Mot-clé - Orelsan

Fil des billets - Fil des commentaires

09/10/2010

Sexion d'assaut

Je rebondis sur le billet d'Emelire qui note que personne ne s'est insurgé au nom de la liberté d'expression parceque de nombreux concerts du groupe ont été annulés à cause de ses propos et chansons homophobes.

Aucune polémique, parcequ'à juste titre tout le monde est d'accord c'est inacceptable et il ne s'est trouvé aucune personnalité pour les comparer à Rimbaud.

Mais quand on se souvient des réactions qu'avait suscitées l'affaire Oreslan on se dit que la violence envers les femmes semble décidément bien plus tolérable que toutes les autres.

Voici ce qu'écrit la Ligue des Droits de l'homme à propos de Sexion d'assaut
"Permettre la programmation d'un groupe qui tient des propos explicitement homophobes et appelant au meurtre et à la haine, revient à contribuer à la propagation d'une idéologie des plus dangereuses.
Il est inacceptable qu’en France, et donc à Strasbourg, soient programmés en concert des groupes qui clament publiquement leur haine d’une catégorie d’individus, et qui promeuvent une idéologie violemment discriminatoire.
Il revient à chacun, et notamment aux responsables de la Laiterie, où Sexion d’Assaut est programmé pour le 20 octobre, de prendre ses responsabilités et de veiller à ce que ne soient pas bafoués les principes et les lois de notre République.
La section strasbourgeoise de la Ligue des Droits de l’Homme s’oppose à la programmation de tels groupes et demande donc l’annulation de ce concert."


"Un artiste qui parle de désir de meurtre d’une femme? On raconte l’histoire effroyable de Barbe-bleue aux enfants. De la pornographie sadique ? Le marquis de Sade, qui a donné son nom à la chose, se montrait autrement inventif et raffiné en matière de pornographie et de violence, et ses livres figurent tranquillement sur les rayons des bibliothèques notre culture regorge de violences contre les femmes. Non seulement nous sommes opposés à toute censure en matière artistique, (c'est moi qui souligne) mais cette œuvre ne présente probablement pas de caractère illégal. "

La LDH trouvait ces chansons écoeurantes et dénonçait le fait que de nombreuses femmes meurent sous les coups de leur conjoint, mais elle restait opposée à toute censure artistique et notait d'ailleurs que " on peut déplorer la manipulation médiatique, très répandue, qui consiste à faire scandale pour obtenir la notoriété."

C'est vrai qu'Orelsan n'appelait pas à la haine des femmes puisqu'il ne faisait que décrire ses états d’âme envers sa copine. Mais ce faisant il contribuait à la banalisation des pulsions violentes qui leur sont associées et qui ont fait encore l'an passé 140 mortes.



13/12/2009

Orelsan, la pub, le fric

Je ne voulais plus entendre parler d'Orelsan ni parler de lui sur mon blog.

Le fait qu'il ait été nominé puis élu pour représenter la France au MTV Europe Music Awards 2009  ne relevait à mon avis que d'une tentative de la part des organisateurs pour faire parler d'eux. Tentative vaine comme vous avez pu le constater, le sujet n'a pas buzzé. Même chose pour le prix Constantin.

Mais je ne peux que partager, et vous faire partager, la satisfaction du réseau Encore féministes ! . Une action a été lancée contre la FNAC, qui avait choisi dans son catalogue "Sélection de Noël" de promouvoir Orelsan en ces termes :"La polémique sur l'un de ses textes ne doit pas occulter le talent de ce jeune rappeur. Son ton volontairement très provocateur et son flow nerveux, boosté par un son impressionnant, servent une écriture serrée, digne des plus grands. Il y a du Eminem chez Orelsan !"

Emelire explique comment est faite la sélection de ce catalogue. D'après elle, c'est simple les producteurs doivent payer ! 

Toujours est-il que la FNAC n'a pas tardé à réagir sous la plume de son directeur de la Responsabilité sociale et environnementale :

« Nous avons reçu des mails et lettres provenant de militants et militantes de votre mouvement concernant le chanteur Orelsan.
Nous avons également pris connaissances de vos demandes par courrier et sur votre site internet.
Nous tenions a vous dire que [nous] comprenons votre émotion et sommes navrés d'avoir heurté votre sensibilité.
La mise en avant dans le catalogue de Noël de ce disque est une erreur.
Nous l'avons d'ailleurs immédiatement retiré sur le catalogue de Noël en ligne sur Fnac.com.
Nous vous assurons de notre vigilance sur cette question à l'avenir et vous prions d'accepter nos excuses
. »



 

19/10/2009

Frédéric Mitterrand ne comprendrait-il rien au rap ?

Pour lui Orelsan c'est Rimbaud et il avait poussé des cris d'orfraie lorsque les Francofolies l'avait déprogrammé.

Alors pourquoi déclare-t-il aujourd'hui, à propos d'un autre rappeur  que « la liberté d’expression ne doit pas être le prétexte à des dérives incitant à la haine ou à la violence» ?

à lire chez Marc, Mrs Clooney, Wildo, les coulisses de Sarkofrance

12/10/2009

Il y a plusieurs façons d'exprimer sa peine

Mustang, ma bébé me quitte

Un groupe, qui commence à faire parler de lui , un disque tout nouveau.

Sa bébé l'a quitté et si il songe à mettre des bombes dans chaque chambre il n'envisage pas de l'avorter à l'opinel ni de lui casser la mâchoire .

(cliquez sur le lien ci dessous)

08/09/2009

Orelsan et Rimbaud

Dans la polémique concernant Orelsan ce sont surtout des femmes qui se sont élevées contre ses chansons. J'avais recopié ici le texte de l'association des femmes élues.

La plupart des hommes politiques qui se sont exprimés l'ont fait en faveur de la liberté d'expression, on se souvient de François Bayrou qui a trouvé dans la chanson "Sale pute" plus de passion que de violence ou de Frédéric Mitterand qui n'a pas hésité à en appeler à Rimbaud.

Alors, bien que Michel Onfray ne soit pas mon philosophe préféré, le texte qu'il a publié sur le sujet mérite d'être cité.

16/07/2009

Si les femmes n'étaient pas considérées comme des citoyennes de seconde zone, l'affaire Orelsan n'aurait même pas eu lieu

2 positions sur cette affaire.

Celle de Corinne Lepage qui a déclaré soutenir "la position courageuse de Ségolène Royal de s'‘opposer à la programmation de Orelsan aux Francofolies de La Rochelle" mardi dans un communiqué. "Si la liberté d'expression est une nécessité absolue, la valorisation de propos injurieux et haineux ou encore faisant l'apologie de violences sexistes et sexuelles n'en n'est pas une".

Celle de l'association des élu-es contre les violences faites aux femmes..

extraits :

L’association « Elu/es Contre les Violences faites aux Femmes » qui rassemble des élu/es de tous les partis politiques républicains, de gauche comme de droite, donne l’alerte depuis mars 2009 au sujet de la dangerosité des chansons violentes d’OrelSan. Nous soutenons donc Ségolène Royal dont nous estimons la position courageuse et politiquement honnête.

Courageuse, car le combat contre le sexisme paie peu en termes de reconnaissance médiatique, politique ou sociale.

Honnête, car elle est en cohérence avec la position de Ségolène Royal qui est engagée depuis une quinzaine d’années contre les violences faites aux femmes.

En France, les violences contre les femmes sont tolérées avec trop de complaisance

Dans d’autres villes, des concerts ont été annulés sans que personne s’en émeuve. Ainsi, le 16 avril 2009, le Préfet de l’Indre a pris un arrêté pour interdire le concert de « quatre groupes de musique de la mouvance rock anti-communiste » qui devaient se produire deux jours plus tard, au motif que leur répertoire musical comportait « des paroles et titres de chansons qui constituent des incitations à la haine raciale, l’apologie de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité. »

Personne n’a crié à la censure. Deux poids, deux mesures : pourquoi n’agite-t-on l’épouvantail de la censure que lorsqu’il s’agit de sexisme ?

Dans la loi, l’égalité des hommes et des femmes est presque parfaite. Reste que les propos racistes disposent d’un délai de prescription de 12 mois, alors que ce délai n’est que de 3 mois dans le cas du sexisme. Mais, dans les mentalités, le sexisme est loin d’être considéré comme un mal aussi grave que le racisme ou l’antisémitisme. D’où les décisions des responsables de festivals qui programment des chanteurs comme OrelSan. Face à cela, quelques élu/es, conscient/es et engagé/es, se sentent dans l’obligation de réagir. On les qualifie alors de censeurs.

Pourtant, si les femmes n’étaient pas considérées comme des citoyennes de seconde zone, l’« affaire Orelsan » n’aurait même pas eu lieu : car de tels chanteurs ne seraient pas programmés, tout comme ne le sont pas des chanteurs ou des artistes aux messages racistes ou antisémites.

04/07/2009

Orelsan , ce sont les femmes qui en parlent le mieux

Les choses ne sont pas très claires.

Seule certitude Orelsan ne chantera pas aux Francofolies et c'est une bonne nouvelle. l'Express notamment à fait plusieurs articles sur le sujet qui ne disent pas tous exactement la même chose.

Cette déprogrammation est elle du à une intervention de Ségolène Royal ?

Après que son entourage ait démenti toute intervention auprès des responsables du Festival, elle a confirmé à Sud Ouest " avoir demandé des "clarifications" aux organisateurs du festival. "Je l’avais déjà fait au mois de mars. Je ne sais pas ce qui les a conduits à reprogrammer ce rappeur. En tant que femme et présidente de la région Poitou-Charentes, je n'ai absolument pas envie de sponsoriser sur mon territoire une personne qui vante les violences faites aux femmes (...) Même si je n'ai pas à me mêler des choix artistiques, j'assume, et je me réjouis qu'il ne chante pas ses paroles de haine et de meurtre aux Francofolies."

Au toutes dernières nouvelles le directeur des Francofolies de la Rochelle a pris l'initiative de contacter LEXPRESS.fr pour préciser les raisons de l'annulation . Il explique que, bien qu'ayant recueilli l'avis défavorable de Ségolène Royal, il avait maintenu la programmation d'Orelsan le 14 juillet, mais qu'il "voulais simplement que l'on reste discret sur sa venue. L'annonce n'a donc jamais vraiment été officielle. Je voulais qu'il puisse ainsi assurer sa prestation tranquillement, dans des conditions normales. Pas comme à Bourges où les forces de l'ordre avaient été déployées à l'entrée de la salle. C'était peut être une stratégie à la con."

Et si il l'a finalement déprogrammé c'est parceque " des membres de l'organisation présents à La Rochelle ont été convoqués à la préfecture. Celle-ci a craint des débordements liés au concert. Comme je ne voulais pas d'un concert avec des cars de CRS j'ai préféré annuler le spectacle. J'ai pris cette décision seul, sans aucune pression de la part de Ségolène Royal. J'assume ce choix qui n'a rien à voir avec de la censure. "

Et voila encore une belle occasion pour cet individu de jouer les Calimero . Son entourage évoque évidemment la censure «C'est une atteinte à la liberté d'expression.» c'est un «acte de censure». Purement et simplement. «Ce que chante Orelsan n'est pas condamnable aux yeux de la loi. Si on décide de l'interdire, c'est de la censure». Oui, mais la loi interdit de dire "sale arabe" qui hurle à la censure ?

Bientôt une commision parlementaire pour examiner le sujet ? Rappelez vous que déja en 1983 Yvette Roudy avait essayé de faire passer une loi condamnant les propos sexistes mais celle-ci n'a jamais été présentée au Parlement.

Une nouvelle fois toute la bobosphère vole à son secours. C'est Libé qui le considère décidément comme un grand artiste mais tronque une fois de plus la vérité en indiquant qu'il ne chante jamais "Sale pute" sur scène (ce qui est vrai semble t-il) mais ignore délibérément que le reste de son répertoire suinte la même violence et le même mépris des femmes, Ce sont les inrocks qui en appellent au ban et à l'arrière ban de l'intelligentsia (oui parceque les femmes élues qui militent contre les violences sont évidemment des cruches incultes et bornées). Et bien sûr ce sont les mêmes qui vont nous expliquer que la burqa est aussi une atteinte à la dignité des femmes.

L'entourage du rappeur insiste "le Parti socialiste et la ligue des droits de l'homme avait pris clairement position en rappelant son opposition à toute censure en matière artistique , suivi en cela par de nombreux artistes, intellectuels et journalistes. Nous sommes donc scandalisés que ce festival créé par Jean-louis Foulquier, en cette année anniversaire, entache définitivement par cet acte de censure, son image" .

Et de conclure, "Il va sans dire qu'Orelsan ne souhaite bien évidemment plus participer à un événement incapable de défendre et de respecter des valeurs aussi essentielles que celle de la liberté d'expression », Tant mieux c'est tout ce qu'on demande qu'il ne soit pas financé par l'argent public.

14/05/2009

Mercredi c'était manif contre Orelsan

Je n'y étais pas, mais vous pouvez lire les comptes rendus d'Emelire, d'Arlette, et MHF

et quelques photos prises par Corinne

bataclan_orelsan_1.jpgbataclan_orelsan2.jpgbataclan_orelsan_3.jpg

et un excellent article de Chloé Leprince sur Rue89 qui retrace tout l'historique de cette affaire.

11/05/2009

A Paris, devant le Bataclan

Appel des associations à un rassemblement devant le Bataclan, 50 boulevard Voltaire 75011 Paris

à 18h30 le 13 mai 2009

Je ne serai pas à Paris mercredi, Mais je suis intéressée pour suivre des twitteurs ou des twitteuses qui participeront à ce rassemblement.

07/05/2009

Avis aux ardents défenseurs de la liberté d'expression

Vous avez encore en tête l'affaire Orelsan, ce grand artiste qui a chanté ce monument de la chanson française qu'est Sale pute (qu'il ne chante plus, juré, promis) mais qui chante aussi encore et toujours de douces paroles comme "suce ma bite pour la Saint Valentin" ou "je vais te Marie Trintigner".

Ils sont nombreux à être montés au créneaux pour défendre sa liberté d'expression : je peux citer, au hasard, François Bayrou, Marc Cohen ou Guy Birenbaum, la MJC de Rennes , la direction nationale du PS, et bien sûr tous les directeurs de Festivals ou de salles qui l'ont soutenu et invité.

Il ne restait plus aux femmes et aux associations féministes qui s'insurgent contre ces chansons qu'à manifester lors des concerts d'Orelsan.

Ah! oui, mais ça on peut pas ! Non !

Parceque si Orelsan à le droit de chanter des chansons qui détaillent avec complaisance des violences infligées à ses copines, il est INTERDIT de le critiquer.

C'est son avocat qui met les associations « en demeure d’interrompre immédiatement toutes leurs actions de nature à porter atteinte au bon déroulement de la carrière d’OrelSan ».

J'ai hâte de connaitre l'avis de François Bayrou ainsi que celui de Guy Birenbaum qui a longuement commenté mon dernier billet sur le sujet.

Vous pouvez lire le communiqué de presse du CNDF (Collectif National pour les Droits des Femmes)

Les associations appellent à un rassemblement le 13 mai au Bataclan où Orelsan se produira ce jour-là.

29/04/2009

Heureusement qu'il y a des gens pour comprendre l'Art en France

Parce qu'évidemment ce n'est pas avec des hystériques comme nous que la civilisation progresserait. La preuve, les dessins de cette harpie liberticide d'Emelire.

dessin_emelire.JPG

Heureusement que tout le monde n'est pas comme nous. dessin_d_emelire.jpg

Et si ça vous énerve autant que moi, vous pouvez voir la page que j'essaie de tenir à jour sur les meurtres de femmes par leurs conjoints. J'y ajoute les viols collectifs, parceque si on peut estimer que les viols individuels sont le fait de types dérangés, les viols collectifs sont eux un phénomène social. Les garçons qui y participent le font d'abord pour prouver leur virilité et faire partie du clan. Il faut aussi qu'ils n'aient pas conscience du fait que c'est un crime. voir à ce sujet l'émission C dans l'air de la semaine dernière, les propos de la juge sont riches d'enseignements.

13/04/2009

Orelsan, nous restons mobilisées

Sur le blog d'Emelire des pétitions à signer

Pas un seul Euro d'argent public pour donner une tribune à la violence contre les femmes ! (pétition destinée aux collectivités territoriales) à signer en ligne ICI

une pétition identique mais destinée au Ministère de la Culture à signer en ligne ICI

06/04/2009

Ce que m'apprend l'affaire Orelsan

Cette histoire a pris des proportions telles que je ne voyais plus l'intérêt d'en parler. Mais je viens d'apprendre que ce grand artiste se produira bien au Printemps de Bourges au motif qu'en le déprogrammant , le Printemps de Bourges "ferait un acte de censure et de sanction vis-à-vis d'un artiste, qui plus est pour des actes ou textes qui sont étrangers au festival".

Cela m'incite à revenir sur cet évènement instructif à bien des égards.

Pour un historique précis vous pouvez vous référer aux blogs d'Emelire ou Kokolat qui suivent ce sujet au jour le jour et recommandent les actions à mener.

Je pense que c'est désormais à la justice de se prononcer et je souscris à ce qu'en dit Isabelle Alonso sur son blog "Une fois encore, certain-e-s ont l’indignation sélective. Soit l’incitation à la haine n’existe pas, et il faut abroger tous les textes de loi qui y font allusion. Soit elle s’applique aussi pour les femmes qui sont, au cas où d’aucuns persisteraient à faire semblant de l’ignorer, l’objet d’une violence quotidienne et gravissime. Le reste n’est que gesticulation."

Ce que j'ai appris :

La puissance et la fulgurance d'un buzz

J'espère qu'Alain Minc a suivi, lui qui se demande en quoi des blogueurs qui n'ont même pas plusieurs milliers de visiteurs par jour peuvent avoir de l'influence.

Intéressant de comprendre comment une poignée de blogueuses, dont le poids cumulé doit être inférieur à 5 000 visites quotidiennes ont réussi à faire réagir les médias, puis les associations, puis des ministres, une assemblée régionale pour que finalement le sujet soit abordé à l'assemblée nationale.

Orelsan a accusé "l'association des blogueuses", preuve qu'il ne connait pas grand chose au fonctionnement de la blogosphère. D'association de blogueuses il n'y a pas eu. De buzz oui par contre. L'affaire semble être partie de Kokolat qui en parlait dès le début du mois sur son blog. Quand j'en ai eu connaissance, via le blog d'Emelire elle avait déja été reprise par une dizaine de blogueuses et à continué à l'être dans les 2 jours qui ont suivi. La plupart de ces femmes ne sont pas comme moi des féministes hystériques, mais elles ont été suffisamment touchées pour reprendre l'info sur leurs blogs, blogs qui pour la plupart n'évoquent habituellement pas des sujets politiques. Les commentaires sous ces billets étaient (et sont toujours) nombreux et montraient que les lectrices (essentiellement) étaient décidées à écrire aux différentes adresses citées.

Les tergiversations du gouvernement

Très rapidement plusieurs ministres se sont exprimées pour dénoncer cette chanson, demandant à ce qu'elle soit enlevée des plate-forme youtube et dailymotion (avec un succès limité puisque ces vidéos ont seulement vu leur accès limité pour les mineurs) et en appelant à la responsabilité des organisateurs du festival de Bourges.

Valérie Létard à l'Assemblée nationale a déclaré qu'elle demandait à la justice d'instruire cette affaire et d'examiner dans quelles conditions des suites judiciaires pouvaient être engagées dans ce dossier. L'objectif étant de réunir tous les éléments permettant de saisir le procureur. Mais si je comprends bien ses propos il s'agit d'obliger les plate forme internet à enlever ces vidéos.

Elle a par ailleurs déclaré qu'elle soutenait l’initiative des associations ayant fait savoir qu’elles souhaitaient se constituer partie civile et porter plainte contre le rappeur.

Rien de plus pour l'instant de la part du gouvernement et de la justice, pourtant les campagnes contre la violence faite aux femmes ont été déclarées d'intérêt général pour 2009 par le premier ministre

On a aussi entendu le silence assourdissant de la Halde.

Les femmes sacrifiées sur l'autel de la liberté d'expression

Là on a tout lu. J'ai été sensible à ce texte de Sylvie Tissot et Christine Delphy mais que je sache Orelsan est normand de parents enseignants et ce n'est pas parceque le rap est une musique des banlieues qu'il faut l'absoudre de tout. Ce serait comme défendre l'excision ou la lapidation des femmes adultères au motif qu'il s'agit de pratiques culturelles ancestrales. Et si personne n'a rien dit contre Sardou qui chantait "J’ai envie de violer des femmes, De les forcer à m’admirer" ou Johny "je l'aimais tellement que l'ai tuée " c'est que l'époque n'était pas la même, la violence contre les femmes n'était pas une cause nationale et dans les cafés on pouvait lire (les plus de 20 ans s'en souviennent certainement) sur une assiette accrochée au mur "bat ta femme tous les jours, si tu ne sais pas pourquoi elle le sait ".

On nous reproche de n'avoir jamais dénoncé d'autres chanteurs (je n'ose pas dire artistes) comme Didier Super dont la bonne blague ne me fait pas vraiment rire ou TTC que je ne connais même pas. Effectivement il y aurait beaucoup à faire, mais les blogueuses seraient-elles chargées de faire respecter la loi dans ce pays ? Les associations qui défendent les femmes doivent-elles s'ériger en observatrices attentives et lancer des campagnes d'alerte chaque fois qu'une saloperie est mise sur youtube ? Mais ces chansons; des producteurs, des maisons de disques les vendent (voir à ce sujet le petit billet d'humeur d'Eric Dupin ), des festivals, des radios les diffusent. Personne ne les écoute avant ? Personne n'est choqué ? C'est en cela que l'on se rend compte que la violence contre les femmes reste un phénomène bien banal et encore bien accepté par la société.

On nous reproche de vouloir tuer la liberté d'expression. Ecran un site de libération trouve malin de lister 6 chansons qui devraient être interdites (à cause de nous?). Je vous laisse juge, mais je trouve tout à fait malhonnête d'appeler Brassens à la rescousse. D'une part on ne fait pas parler les morts, d'autre part j'imagine mal Brassens reprendre en refrain "Sale pute, sale pute.....", enfin parce qu'il avait une autre conception des relations hommes/femmes et ne considérait pas qu'une femme puisse être sa propriété.

Orelsan s'est fendu de quelques explications sur une pitoyable vidéo ou il évoque un complot politique. On chercherait à faire de lui un bouc émissaire dans le seul but de tuer la liberté sur internet. Il a même menacé de porter plainte contre ceux(celles) qui appelleraient à le boycotter (girlcotter plutôt). Il faut dire que certains médias lui tendent complaisamment leurs micros.

Cette affaire est en train de prendre un tour exemplaire. On va savoir si ce pays est VRAIMENT décidé à lutter contre les violences faites aux femmes ou s'il va encore tolérer qu'on fasse de la description la plus abjecte de ce qu'un homme trompé peut faire à une femme une oeuvre d'art. Si les médias vont continuer à traiter Orelsan en artiste et l'argent public à financer ses prestations.

Et tout simplement si les insultes sexistes et incitations à la haine sont légales lorsqu'elles visent les femmes. Le ministère le rappelle pourtant sur son site "En France, l’article 24 de la loi de la presse de 1881 prévoit que toute incrimination de provocation à commettre un crime (viol ou meurtre) ou une atteinte à l’intégrité de la personne ou une agression sexuelle par tous moyens de diffusion est puni de 5 ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende"

voir aussi le billet de Christine, celui de Kokolat qui donne le texte d'autres chansons d'Orelsan tout aussi artistiques et qui elles figurent sur son album ou celui de du rose dans le gris

23/03/2009

Les artistes ont un destin

Quand je lis le billet d'Emelire je me demande qui prend vraiment au sérieux les campagnes contre les violences faites aux femmes ? Qu'une chanson comme celle-là soit encore sur youtube est déjà choquant, mais les bras m'en tombent quand j'apprends que ce chanteur est au programme du Printemps de Bourges.

C'est beau un destin d'homme qui peut chanter "On verra comment tu suces quand j'te déboiterais la mâchoire", "J'rêve de la pénétrer pour lui déchirer l'abdomen" "J'vais te mettre en cloque, sale pute, Et t'avorter à l'opinel" et obtenir la consécration d'être à Bourges.

Pour des milliers de femmes le destin c'est plutôt ça.

JUSTICE-SOCIAL-VIOLENCES-FEMMES

et pour certaines c'est le cimetière.

Vous pouvez écrire à tous ces gens (pour les liens voir Emelire)

au Printemps de Bourges, courrier à Monsieur Daniel Colling, directeur du Printemps de Bourges, 22 rue Henri Sellier, 18000 Bourges

copie à la Halde : 11 rue Saint Georges 75009 Paris

copie à Mme Valérie Letard, Secrétaire d'État à la Solidarité, 55, rue Saint-Dominique 75007 Paris

copie à ECVF (Elu-es contre les violences faites aux femmes) - Tour Mantoue - 9, villa d’Este 75013 Paris ou par mail ecvf@ouvaton.org