Le refus par l'Assemblée nationale, dans la nuit du 14 au 15 octobre 2015,  de considérer  les produits de protections féminines comme des biens de première nécessité et de les faire bénéficier d’une TVA de 5,5% à la place des 20% actuellement appliqués, a fait beaucoup de bruit. C'est le moins que l'on puisse dire ; partie de twitter et facebook l'indignation s'est rapidement étendue, bien au delà des cercles féministes qui, depuis plusieurs mois se sont mobilisés pour supprimer cette "tampontax". (La pétition du collectif Georgettesand est ICI, sur Influencia une analyse des tweets sur le sujet par une experte)

Rappel des faits

Rue89 avait calculé que les protections périodiques coutent 104€ par an à une femme.  C'est donc d'une économie annuelle de 15€ que représenterait cette baisse de 15% de TVA.
Vu du coté gouvernementale ce serait un manque à gagner de 55 millions. C'est ce qu'a indiqué  Christian Eckert, secrétaire d’Etat au Budget dont l'argumentaire, pour le moins maladroit, a considérablement contribué au buzz.

Il a rappelé  que  « le taux normal de la TVA, c’est 20 % ». Et qu’il y a « des règles communautaires, qui interdisent de mettre des taux réduits sur n’importe quel produit ». 

Il a considéré que « les produits d’hygiène ne sont pas exactement des produits de première nécessité »

Il a rapproché  le débat sur la « taxe tampon » de celui sur « les parcs d’attraction et l’entrée des grottes ».

Enfin, il a osé une comparaison avec des articles destinés aux hommes. "Il y a beaucoup de produits d'hygiène qui concernent plutôt les hommes et dont le taux de TVA est à 20%, comme les mousses à raser spéciales hommes".  

Plus tard, il a aggravé son cas en faisant état de  l'intimité des femmes de sa vie « J’ai une femme et trois filles, donc un environnement qui connaît le sujet.  J’aime bien faire les courses le samedi, je connais la taille, la typologie et la couleur pour chacune d’entre elles, poursuit-il. Je sais que pour l’une, c’est avec applicateur, pour l’autre XXL etc. Je suis vraiment le dernier à pouvoir être taxé de propos ignorants sur le sujet ! Ce n’est pas très juste. ». Ce n'est pas sans rappeler les propos de Gérard Longuet pour se défendre face à une intervention de la La Barbe "J'ai une femme, 4 filles, une mère et quand j'ai un chien c'est une chienne."

Ce qui ne passe pas :

La mise en évidence de nombreuses incohérences, et d'injustice dans la TVA

On peut comprendre que 55 millions ce n'est pas une paille, mais dans ce cas, et de très nombreux internautes l'ont souligné, comment justifier qu'en 2015 les produits d'hygiène ne soient pas considérés comme de première nécessité ? comment expliquer que le chocolat, le foie gras, les sodas, les magazines, les billets d'entrée au zoo et au cirque bénéficient de taux privilégiés  (le détail par Les décodeurs) ?
A l'évidence il y aurait du ménage à faire dans les taux de TVA, qui nous concernent tous quotidiennement.

Le fait que des hommes prennent des décisions sur un  sujet qui ne concerne que les femmes

L'Assemblée nationale est composée de 73% d'hommes, qui ne sont forcément pas concernés.  C'est probablement ce qui a le plus suscité la colère des internautes. Les propos du secrétaire d'Etat sont apparus comme méprisant envers les femmes ; rappeler à cette occasion un débat plus ancien concernant les parcs d'attraction et les entrées de grottes  (abstenons nous d'une psychanalyse sauvage) c'est  renvoyer  un sujet féminin vers le domaine du ludique, du pas sérieux. Enfin, oser comparer tampons et serviettes avec la mousse à raser c'est, au mieux faire preuve de mauvaise foi, au pire ne vraiment rien imaginer de ce que vivent les femmes chaque mois. 

Ce que ce buzz démontre : 

Il n'est pas qu'anecdotique, il met en évidence, à mon avis, 2 évolutions importantes 

1/ Le fait que la légitimité du Parlement soit de plus en plus contestée.

 Il est évident dans ce cas que, même si des femmes ont voté contre l'amendement, qu'une majorité d'hommes ne peut pas se prononcer en bonne connaissance de cause, et en toute objectivité sur un sujet qui ne les concerne pas. L'erreur, grossière, étant, d'avoir osé le ramener à quelque chose qu'ils connaissent : la mousse à raser. Comme si il y s'agissait d'une guerre des sexes.
On peut remarquer que la représentativité des élus, dont le profil sociologique est trop homogène, est de plus en plus souvent discutée, mais en l'occurence il s'agit dans ce cas de  50% de la population qui ne se sent pas prise en compte.

2/ Le fait que les femmes revendiquent désormais d'être prises en compte dans leur différence

Jusqu'à une période récente, les femmes, qui essayaient d'investir le monde du travail, s'employaient à faire oublier qu'elles étaient des femmes. En adoptant des codes masculins, en se débrouillant pour ne pas poser de questions avec leurs problèmes spécifiques, au premier rang desquelles figurent la grossesse et la conciliation vie privée/vie professionnelle. Impensable donc d'évoquer leurs règles, elles se contentaient de se réjouir qu'on ne les obligent plus à s'enfermer sous prétexte qu'elles feraient tourner la mayonnaise ou rater les négociations. Ce qui est encore le cas dans une grande partie du monde.
Il semble que cela soit terminé, les femmes revendiquent ce qui ne doit plus être considéré comme une faiblesse ou une tare honteuse mais comme une contrainte spécifique qu'elles ont à gérer. Et elles trouveraient normal que la société, ou plutôt les 50% de la population qui n'a pas de règles,  reconnaisse cela.
-----------------

Notons qu'une décision de ce type a été prise au Canada, et appliquée au Québec depuis le 1er juillet.  

Les photos viennent de la page Facebook de l'association Osez le Féminisme du Doubs, très active sur le sujet, et très en colère car la mairie de Montbéliard a interdit l'un de leurs évènements.

Au cas, peu probable où vous ne les auriez pas encore vues les vidéos de Klaire et de Sophia Aram