Olympe et le plafond de verre

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 5 juin 2010

Merci les filles !

J'ai reçu ce sympathique petit livre. Dont le sous titre est "Tout ce qu'il faut savoir sur le féminisme pour être ravissante et pas idiote"

En fait plutôt qu'un livre on dirait un blog couché sur papier. Il se présente comme une série de billets qui retracent 40 ans de féminisme. L'écriture est alerte et les illustrations originales de Virginie Berthemet originales.

On y trouve des dates clés comme par exemple

- 1945 : le droit de vote,

- 1968 : une révolution de garçons 

- 1971 : le manifeste des 343

chaque fois des faits et le point de vue qu'on peut en avoir aujourd'hui.

On y trouve aussi des thèmes plus inattendus, comme celui sur la mère Denis dont voici l'histoire

 "un jour de 1972, un publicitaire en week-end dans sa maison de campagne normande accoste sa voisine, Jeanne Denis, une ancienne lavandière et lui demande si elle accepterait de participer à un petit film. Elle aurait répondu du tac au tac : "Pourquoi pas, mais ça va me couter combien ?" (..) Avant la découverte de cette nouvelle égérie, c'est un homme que Vedette mettait en scène dans sa campagne de 1971. Assis dans sa cuisine, les pieds sur la table, il présentait un lave-vaisselle : "Ma femme s'abimait les mains avec la vaisselle, la pauvre gosse, je lui ai offert un lave vaisselle Vedette" . Le slogan " Finalement la vaisselle c'est une affaire d'homme" est instantanément détrôné par le cultissime "ça c'est ben vrai, ça" de la mère Denis"

Un tour d'horizon enfin des mouvements féministes, de leurs scissions et déchirements (ah ces "MLF marque déposée" et "MLF marque non déposé" de 1979 !) qu'on paye encore aujourd'hui et de leur actualité : La Barbe, Osez le féminisme. Elles donnent même leur avis sur le livre d'Elisabeth Badinter.

Et si elles m'y autorisent je vais conserver cette image  :

Merci les filles. 1970-2010. Valérie Ganne, Juliette Joste, Virginie Berthemet.Ed : Hors collection

jeudi 3 juin 2010

Osez le féminisme au grand jour

Après La Barbe c'est aux militantes d'Osez le féminisme de passer à l'activisme. 

Ce matin très tôt elles ont placardées leurs affiches dans les rues de Paris afin que personne n'ignore ce que tout le monde sait très bien.


Il y  avait aussi ça :

et ça 

Si ça vous dit de les rejoindre elles ont un groupe Facebook sur lequel sont annoncées leurs réunions.

Photo : Vogelsong

samedi 2 janvier 2010

2010 : on entendra parler des mouvements des femmes

2010 sera l'année de la 3eme action internationale de la Marche des Femmes

En 2010 la lutte contre les violences faites aux femmes est une Grande cause nationale 

En 2010 un collectif Re-belles fêtera le 40eme anniversaire du Mouvement des femmes , l'occasion certainement de ressortir des querelles vieilles de 40 ans mais aussi peut être de prendre du recul sur l'évolution du féminisme au cours de ces années.

En 2010 ELLE animera les Etats généraux de la femme (ce qui me laisse perplexe je dois bien le dire)

Et moi j'espère continuer ce blog 

Je vous souhaite à tous lectrices et lecteurs, connus ou inconnus (je veux dire connus ou inconnus de moi) une heureuse année 2010

image : carré d'artistes@

mercredi 30 décembre 2009

Les bonnes résolutions d'Osez le féminisme

Une revue qui en est déja à son N°4 et qui a trouvé son ton : Osez le féminisme, à lire en ligne mais vous pouvez aussi vous abonner.

Leurs bonnes résolutions pour 2010


osez_le_feminisme_resolutions_2010.JPG

dimanche 8 novembre 2009

Actions

Cette semaine, vous pouvez :

Si vous êtes à Paris, rencontrer des membres de La Barbe à l'issue de la représentation de la pièce "Suzanne, une femme remarquable" le mercredi 11 novembre à 21h au Lucernaire, 53 rue ND des Champs dans le 6ème (le placement en salle est libre).

Pour ceux qui ne les connaitraient pas je rappelle que La Barbe a pour ambition de déstabiliser les milieux influents en dénonçant la tendance qu'ont les hommes à s'y croire chez eux; donner à voir l'invisibilité des femmes dans les enceintes du pouvoir tout en semant la confusion...des genres. J'adore.

------------------------------

Ecrire à la Halde pour dénoncer le sexisme des grandes surfaces qui installent en ce moment des espaces différents pour les jouets des filles et pour ceux des garçons.

Extraits du texte proposé :
Il est évident que cet affichage fléché empêche les enfants de choisir des jeux, jouets, déguisements,etc. en fonction de leur caractère, leurs aptitudes et leurs envies et les force à se conformer aux rôles stéréotypés liés aux genres, qui sont à l’origine de la plupart des discriminations de sexe.

De nombreux métiers restent encore très sexués malgré l’ouverture des filières de formation et malgré cette formulation neutre des offres d’emploi ; et ce précisément parce que l’orientation professionnelle se fait de façon progressive souvent dès la petite enfance, et en grande partie par le biais des jeux. On peut citer comme exemple les panoplies de déguisement d’infirmière conçues spécifiquement pour les petites filles et les panoplies de médecin pour les petits garçons.

Ainsi, je demande à la HALDE de recommander aux magasins de jeux et jouets, aux fabricants et aux publicitaires de prohiber tout affichage sexiste dans la promotion de leurs produits afin de protéger les enfants d’un conditionnement précoce contre lequel il sera vain de lutter à l’âge adulte.

Emelire donne des explications très précises ici. Il faudrait qu'un maximum d'enseignes et de villes en France soient signalées.

samedi 10 octobre 2009

17 octobre, manifestation pour les droits des femmes

Toutes les infos ici.

Pour une fois, il s'agit d'une manif de rentrée, ce n'est pas le 8 mars et il semble que la presse s'y intéresse davantage. Ce serait une bonne nouvelle que le combat des femmes pour l'égalité revienne sur le devant de la scène.

La liste des organisations appelant à défiler est impressionnante.

dimanche 27 septembre 2009

J'ai signé une pétition

C'est Maryline Baumard qui l'avait révélé dans Le Monde l'année dernière.

Il y a 2 fois moins de places d'internat pour les filles en classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE). Or, ces cursus sont exigeants et pouvoir résider sur place a son importance .

Les filles sont donc pénalisées dans la mesure où :

1.  les temps de transports plus longs entre le domicile et le lieu d’étude sont pris sur le temps d’étude ou de repos, parfois limité en CPGE.

2. elles ne peuvent bénéficier des mêmes conditions de travail que les garçons : bibliothèque du lycée, travail en groupe, restauration, équipements sportifs…

Les internats de Henri IV, Stanislas ou Janson de Sailly à Paris, Lazard à Lyon ou Poincaré à Nancy qui sont parmi les plus réputées sont carrément réservés aux garçons (à moins que cela n'ait changé depuis 2008).
A contrario, il existe en France un seul internat réservé aux filles : Paul Cézanne à Aix-en-Provence.

Au total il y a à Paris 695 places d'internat pour les garçons en classes prépa et 316 places pour les filles. En France, sur 16 académies, 3 412 places d’internats (36%) sont proposées en CPGE aux filles contre 6 087 places pour les garçons (64%). 

Comme le notait la journaliste "Il s'agit là d'une résurgence d’un passé peu glorieux puisque ce n’est qu’en 1882, soit quatre-vingts ans après la création des lycées napoléoniens, que s’est ouvert le premier lycée public de jeunes filles. Ces dernières ont aussi dû attendre 1972 pour se voir autorisées à postuler à Polytechnique. "

Un collectif "ouvrons les portes" s'est crée à l'initiative de 4 associations. Il propose sur son site une pétition (43 signatures, dont la mienne pour l'instant) et déposera prochainement un dossier auprès de la Halde.

Ne nous faisons cependant pas d'illusion  sur l'intérêt que portera la Halde à ce dossier. Pour l'instant cet organisme :

- n'a, à ma connaissance, jamais répondu aux associations qui l'ont saisi afin de connaitre sa position sur les chansons d'Orelsan et de savoir si elles pouvaient être considérées comme sexistes.

- a pris position en faveur de l'attribution aux hommes des trimestres supplémentaires attribués aux mères pour le calcul de leur retraite. Au nom bien sur de la non discrimination.



vendredi 25 septembre 2009

Billet de week end

Cette semaine du son :

Les Femmouzes groupe de Toulousaines que Gaël a mis sur son blog exprès pour me le faire connaitre, et comme il est sans aucun doute l'écureuil le plus sympa de la blogosphère il m'a aussi transmis le code htlm pour que je puisse insérer cette chanson qui parle de parité.



J'en profite pour vous remettre l'hymne de suffragettes que j'adore, extrait de Mary Poppins

Sister Suffragette Sing Along

moins drôle la chronique de Guy Carlier sur Europe 1 à propos des femmes journalistes

extraits : "Michèle Cotta dont le look ne constitue pas la priorité. Je me souviens que quand elle vint sur nos écrans au début de la première guerre du golf, ni maquillée, ni coiffée, en raison de l’urgence de l’information, la vision terrifiante de cette femme sortie du lit nous fit craindre les pires horreurs de cette guerre et contribuer à l’angoisse excessive qui saisit le pays"

Guy Carlier se regarde-t-il quelquefois dans un miroir ?

Ou encore "Et les jeunes journalistes (il parle des femmes bien sûr) sélectionnées sur des critères qui n’ont rien à voir avec le journalisme sauf à considérer que deux petits seins qui pointent constituent une ligne éditoriale rigoureuse"


Pour finir Françoise Leclère qui a écrit le livre dont je vous ai parlé il y a quelques semaines "Le miso mis à nu" m'a précisé que, étant une fille son nom s'écrit  Leclère et non Leclerc comme je l'avais indiqué par erreur. Son site internet est ici

jeudi 3 septembre 2009

Ce n'est pas VDM mais vous pouvez témoigner du sexisme ordinaire

"Centre hospitalo-universitaire en région parisienne

Je connais mon métier par cœur. Vingt-cinq ans de salle d’opération, qui dit mieux ? En tant qu’infirmière de bloc opératoire circulante, je suis garante du bon fonctionnement de l’intervention et j’ai pensé hier que c’était le moment d’associer une jeune étudiante infirmière de première année qui est là depuis trois semaines et qui apprend à la vitesse grand V.

Pourtant quand le patron est arrivé, il s’est mis à hurler : « Tu es irresponsable ! Pourquoi cette fille ? C’est une petite opération, mais quand même ! » Et j’ai vu la jeune fille se liquéfier sur place, morte de honte d’être là où on ne l’attendait pas, morte de honte d’être rejetée ainsi avec fracas. « Mais, monsieur, ai-je tenté de répliquer, vous acceptez bien des internes qui ont trois jours de présence dans le service. Peut-être, mais ce sont des médecins.»

Je me suis sentie profondément humiliée. Je sais ce que je fais et la présence de cette jeune infirmière n’aurait en rien menacé le bon déroulement de l’opération. Jamais il n’aurait ainsi mis en doute le professionnalisme d’un infirmier.

C’est quand même un bon médecin. Peut-être doit-il évacuer son stress de cette façon ? Et puis après, il se rattrape. En sortant du bloc, il m’a dit : « Alors, ma grand-mère, comment vas-tu ? » et il a mis ses mains sur mes deux seins, en les pinçant gentiment. C’est comme pour Sylvie à qui il a demandé si elle avait ses règles quand elle tirait la gueule..... lire la suite

Brigitte Gresy vient de publier un "Petit traité contre sexisme" et elle va plus loin en invitant chacun-e à réagir et témoigner sur son site au sujet des lieux communs du sexisme ordinaire, tellement banals qu'on n'y prête pas toujours attention.

lundi 31 août 2009

Pour la rentrée offrez vous une barbe....

la_barbe_timbre.JPGet si ce qu'elles font vous intéresse, vous êtes invitées à

la réunion de rentrée de l'association LA BARBE qui

aura lieu le jeudi 3 septembre à 19h00 à la Mer à boire (1 rue des Envierges, 75020, métro Belleville ou Pyrénées).

- page 2 de 5 -