Neuf mois ferme

Récemment j'ai regardé ce film, une comédie bien française sur laquelle j'avais lu des critiques élogieuses. Il parait que c'est très très drôle.

Mais je voulais surtout vous faire un résumé du scénario. De sa substantifique moelle en quelque sorte

Donc .... une jeune femme célibataire, célibataire endurcie nous précise t-on. Pour apprécier d'être seule, ou seul car l'expression est tout aussi valide au masculin, il faut,  bien évidement, être dur.

Elle adore son travail, y  met toute son énergie et tout son temps et connait une belle réussite. Ses compétences sont appréciées et on lui confirme une très grosse promotion. Un poste envié qui est rarement atteint à son âge.

C'est son choix, elle gagne bien sa vie et semble tout à fait satisfaite de son sort.

What else ?

Heureusement les évènements vont lui montrer qu'elle a fait fausse route dans son choix de vie.

Après quelques péripéties peu plausibles, mais c'est la loi du genre et je reconnais que ça fonctionne plutôt bien

1/ elle se retrouve enceinte alors que c'est la dernière chose qu'elle souhaite

2/ face à un choix Cornélien, elle est amenée à décrire publiquement les relations sexuelles qu'elle a eu avec un homme qu'elle ne connaissait ni d'Eve ni d'Adam. Cet aveux permet de sauver l'homme en question de la prison ( et lui donne plutôt un peu de prestige) , la condamne par contre à se voir rétrogradée (et bien sur adieu la grosse promotion) eu égard au scandale ainsi crée. 

Toujours la même histoire des relations sexuelles qui glorifient l'homme mais rendent la femme scandaleuse. Surtout quand elle a l'air d'y prendre autant de plaisir.

3/ en fait, tout est bien qui finit bien :  sa vie est bien mieux puisqu'elle a un adorable bébé et qu'elle va tomber amoureuse de son père hasardeux.

Conclusion : 

C'est trop triste d'être jeune, jolie, brillante et d'avoir pour seule objectif dans la vie de siéger à la Cour de Cassation, il vaut mieux être juge déclassée dans un trou paumée mais épanouie avec un bébé et un amoureux. 

Sinon, on pourrait aussi faire un topo sur le gars qui a mal tourné à cause de sa mère alcoolique et des services sociaux incompétents mais qui est en fait un prince charmant déguisé en crapaud. 

Commentaires

1. Le 14/03/2014, 08:01 par Gabrielle

Merci pour ce billet Olympe...

je trouve toujours aussi amer qu'on continue a rappeler aux femmes que l'ambition c'est bien joli mais que rien ne vaut une petite famille, quand autant de peres ne voient pas leurs enfants grandir, la tete dans le guidon du boulot.
double standard?

au boulot c'est tres flagrant. D'ailleurs le peu de femmes qui ont des postes de terrain eleves sont celibataires. Tout le monde se repand en soupirs "c'est dommage tout de meme, elle n'a pas de famille..." mais personne ne se demande si les top managers masculins arrivent a voir leurs enfants...