ATTENTION, ce billet spoile 4 films

Ces derniers mois j'ai vu plusieurs films qui ont pour thème, direct ou indirect, des viols et j'ai pu voir qu'il y a différentes façon de le faire, qui ne sont pas anodines évidemment.  

L'un est réalisé par un homme ELLE de Paul Verhoeven , 2 autres par des femmes Voir du pays de Delphine et Muriel Coulin, Les Innocentes de Anne Fontaine,  et j'ajoute Déesses indiennes en colère de Pan Nalin, qui est un homme. Autant le dire d'emblée la façon dont le film de Verhoeven aborde le sujet est très différente des autres films cités, et me pose problème. 

Montrer ?

Il n'y a que dans Elle que l'acte sexuel soit montré, avec complaisance et à plusieurs reprises alors qu'il est extrêmement violent. Une image fugace permet de deviner ce qui se passe dans Voir du pays. Aucune scène de sexe dans les 2 autres films, le spectateur n'en a pas besoin pour savoir.

Pulsion individuelle ou transgression collective ?

Dans ELLE le violeur obéit à des pulsions dont on ne connait d'ailleurs pas la raison. C'est comme ça et ce n'est la faute de personne. Le reste du temps il est un mari respectueux et un voisin serviable. Dans les autres films le viol est un phénomène de groupe. Des situations où les règles de la société peuvent être transgressées car le contexte les a délitées. Et chaque fois pour les hommes il s'agit, plus que de satisfaire un besoin sexuel, d'asseoir leur pouvoir et de vérifier leur puissance : les militaires en repos en Crète ne supportent pas que leurs collègues femmes flirtent avec des étrangers, les jeunes indiens ne supportent pas qu'un groupe de jeunes femmes s'amusent seules, quand aux soldats des innocentes ils font ce que font les soldats qui conquièrent un territoire ils violent les femmes et disséminent leurs gènes.


Que fait la société ?

Si Michèle portait plainte dans ELLE nul doute que la police rechercherait, arrêterait et condamnerait le coupable. Dans les autres films la société regarde ailleurs et les victimes doivent se débrouiller pour gérer la situation. Dans tous les cas elles sont fortement pénalisées et toute leur vie en est changée sans que personne ne s'en préoccupe. Dans Voir du pays Aurore décide de quitter l'armée, sans même savoir ce qu'elle va faire et personne ne cherchera à connaitre les motifs de sa décision


La position de victimes

ELLE adopte un point de vue psychanalytique, non seulement Michèle ne porte pas plainte mais elle succombe au charme de son voisin, et après avoir découvert qu'il était son agresseur elle continue à se retrouver seule avec lui. Elle a une histoire personnelle très lourde et c'est comme si elle avait besoin d'expier quelque chose qu'elle n'a pas fait (en gros). Les innocentes annonce clairement dans son titre que les religieuses n'ont rien fait d'autre qu'être là et sans défense. Le sujet des 2 autres films n'est pas le viol mais plutôt ce que la société des hommes fait aux femmes, en général et pas seulement du point de vue du sexe , et comment elles essayent de s'en dépétrer, de faire avec, de lutter contre comme elles peuvent.

Solution individuelle ou collective

Dans ELLE Michèle tient à gérer le problème seule et c'est tout juste si elle en parle à son entourage. Dans voir du pays les 3 filles sont ensembles mais chacune se retrouve face à son avenir et choisit ensuite sa propre voie, dans les Innoncentes ou les déesses la situation devient gérable lorsque le groupe adopte une réaction collective. A ce moment là les femmes reprennent leur vie en main et deviennent puissantes.



Pour conclure je dois dire que, si j'adore Isabelle Huppert et que je trouve son Cesar mérité, si je reconnais que l'intrigue de ELLE est plutôt bien ficelée et le film bien maitrisé et peux justifier un César je m'étonne du peu d'articles quand au sujet du film lui-même. Et je sais qu'il faut davantage de femmes réalisatrices pour apporter le point de vue des femmes sur les sujets de société.