Discours de Muriel Penicaud à l'université du féminisme
que vous pouvez écouter à 18 mn de cette vidéo

La première chose a noter est que la ministre du travail est indéniablement féministe et plutôt militante sur le sujet. C'est une bonne chose.

Evidemment elle a fait valoir son action.

Elle considère que le moment est favorable pour de grandes avancées et elle est convaincue, elle cite à cet effet Simone de Beauvoir, que le travail est un élément essentiel pour la liberté des femmes

elle rappelle que, non seulement la France est 11eme sur 144 des classements internationaux pour ce qui est de l'égalité H/F. Ce qui n'est déja pas très glorieux pour une nation qui a inscrit l'égalité dans sa devise. Mais surtout, qu'elle est 129eme pour l'égalité salariale !

L'une des raisons en est le travail à temps partiel des femmes, subi la plupart du temps, que ce soit du fait de l'entreprise ou de celui des contraintes familiales. Il pourrait en être autrement, aux Pays-bas par exemple les hommes prennent aussi du temps partiel.

Muriel Penicaud insiste sur le fait que la loi qui oblige travail égal/salaire égal est vieille de 45 ans et qu'elle n'est MASSIVEMENT pas respectée, ce qui est assez unique pour une loi de la République.

Mais elle pense que la période est favorable à des grandes avancées car plus personne aujourd'hui, ni homme politique, ni chef d'entreprise, n'oserait déclarer qu'il est contre l'égalité. Avec Marlène Schiappa, elles ont donc oeuvré à inscrire des mesures favorables à l'égalité dans la nouvelle loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel (loi sur la formation professionnelle).

Le principal apport de cette loi est qu'elle transforme l'obligation de moyen en obligation de résultat. Les entreprises ont 3 ans pour arriver à l'égalité.

     - Chaque entreprise devra publier ses résultats en la matière sur son site, ce qui devrait, selon elle, être très incitatif car les entreprises sont désormais soucieuses de leur image.

     - Contrairement à ce qui se dit ce ne sera pas une usine à gaz car toutes les données sont déja dans la DSN (déclaration sociale nominative, qui servira entre autres au prélèvement à la source).
La mesure portera sur les inégalités de salaires mais aussi sur les types de postes, les augmentations etc

     - Une enveloppe de rattrapage des salaires des femmes devra être inscrite au budget des entreprises

     - Les contrôles de l'inspection du travail sur ce sujet seront multipliés par 4. Attention elle n'a pas dit que les inspecteurs seront 4 fois plus nombreux, et pour ce que j'en sais les contrôles sur l'égalité hommes/femmes sont très peu nombreux et les inspecteurs globalement assez peu motivés sur le sujet .  D'ailleurs il ne leur ai guère proposé de formations spécifiques sur le sujet, ni de sensibilisation aux fonctionnement des stéréotypes.

Par ailleurs les nouvelles règles du compte personnel de formation, qui sera utilisé à la discrétion des salariés sans qu'ils n'aient à obtenir l'autorisation de leur employeur devrait leur ouvrir davantage de possibilité.

Elle espère également que le développement du télétravail, associé à une politique "intelligente" d'accueil des jeunes enfants permettra aux parents de concilier plus facilement travail et vie familiale. Et cela concerne tout particulièrement les mères seules.

Globalement je dois dire que je la trouve bien trop optimiste. et que je crois pas 1 seconde que l'égalité professionnelle sera atteinte dans 3 ans?