Olympe et le plafond de verre

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 20 juillet 2011

Qui peut travailler plus ?

Recyclage de billet. Celui-ci est déja paru en janvier 2011

Remercions Manuel VALLS d'avoir relancé le débat sur les 35H car on ne peut pas dire qu'en 2007 le PS en ai fait un cheval de bataille.

Mes camarades blogueurs ont écrit une foultitudes de billets, recensés ici.

Mais il est un point qui a encore été peu abordé : toute augmentation du temps de travail creuse les inégalités hommes/femmes.

2 raisons essentielles à cela :

- les femmes attachent plus d'importance que les hommes à la conciliation vie privée/vie familiale et sont donc plus attentives aux heures qu'elles font et à l'organisation de leur temps.

- 83% des salariés à temps partiel sont des femmes et parmi elles 1/3 ne l'ont pas choisi. Voici la façon dont se fait la répartition en 2008 selon l'INSEE.

Faut il rappeler une fois de plus qu'elles assument 80% des taches domestiques ? En augmentant le temps de travail il y a fort à parier qu'on incitera encore davantage les femmes à se mettre à temps partiel (ou du moins à ne pas augmenter le temps de travail) et on désincitera dans la foulée les hommes à s'impliquer plus dans ces tâches domestiques.

Quelqu'un souhaite-t-il cela ?

L'INSEE a récemment démontré que les hommes ont davantage été concernés par le  "Travailler plus pour gagner plus " et les possibilités de faire des heures supplémentaires.

Résultat :

"En 2008, première année pleine pour cette mesure, le salaire mensuel moyen net des hommes occupant un poste à temps complet a progressé plus vite qu'en brut (+0,9% à 2.219 euros nets contre +0,8% à 2.945 euros bruts). 

On n'observe pas cet effet pour les femmes (+0,5% à 1.795 euros nets et +0,5% à 2.401 euros bruts)."

Un excellent exemple de ce que produisent des lois qui ne prennent pas en compte les réalités de la vie.

Mais le pire est peut être dans le fait que l'inégalité n'est pas seulement dans le différentiel de salaires qui se creuse, elle est aussi dans la confortation de l'image des uns et des autres au travail : "les hommes sont plus disponibles, en cas de besoin on peut faire appel à eux".

Et voila l'un des constituant du plafond de verre largement conforté.


mardi 2 décembre 2008

La promotion des femmes dans les entreprises passe par celle des hommes dans leur vie familiale

C'est un sujet que j'ai déja abordé à plusieurs reprises.dessin-hommes-travaillent-trop.png

A lire sur Miroir social un article et des liens vers des documents vraiment intéressants, notamment une plaquette de promotion à destination des entreprises.

"Selon un sondage commandité par l’ORSE auprès de BVA, il apparaît que 81 % des Français considèrent que les femmes feraient plus facilement carrière si les hommes s‘investissaient davantage dans les activités domestiques et familiales.

Les Français considèrent également que les entreprises ont une responsabilité à assumer dans la recherche d’un meilleur équilibre travail et vie familiale. Ils mettent en avant la nécessité :

de repenser l’organisation du temps de travail (61 % mettent en avant la nécessité de revoir les aménagements d’horaires); d’un changement des mentalités au sein de l’encadrement et de la direction (attente de 51 % des Français). Si les Français croient à un changement possible, ils mettent en avant les discriminations auxquelles peuvent être confrontés les hommes dans leur vie familiale.

" Demander à travailler à temps partiel ou à rentrer chez soi un peu plus tôt afin de pouvoir consacrer plus de temps à sa famille ", est :

plutôt bien accepté, à 62 % pour une femme; plutôt bien accepté, à 22 % pour un homme. Cet écart important montre la nécessité de mener des actions spécifiques en direction des hommes pour éviter qu’ils ne soient discriminés quand ils veulent eux aussi rechercher un équilibre entre travail et vie familiale."

lundi 8 septembre 2008

la vision des jeunes pères managers : l'égalité passera aussi par eux

Pour que l'égalité progresse il ne suffit pas que des femmes accèdent aux mêmes postes que les hommes. Il faut aussi que les hommes investissent les activités traditionnellement dévolues aux femmes et notamment ce qui concerne la maison et les enfants.

En effet il ne s'agit pas pour nous de reproduire le modèle masculin du siècle dernier qui incitait l'homme à réserver l'essentiel de son énergie pour les activités extérieures, nous voulons être heureuses et tout concilier.

La problématique de l'équilibre des temps est une des clés qui permettra de faire avancer l'égalité, mais elle est toujours abordée du point de vue des femmes (cf 2 billets plus bas sur les pères ministres).

Or elle concerne aussi les hommes et tout particulièrement ceux qui ont des enfants. De plus, la poser de cette façon, induit l'image d'une femme en entreprise moins disponible, qui voudra partir plus tôt et éventuellement prendre ses mercredis après-midi : pas bon pour l'avancement.

Dans le cadre d’un projet financé entre autres par le Fonds social européen et visant à favoriser l’implication des hommes dans la vie familiale en vue de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, le cabinet Equilibre a mené une étude pour savoir comment les jeunes hommes managers (30 à 40 ans) appréhendent la conciliation vie professionnelle/ vie familiale. (voir l'étude)

Deux enquêtes parallèles ont été menées :

- un sondage sur un échantillon représentatif de 400 pères cadres

- soixante interviews de cadres supérieurs , complétés par les interviews d’une vingtaine de DRH de grandes entreprises

Il en ressort que :

29% des pères interrogés ne sont « pas vraiment satisfaits » ou « pas du tout satisfaits » de leur conciliation vie familiale/ vie professionnelle et 52% considèrent qu’ils ne disposent pas d’assez de temps pour s’occuper de leurs enfants.

qualitemps_carte01.jpg Ils évoquent des blocages de 3 ordres

- les préjugés liés au genre qui les enferment dans des stéréotypes dont ils ne veulent plus

- la culture de l’implication totale version « high tech » qui prend le pas sur la culture du présenteisme

- le fait que les congés parentaux, temps partiels soient encore considérés comme tabous.

Par ailleurs la plupart de ces hommes ont des conjointes dont le bagage scolaire est tout aussi élevé que le leur et qui aspirent donc elles aussi à s’investir dans leur carrière. Avec l’apparition des enfants la gestion paritaire de deux carrières devient un exercice de haute voltige et si dans 41% des cas c’est la femme qui a consenti des compromis professionnels les autres couples se débrouillent. Dans 4% des cas les compromis sont faits par l’homme.

Les DRH, si ils ont conscience de ces aspirations ne semblent pas encore avoir pris leur mesure et les solutions restent à inventer.

En ce qui me concerne cela correspond bien à ce que j'observe dans ma vie professionnelle. les mentalités des hommes ayant de jeunes enfants sont très différentes de celles de la génération précédente et j'y vois l'espoir de grandes avancées pour l'égalité.

samedi 6 septembre 2008

j'ai lu pour vous LMM

Quand j'ai vu que LMM (Lundi, Mardi, Mercredi) publiait un dossier sur "Pères et ministres" je me suis dépêchée de l'acheter pour pouvoir vous en parler. Voici le récit de la vie quotidienne de Laurent Wauqiez, secrétaire d'état à l'emploi , maire du Puy-en-velay et père de 2 jeunes enfants.


*****************

"Laurent Wauqiez a opté pour la solution radicale, avouée sans détour : "Mon beau-père habite chez nous, cela me permet d'avoir un fil rouge familial entre les moments où je suis là et ceux où je suis absent". La politique, une affaire de gènes chez les Wauquiez. Après le père, le fils. J'étais déjà député quand nous avons décidé d'avoir un enfant. Bien sûr, j'ai réfléchi, mais quand on est dans une démarche sacrificielle, c'est plus difficile de diffuser quelque chose de positif". L'ainé entre cette année à la maternelle. Enfin, pas totalement. "Il n'ira pas à l'école tous les jours, ce qui me permettra de mieux concilier nos horaires, confie-t-il. De toute façon j'essaie de ne pas rester plus de 2 jours sans les voir". Beau-papa veille, LW peut, pendant ce temps, vaquer au gouvernement comme à la mairie. " A l'intérieur d'un agenda pris à 100%, je parviens parfois à rentrer chez moi entre 19H et 20H pour m'occuper d'eux avant de repartir". Un rythme, certes peu académique, mais une double vie assumée, décomplexée." 394109.jpg


****************

ça le fait ?

Moyen quand même non ?

Le texte est issu du dossier "Mères et ministres" du VSD de ce week-end. J'ai repris l'intégralité de l'article consacré à Nadine Kosciusko-Morizet en ne changeant que les données personnelles pour les mettre au masculin. Je trouve cette méthode, déja utilisée par Isabelle sur du rose dans le gris particulièrement efficace pour montrer les façons différentes dont on parle des hommes et des femmes.

VSD évoque aussi Christine Albanel, Ségolène Royal,Valérie Pécresse (dont le mari Jérôme est carrément qualifié de père courage vu qu'il pallie souvent les absences de son épouse), Nadine Morano et Roselyne Bachelot.

Le jour où nous lirons un dossier sur la façon dont les hommes qui ont des responsabilités arrivent à rester des pères l'égalité aura fait un pas de géant.

Autant que je me souvienne Laurent Fabius ou Alain Juppé avaient de très jeunes enfants lorsqu'ils étaient premier ministre et c'est le cas de beaucoup d'autres. Et si les Sarkozy-Bruni ont bientôt un bébé puisqu'ils le souhaitent quelqu'un va-t-il se demander comment notre président arrivera à concilier ses fonctions privées et publiques ?

mercredi 20 août 2008

le démantèlement des 35H et la parité

romanphoto35H.jpg photo libre

jeudi 24 juillet 2008

35 H : L'Etat schizophrène

Valérie Létard a assuré devant la Commission des droits de la femme du parlement européen que "les axes forts de la Présidence française en matière d'égalités hommes-femmes" était "d'assurer l'égalité professionnelle des femmes et leur indépendance économique..."

Eh bien moi je dis que ce n'est pas d'augmenter la possibilité du nombre de jours travaillés pour les cadres qui va permettre aux femmes de rattraper leurs collègues. Cette loi va avoir l'effet exactement inverse . Et on peut créer toutes les commissions qu'on veut, réunir des tas de colloques, si on ne donne pas aux femmes (et aux hommes) la possibilité de concilier vie professionnelle et vie familiale les femmes garderont leur retard.

(c'était ma rubrique "j'enfonce le clou" parce que j'ai déjà écrit là-dessus mais je ne le répèterai jamais assez)

mercredi 9 juillet 2008

le démantèlement des 35H : une idée masculine

en discussion au parlement cette semaine un projet de loi sur la durée légale du travail.

On a compris, il faut revaloriser la valeur travail (parceque il faut bien reconnaitre que les salariés ne sont plus très motivés pour faire gagner de l'argent aux actionnaires), il faut travailler plus pour gagner plus et même d'après d'éminents économistes assouplir les horaires de travail permettrait de relancer l'emploi .

Plus concrètement : entre autres mesures il est prévu que la durée du travail des cadres au forfait qui est actuellement limitée à 218 jours par an passe à 274 jours .

Qui va faire sans rechigner 274 jours par an pour obtenir une belle promotion ?

Bien sûr pas les femmes qui font encore des doubles journées et dont on ne voit pas comment elles pourraient en rajouter,

pas les jeunes mères de familles qui s'évertuent à concilier travail et famille et s'obstinent à faire passer leurs enfants avant leur carrière.

et je ne parle même pas des femmes chefs de famille monoparentales qui jonglent en permanence entre le travail les enfants et la maison .

gros progrès en perspective pour le plafond de verre !

Pendant ce temps le fonds social européen finance des campagnes visant à inciter les hommes à s'investir davantage dans leur vie familiale.