas soutenir leurs enfants dans cette tâche : parceque l'appartement est trop petit, parce qu'ils n'ont pas le matériel, ou pas une bonne connexion ou parce qu'ils n'ont pas les connaissances nécessaires. A la rentrée prochaine ceux qui n'auront pas suivi le programme seront en difficulté par rapport à ceux qui auront tout fait.  C'est profondément injuste.

J'ai lu nombre de fois que les parents avaient peur que leur enfant "perde leur année". Mais perdre quoi ? Tous les enfants d'âges scolaires sont aujourd'hui logés à la même enseigne. Cela ne concerne pas que votre enfant ni même une tranche d'âge, cela concerne toute une génération. L'éducation nationale va évidemment devoir y réfléchir et adapter les cursus : soit en allégeant certains programmes, soit en accélérant, soit en diminuant les congés, bref ce n'est pas à vous de gérer un problème sociétal de façon individuelle. 

A quoi sert l'école ?

Elle apprend des bases indispensables aux enfants : lire, écrire, compter mais aussi comprendre le monde dans lequel ils vivent. Mais les enfants n'apprennent pas qu'à l'école et ils n'apprennent pas que de façon didactique. Ils apprennent aussi en regardant, en expérimentant, en jouant, en révant. Donc en n'allant pas à l'école il y a certains savoirs qu'ils n'acquiereront pas, enfin pas maintenant, mais le temps passé à la maison n'est pas du temps perdu. C'est au contraire l'occasion de prendre le temps de découvrir d'autres choses.

L'école est aussi, et surtout un lieu de socialisation primordial, et c'est certainement ce qui manque le plus à votre enfants, comme à vous d'ailleurs : les jeux avec des amis de son âge. Fort heureusement il y a skype, zoom et les autres.

Mais alors que faire ? 

Evidemment la problématique n'est pas la même pour des lycéens proches du bac ou des enfants de maternelle. En principe les lycéens sont autonomes, si vous devez encore être sur leur dos pour qu'ils travaillent ça ne date pas du confinement et le problème est ailleurs.

La  seule chose, à mon avis, qui soit indispensable concerne les CP et CE1. A cette période de l'année en principe ils savent lire mais c'est une compétence qui est encore fragile et nécessite un long entrainement. Donc oui, il faut les faire lire et écrire un peu tous les jours. Pour les autres classes vous pouvez bien sûr suivre les consignes des enseignants, à condition que cela ne prennent pas plusieurs heures par jour ou ne génère des conflits avec votre enfant.

Le principal, pour vous et pour eux et de bien vivre cette période. Pensez à ce qu'il gardera comme souvenir du confinement quand il sera adulte : un cauchemar qu'il voudra à tout prix éviter de revivre ou une belle parenthèse, des vacances à la maison avec un ou des parents toujours présent et facilement disponible. Un moment où vous avez eu le temps de partager avec lui vos passions ou d'en découvrir d'autres ensemble. (Pour quelques idées vous pouvez aller sur le site de Ciloubidouille mais il y en a évidemment beaucoup d'autres). 

Evidemment ne les laissez pas trop longtemps devant la télé ou la tablette. Ce qui ne veut pas dire jamais, vous aussi vous avez besoin de souffler.

Et l'image qu'ils en garderont dépendra plus de l'état émotionnel dans lequel vous serez tous que des activités pratiquées. Si vous êtes stressés, inquiets et que les cours tournent au conflit ils seront stressés, inquiets et en colère.

Crédit photo : PEXELS