Olympe et le plafond de verre

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Bilbliographie

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 3 septembre 2009

Ce n'est pas VDM mais vous pouvez témoigner du sexisme ordinaire

"Centre hospitalo-universitaire en région parisienne

Je connais mon métier par cœur. Vingt-cinq ans de salle d’opération, qui dit mieux ? En tant qu’infirmière de bloc opératoire circulante, je suis garante du bon fonctionnement de l’intervention et j’ai pensé hier que c’était le moment d’associer une jeune étudiante infirmière de première année qui est là depuis trois semaines et qui apprend à la vitesse grand V.

Pourtant quand le patron est arrivé, il s’est mis à hurler : « Tu es irresponsable ! Pourquoi cette fille ? C’est une petite opération, mais quand même ! » Et j’ai vu la jeune fille se liquéfier sur place, morte de honte d’être là où on ne l’attendait pas, morte de honte d’être rejetée ainsi avec fracas. « Mais, monsieur, ai-je tenté de répliquer, vous acceptez bien des internes qui ont trois jours de présence dans le service. Peut-être, mais ce sont des médecins.»

Je me suis sentie profondément humiliée. Je sais ce que je fais et la présence de cette jeune infirmière n’aurait en rien menacé le bon déroulement de l’opération. Jamais il n’aurait ainsi mis en doute le professionnalisme d’un infirmier.

C’est quand même un bon médecin. Peut-être doit-il évacuer son stress de cette façon ? Et puis après, il se rattrape. En sortant du bloc, il m’a dit : « Alors, ma grand-mère, comment vas-tu ? » et il a mis ses mains sur mes deux seins, en les pinçant gentiment. C’est comme pour Sylvie à qui il a demandé si elle avait ses règles quand elle tirait la gueule..... lire la suite

Brigitte Gresy vient de publier un "Petit traité contre sexisme" et elle va plus loin en invitant chacun-e à réagir et témoigner sur son site au sujet des lieux communs du sexisme ordinaire, tellement banals qu'on n'y prête pas toujours attention.

mardi 30 juin 2009

De la lecture pour vos vacances

Dans vos valises, n'oubliez pas

le numéro spécial été de Vendredi ( dépéchez vous de l'acheter avant qu'il n'y en ait plus dans les kiosques). Un regard différent sur l'actualité des 6 derniers mois.

Avec en prime la photo de mon oeil gauche en page 10

vendredi_couv_gd.jpg

le désormais classique "Si elles avaient le pouvoir..." d'Isabelle Germain. Une synthèse sur les avancées réelles et (surtout) supposées des femmes en France aujourd'hui.

siellesavaientlepouvoir_1.JPG

dimanche 25 janvier 2009

Le livre que vous devez mettre dans votre sac à main

Vous aimez mon blog ? vous allez adorer le livre d'Isabelle Germain : Si elles avaient le pouvoir...siellesavaientlepouvoir_1.JPG

Les thèmes sont ceux que je dénonce ici à longueur de billets, mais Isabelle Germain (qui anime le blog "du rose dans le gris") présente les choses de façon beaucoup plus complète et rigoureuse.

Elle fait le point sur la place des femmes dans les hautes sphères des médias, de la politique, des entreprises, des universités. Elles y sont partout très minoritaires, ce n'est pas à vous que je vais l'apprendre. Elle cite de nombreux exemples et donne des chiffres indiscutables.

Mais elle ne fait pas que cela, elle constate que les règles du pouvoir ont été édictées par les hommes. Un exemple ? dévouement aux chefs et présentéisme étant les premiers critères de réussite il est temps de changer ces règles pour les recentrer sur la compétence.

Elle démonte aussi certains des mécanismes qui font que les femmes, au lieu d'essayer de conquérir le monde comme on appris à le faire les garçons, attendent le prince charmant, puis l'homme, puis la promotion au lieu de revendiquer leur juste place.

Elle en conclut que, du coup, le champ du pouvoir est limité aux centres d'intérêts des hommes. "Seul le versant masculin de la vie de la cité est valorisé : la guerre économique, la politique internationale, la politique politicienne. Le versant laissé aux femmes reste dans l'ombre. Tout ce qui relève de la solidarité, de la famille, de la santé fait en général l'objet de petits ministères avec peu de moyens". Même chose dans les médias où ce sont les hommes qui disent aux femmes ce qu'elles doivent penser.

Un petit livre à garder sur soi pour que la prochaine fois que vous entendrez dire " de quoi tu te plains, vous avez l'égalité" vous puissiez asséner à vos interlocuteurs quelques vérités qui devraient les faire réfléchir. (Message perso : Manu il va falloir que tu changes de sac les tiens sont trop petits)

Vous pouvez aussi lire l'interview d'Isabelle Germain par Corinne.


****************************

  • RAPPEL : que se passe-t-il près de chez vus le 8 mars ?

jeudi 16 octobre 2008

a qui faisons nous confiance ?

je suis assez fan de la collection "petites expériences de psychologie" alors bien sûr j'ai lu le livre "pour mieux comprendre l'autre sexe".

A ne pas prendre au 1er degré car aucune expérience de psychologie ne pourra jamais rendre compte de toute la complexité de l'humain. Il n'est pas rare d'ailleurs que 2 expériences qui semblent identiques aboutissent à des résultats différents. Cela parce que des paramètres n'ont pas été suffisamment maitrisés : ce peut-être le sourire du chercheur, la chaleur du lieu, un énoncé de consigne légèrement différent... Et puis bien sûr il ne s'agit que de statistiques. On montre que les réactions des hommes et des femmes différent mais cela ne signifie jamais que tous les hommes font ainsi et toutes les femmes autrement.

Mais ça permet de réfléchir.510Fz_2B8BobL__SL160_.jpg

Un exemple : la différence dans la confiance attribuée aux étrangers,

d'où il ressort que les hommes ont tendance à faire confiance aux personnes qui font partie de leur groupe, ( les hommes, les supporters de l'OM, les compatriotes lorsque on les rencontre à l'étranger) ce groupe peut-être très large alors que les femmes feront confiance à un étranger si celui-ci a un lien personnel avec quelqu'un qu'elles connaissent comme l'ami d'un ami.

On ne retrouve pas ces mêmes comportements dans toutes les cultures. Les hommes japonais par exemple réagissent sur ce point comme les femmes.

samedi 4 octobre 2008

Cadeau

dans mon panthéon personnel, Pierre Bourdieu arrive juste après Simone de Beauvoir.


"Valeurs" féminines : Nature ou produit ? ( Bourdieu )

si c'est trop long à charger vous pouvez aller directement sur youtube

a retenir : "le dominant est dominé par sa domination",

à méditer : les valeurs féminines sont-elles le produit de la domination ?

page 2 de 2 -