Olympe et le plafond de verre

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 5 décembre 2010

Les accords sur l'égalité professionnelle

L'Article L132-27-2 du code du travail précise que "Les négociations sur les salaires effectifs que l'employeur est tenu d'engager chaque année, (...) visent également à définir et à programmer les mesures permettant de supprimer les écarts de rémunération entre les femmes et les hommes avant le 31 décembre 2010. "

Sont concernées les entreprises dans lesquelles sont constituées des sections syndicales d'organisations représentatives.

Donc en théorie les entreprises ont du supprimer les écarts de rémunération entre les femmes et les hommes, c'est ce qu'espérait la loi du 23 mars 2006 relative à l'égalité salariale entre les femmes et les hommes.

De nombreux accords ont effectivement été signés depuis et l'ORSE a constaté qu'ils étaient plus nombreux en 2009, on peut imaginer, l'échéance approchant, que ce sera également le cas en 2010.

Ces accords portent généralement sur :

- un diagnostic de la situation

- le recrutement

- les évolutions de carrière

- les congés maternité/paternité/parentaux

- l'accès à la formation

- les conditions de travail et la conciliation avec la vie privée

- la sensibilisation de tous aux stéréotypes et comportements discriminants

Exemple l'accord négocié récemment à Air France .

Savez vous où en est votre entreprise ?

  1. un accord a-t-il été signé ?
  2. quelles différences perdurent dans les salaires ?
  3. est-il appliqué ?
L'accord Air France prévoit dans son article 7 , et ce n'est pas toujours le cas "une meilleure représentation des femmes dans  les  instances  représentatives du personnel. A cette fin les organisations syndicales signataires s’engagent à faire progresser la mixité dans les listes de candidatures lors des prochaines élections professionnelle" parcequ'eux même ont du mal à féminiser leurs instances. Ils sont aussi confrontées au refus des femmes des réunions à des heures indues ou à leur peur de se mettre en avant.

images : ORSE

jeudi 7 octobre 2010

Retraites : lâcher la proie pour l'ombre

Comme je le prévoyais dans mon précédent billet sur le sujet le gouvernement propose des amendements en faveur des parents. Le chef de l'Etat en personne est intervenu pour le lui demander. Les parents d'au moins 3 enfants qui se sont arrétés au moins 1 an dans les 3 ans suivant la naissance de leur enfant pourraient bénéficier d'une retraite sans décote à l'age de 65 ans pendant une période transitoire de 5 ans. Cela ne concerne donc que les personnes nées avant 1956.

Cela répond en partie à l'une des demandes de la Halde .

Notons :

1/ qu'il est question de "parents" car une telle mesure qui ne concernerait que les mères serait à l'évidence discriminante et indéfendable devant n'importe quelle instance juridique. Mais dans la mesure où ce sont massivement les femmes qui s’arrêtent de travailler lorsque les enfants sont petits tout le monde comprend bien qu'il s'agit là d'une réponse à la demande unanime et générale en faveur des femmes.

2/ que cette mesure est transitoire, et ne concernera donc que les générations appelées à prendre leur retraite dans les 5 années à venir.

3/ qu'elle ne concerne pas toutes les femmes mais les mères et seulement les mères qui se sont arrétées de travailler, 

Or la loi prévoit déja un dispositif en leur faveur puisque d'une part les trimestres de congés maternité sont bien décomptés comme des périodes d'activité, ainsi que celles de congé parental ( celui-ci a été crée en 1977, il est vrai donc que ceux qui ont aujourd'hui plus de 60 ans n'en ont peut être pas bénéficié).

Mais surtout, chaque enfant octroie jusqu'à 8 trimestres supplémentaires. L'équivalent de 2 ans de carrière, ce n'est pas négligeable. Cette compensation a bien failli disparaitre l'année dernière suite à une décision de la Cour de Cassation. Il a fallu la mobilisation des associations féministes et de certains syndicats pour qu'elle soit maintenue avec la possibilité désormais d'en partager la moitié avec le père.

Les meilleurs experts de la question avaient été mobilisés pour imaginer un dispositif capable de résister à un recours devant la Cour de cassation ou la Cour Européenne de Justice.

Réclamer de nouvelles mesures en faveur des mères, et en obtenir une miette, a surtout pour effet de créer des inégalités supplémentaires entre les femmes elles-mêmes et risque de mettre en péril les dispositifs antérieurs .

Cela s'appelle lâcher la proie pour l'ombre.

jeudi 30 septembre 2010

Réforme des retraites : l'instrumentalisation de la situation des femmes

Si vous êtes lectrices ou lecteurs réguliers de ce blog il ne vous a peut être pas échappé que ne n'avais pas parlé de la réforme des retraites.

C'est que mon avis sur la question est différent de celui que j'ai lu ou entendu de toutes parts, hormis sur le blog de Polluxe avec laquelle je suis tout à fait d'accord.

Je ne pense pas en effet que les inégalités hommes/femmes soient l'enjeu principal de notre système de retraites, bien plus importantes de ce point de vue sont les inégalités entre les générations. (lire à ce sujet l'interview de Louis Chauvel). Et il est préférable de se poser la question du financement que des conditions d'accès aux prestations.

C'est aussi et surtout la question du travail qui est posé, celle du chômage et celle de l'organisation de nos temps de vie.

Il y a pourtant une chose dont je me félicite c'est que grace à toutes celles qui se sont démenées pour faire entendre leur voix nul n'ignore plus que les salaires des femmes sont inférieurs à ceux des hommes.

Bravo, notamment au laboratoire de l'égalité pour avoir réussi à faire la une des journaux et obtenu un beau consensus sur le sujet.
Mais ce consensus m'est éminemment suspect.

Syndicats et partis semblent découvrir aujourd'hui qu'il existe une inégalité criante et insupportable .

Cette inégalité ne date pas d'hier et surtout elle est la conséquences des inégalités de salaires.

Or, comme le rappelle les nouvelles news, la loi contraint les employeurs à agir pour réduire ces inégalités , mais la loi n'est pas respectée et les syndicats ne s'en étaient guère émus jusqu'à une date récente.

J'avais été plutôt atterée de constater par exemple qu'une mesure concernant les augmentations de salaires des femmes en congés maternité n'étaient souvent même pas connue des salariées. Les syndicats ont ils fait leur boulot sur ce sujet ? ont ils diffusé l'info ? ont ils exigés que cette mesure soit appliquée ?

Ont ils par ailleurs  réclamé dans les grandes entreprises le rapport annuel obligatoire ?

La situation des femmes est aujourd'hui instrumentalisée parce que ça arrange tout le monde.

Les syndicats ont tout intérêt à insister sur cette injustice histoire d'augmenter la mobilisation.

Le gouvernement n'est pas en reste, en consentant quelques mesures pour les femmes il aura beau jeu de faire valoir qu'il a pris en compte les revendications justifiées.

Mesures qui pour l'instant sont toutes relatives puisque d'une part il y a belle lurette que la période de congé maternité valide des trimestres (auquel il faut ajouter les 8 trimestres par enfants qui ont bien failli être supprimés l'année dernière). La réforme prévoit que l'indemnité journalière percue pendant le congé maternité sera désormais intégrée dans le salaire de référence pour le calcul de la pension. Ce salaire de référence reprenant les 25 meilleures années pas sûr que l'impact soit réel d'autant plus que les indemnités journalières sont plafonnées.

Elle prévoit surtout, et on se demande bien ce que ça fait là, des sanctions pour les entreprises qui n'appliquerait pas la loi en matière d’inégalités
salariales (article 31)

C'est sur ce point que doit s'exercer la vigilance.

mardi 28 septembre 2010

Documents administratifs et billets d'avion à votre nom

Désormais les billets d'avion pour les Etat-Unis devront être acheté à votre propre nom. 

Votre nom, le seul qui soit à vous, celui de votre mari n'étant qu'un nom d'usage. La référence sur le sujet reste le billet de Maitre Eolas

C'est simple, il suffit de faire attention.

Mais pour avoir testé les papiers d'identité avec mon seul nom  je sais que ça nécessite une grande vigilance et pas mal de ténacité 

et un peu de prévoyance aussi. J'ai voyagé avec mon fils mineur au printemps. Il  porte le nom de son père et lors du contrôle on m'a demandé de justifier que j'étais bien sa mère ou que j'avais une autorisation  des parents . Heureusement j'avais pensé à emporter le livret de famille.

mardi 24 août 2010

Suite Job pour étudiantes

Toutes les annonces recherchant des masseuses ont disparu du site campcampus.

(voir 2 billets plus bas)

lundi 23 août 2010

Job pour étudiantEs

Signalé par Ménilmuche

Le site Capcampus jeunes et étudiants à tout à fait l'air d'avoir pignon sur rue.

Il propose notamment des jobs pour étudiants.

Et pour les étudiantes des débouchés tout à fait spécifiques qui nécessitent 

- d'envoyer sa photo

- d'être sensitive

- d'avoir du plaisir à masser

Les garçons ne peuvent pas  masser avec sensitivité   ?

Voila ce que ça donne :

Descriptif du poste

MASSEUSE BIEN-ETRE

Catégorie : Job étudiant
Lieu : France

Mission :
Sensitive, équipe de masseuses, recherche une jeune femme sachant pratiquer les massages - modelages corporels relaxants (de type californien ou équivalent), pour prestations au domicile des clients en semaine et week-end, en journée ou soirée.
Mise à niveau possible si bases acquises.
Horaires flexibles (en fonction de vos disponibilités) et rémunération attractive.

Si vous êtes intéressée, merci de répondre avec : 1. description et photos ; 2. niveau d'expérience ; 3. vos disponibilités horaires habituelles.
Profil recherché :
- Très bonne présentation
- Plaisir à masser pour appoerte du bien-être

jeudi 15 juillet 2010

Pour s'inscrire à la fac un étudiant mineur a besoin d'une lettre manuscrite de son père

Mon fils qui vient d'avoir le bac prépare son dossier d'inscription à l'université, il ira demain avec des amis et comme il n'est pas encore majeur il lui faut une attestation l'autorisant à s'inscrire.

Je n'en croyais pas mes yeux en lisant le papier très officiel qui liste les documents à fournir .

Je ne doute pas qu'une lettre manuscrite de sa mère fera l'affaire mais je vais quand même écrire au doyen pour lui signaler cette anomalie. D'autant plus que ce document figurant sur internet on ne peut pas invoquer son ancienneté.

mercredi 14 juillet 2010

Equilibre, performance et sérénité

C'est légal ça ?

SDIT ( Société de diffusion et d'information thérapeutique) est une entreprise qui a pour "vocation de mettre à la disposition de laboratoires pharmaceutiques des réseaux de visiteurs médicaux de haut niveau. Avec une spécificité : ces réseaux sont exclusivement féminins et les 500 attachées (sic) à l'information thérapeutique de la SDIT exercent leur activité à temps partiel choisi. Une solution sur mesure pour réussir vie professionnelle et vie privée "

Quelle sollicitude. Mais je me demande quand même pourquoi ils ne veulent que des femmes .

C'est curieux non de pouvoir invoquer comme argument publicitaire quelque chose qui n'est pas autorisé par la loi ?

Et je sens qu'on va me reprocher de me plaindre pour une fois que les femmes sont favorisées à l'embauche !

Info trouvée sur le blog de Julien Bezolles


samedi 10 juillet 2010

Avalanche de lois : le voile intégral

Non je ne bedasse pas (du berbe bedasser = procrastiner ) mais j'ai un peu de mal à suivre .

L'actualité réglementaire ayant un rapport avec les femmes est importante en ce moment :

- la loi sur la burqua

- la loi sur les violences faites aux femmes,

- l'installation de l'observatoire de la Parité

- la réforme des retraites

et j'en oublie certainement.

Cette semaine c'est la loi dite "sur la burqa" qui était discutée à l'assemblée nationale et le vote sur l'ensemble du projet aura lieu mardi 13.

J'ai très peu abordé ce sujet estimant qu'il s'agissait avant tout d'une diversion pour focaliser l'attention du grand public sur des sujets de sociétés plutôt que des sujets politiques et économiques. L'actualité étant ce qu'elle est aujourd'hui le passage de cette loi devant le Parlement est loin de faire les grands titres. 

Aujord'hui comme il y a 1 an je suis contre toute législation qui édicte des consignes en matière d'habillement. 

Telle qu'elle est formulée à ce jour la loi pourrait concerner tout le monde  puisqu'elle n'évoque pas spécifiquement le voile intégral

Article 1

Nul ne peut, dans l’espace public, porter une tenue destinée à dissimuler son visage.

Article 2

I. – Pour l’application de l’article 1er, l’espace public est constitué des voies publiques ainsi que des lieux ouverts au public ou affectés à un service public.

II. – L’interdiction prévue à l’article 1er ne s’applique pas si la tenue est prescrite ou autorisée par des dispositions législatives ou réglementaires, si elle est justifiée par des raisons de santé ou des motifs professionnels, ou si elle s’inscrit dans le cadre de pratiques sportives, de fêtes ou de manifestations artistiques ou traditionnelles.

mais un peu plus loin il est quand même question de sexe 

« Art. 225-4-10. – Le fait pour toute personne d’imposer à une ou plusieurs autres personnes de dissimuler leur visage par menace, violence,contrainte, abus d’autorité ou abus de pouvoir, en raison de leur sexe, est puni d’un an d’emprisonnement et de 30 000 € d’amende.

Le conseil d'Etat avait émis un "avis défavorable" au projet de loi du gouvernement visant à interdire complétement le port du voile intégrale dans la mesure où une telle interdiction ne pourrait trouver aucun fondement juridique incontestable.

D'autant plus que la Cour Européenne des droits de l'homme a consacré le principe d'autonomie personnelle selon lequel chacun peut mener sa vie selon ses convictions y compris en se mettant physiquement ou moralement en danger. (lire ici ). Dès lors qu'il y a consentement il devient difficile d'invoquer la dignité de la femme. Et le non consentement risque d'être particulièrement difficile à démontrer dans le cas de la burqa.

C'est aussi la position d'Amnesty international.

Je l'ai déja dit, je n'aime pas croiser des femmes en burqa (à Paris parceque dans ma petite ville je n'en ai jamais vu) mais outre le fait que cette loi ne me semble pas d'une application aisée je suis contre le fait qu'on dise aux femmes comment s'habiller , fut ce pour leur bien. C'est toujours pour les femmes qu'on a ce genre de prévention.

J'ai emprunté le dessin à Chimulus

 

dimanche 9 mai 2010

Les Etats généraux de la femme : L'OREAL applique la loi

Mme Valérie Aveline DRH de l'OReal a présenté les actions mises en place par le groupe pour favoriser l'égalité hommes/femmes.

Une attention particulière est portée aux parents (et pas seulement aux mères elle a insisté là dessus) pour qu'ils puissent concilier vie familiale et vie privée selon leurs désirs. L'Oréal fait partie des entreprises qui ont signé la charte de la parentalité.

Et tout est fait pour que le congé maternité ne contribue pas à accentuer les inégalités . 

La dernière mesure a déclenché les applaudissements de la salle et a ensuite été largement encensée par la représentante de ELLE qui l'a qualifiée de vertueuse. L'Oréal garantit aux femmes, l'année de leur congé maternité une progression de rémunération automatiquement égale à la moyenne des augmentations individuelles de leurs collègues. Ce qui n'exclut pas une augmentation individuelle en fonction de leurs performance.

Elle est donc en bonne place au menu de la 5eme proposition.  Sauf que ...

Sauf que c'est juste que l'Oréal applique la loi et l'article L1225-26 du Code du travail. Cet article date de 2006 et faisait partie de ce qu'on a appelé la loi Ameline.

J'en suis restée songeuse. Je suppose que les entreprises appliquent la loi mais qui informe les gens de leurs droits ? Significatif en tout cas d'une certaine façon de fonctionner : accumuler des textes plutôt que de veiller à l'application de ceux qui existent.

Et je ne suis pas certaine que tous les Comités d'entreprises mettent beaucoup d'énergie à analyser le rapport sur l'égalité hommes/femmes (obligatoire dans les grandes entreprises) et à exiger des mesures. 

EDIT : on me dit qu'il n'est plus fait mention de cette proposition sur le site de ELLE.  Mais elle est bien en toutes lettres dans le livre blanc et en page 191 du ELLE de cette semaine 

- page 1 de 2