Les fonctions des jouets genrés

C'est la période pour s'indigner à propos des rayons de jouets distincts filles/garçons dans les magasins. Même si il semble qu'il y a tellement d'autres raisons de s'indigner cette année que le web n'a pas besoin des marroniers habituels .

Mais se focaliser sur les couleurs : rose d'un côté, bleu/marron de l'autre ne fait pas avancer les choses.

Le problème n'est pas la couleur, le problème est que ces jouets n'apprenent pas la même chose aux enfants.

On peut déja remarquer que les jouets pour les garçons sont plus nombreux et plus diversifiés que ceux destinés aux filles. Ils sont généralement associés à l’extérieur. Au contraire, les jouets des filles sont plus limités en nombre et en possibilités, et bien sûr associés à l’intérieur.

L’une des premières fonctions du jeu est d’imiter les adultes.

Il est évident que les jouets proposés aux filles les préparent à endosser des rôles féminins : s’occuper des autres mais aussi de la maison et des tâches domestiques alors que les garçons sont invités à s’intéresser à la technique, la mécanique et tout ce qui permet de se déplacer.

Mais il y a encore plus subtil :

Les jouets et jeux constituent l’un des moyens privilégiés de l’enfant pour entrer en contact avec le monde qui l’entoure et apprendre comme il peut interragir avec lui. Les jouets destinés aux garçons offrent davantage de possibilités de manipulation et leur fournissent plus de feed-back par essais et erreurs. Les jouets tels que les jeux de construction, d’emboîtement leur fixent un objectif à atteindre, et permettent de réussir quelque chose. Grâce à eux ils acquièrent des compétences spatiales, mathématiques, analytiques et scientifiques. Ce sont aussi des jeux de contrôle d’un univers.

Une autre catégorie de jouets fait appel à l’imaginaire de l’enfant.

Ce sont des jeux symboliques au cours desquels l’enfant évolue dans des univers et s’y invente des histoires. Cette fonction du jeu lui permet de rejouer certains moments de sa vie et de mieux les comprendre, ou de leur inventer une autre issue. C’est aussi l’occasion d’appréhender des situations sociales et d’y chercher sa place en testant de multiples scénarios. Pour les garçons ces types de jeux sont souvent des jeux d’exploration et de conquêtes, associés à des activités physiques, à la bagarre ou à la stratégie alors que les jouets équivalents pour les filles les cantonnent à des situations de la vie quotidienne banale : des décors qu’elles doivent aménager ou des personnages dont elles doivent s’occuper. Il s’agit pour elle de mettre en scène des intérieurs en les embellissant ou en les rendant fonctionnels. Les jeux de filles favorisent l’interaction, la proximité physique et la parole, bien davantage que ceux des garçons qui privilégient l’action et la maitrise.

Dans notre livre Comment le sexisme vient aux enfants   , Ciloubidouille a illustré tout cela  (cliquez dessus pour voir les images)