Olympe et le plafond de verre

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - image des femmes

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 9 juin 2011

Journée sans maquillage

Les magazines Québécois sont curieux, ils ont  organisé pour la seconde fois une journée sans maquillage . 

C'était hier.

Pas si curieux que ça en y réfléchissant, parceque :

- c'est l'occasion pour le ELLE Québec d'expliquer comment briller sans maquillage, car ce n'est pas une journée sans rien sur la figure faut pas exagérer. Conseil aux lectrices  de super magiques crèmes pour ne pas avoir l'air trop fadasses (sous entendu : évidemment sans maquillage on est fadasse).

- de demander l'avis des hommes, puisqu'on fait tout ça pour leur plaire. Et il ne s'en trouve pas un pour dire "je m'en fiche"

- d'interroger des femmes connues sur leur rapport au maquillage, et là il faut reconnaitre que ce diaporama est saisissant

une page facebook est consacrée à l'évènement, il y a quelques voix pour dire "de toute façon je ne me maquille pas souvent" 

Bref, au final j'ai surtout le sentiment qu'une journée sans maquillage c'est d'abord une injonction à se maquiller les 364 autres ! 

Je me demande si ce n'est pas ça le vrai message : une journée sans maquillage c'est bien mais il ne faudrait pas en abuser sous peine de sortir de la norme.

Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 9 janvier 2011

Revue de net

à lire :

-les photos de Vogue. Le billet est en anglais mais les photos sont celles du magazine français 

- les commentaires d'un journal Suisse sur les tenues des femmes du Conseil fédéral

- ceux d'un journal français sur le look des politiques (ça date de 15 jours déja)

- le blog des correcteurs du monde qui s'interrogent sur les activités de la femme de Néanderthal

- et ce drôle de petit film de l'INA (4mn) qui date de 1947 et décrit la télé du futur. une sorte d'iphone fabriqué par un forgeron

samedi 1 janvier 2011

un bien beau réveillon à la télé

Et si j'en juge par ce que j'ai aperçu à la télé, messieurs on vous souhaite une année bandante 

Sur TF1 il y avait ça :

et sur la 2  ça :

Mesdames, vous avez du vous réjouir de voir votre compagnon si bien émoustillé car il n'y avait rien (mais je n'ai pas tout regardé heureusement pour moi) pour vous.

Mais qui est devant sa télé un soir pareil à part moi pour la prendre en photo ?

mardi 28 décembre 2010

Talons aiguilles

Je l'ai déja écrit  je ne sais absolument pas marcher avec des talons aiguille (de toute façon je n'essaye pas).

Quand je vois que d'autres fantasment sur des louboutins je me dis qu'elles renoncent bien facilement à leur liberté (liberté de se déplacer facilement, de courir, de prendre des postures confortables). Tout ça pour offrir une belle cambrure et de longues jambes aux regards de ces messieurs.

Bref, les talons aiguilles sont pour moi l'archétype de l'instrument de torture et de soumission consentie.

Mais il semble qu'une autre interprétation soit possible. J'avais eu cette discussion avec Claire lors du Women's forum. Elle émettait l'hypothèse que ces talons pourrait surtout être un signe de domination.

Et la polémique déclenchée en Suisse par cette carte de voeux d'une conseillère fédérale Suisse est du même ordre.

Elle y revendique sa féminité.

Evidemment, il s'agit d'une féminité stéréotypée, comme si être une femme se résumait à avoir des chevilles très décoratives et à savoir se mouvoir avec grâce sur n'importe quelles échasses pourvu qu'elles soient dorées (et chères de préférence). Tant pis pour les autres qui vont se retrouver dans la catégorie des thons, des pas sexys etc...

Mais on ne peut pas dire non plus qu'elle évoque la soumission.

 

 (je sais par expérience que les billets qui parlent de talons sont parmi ceux qui suscitent le plus de polémiques). 

mardi 14 décembre 2010

Le strip tease peut il être pro-femmes ?

Il y a 6 mois je n'avais jamais entendu parler du strip burlesque. Puis il y a eu le film "Tournée" que je n'ai pas pu voir pour cause de programmation éclair dans ma ville, mais qui avait donné lieu à une belle polémique sous l'un de mes billets. Polémique à laquelle je n'ai pas compris grand chose ne connaissant rien au sujet. A priori un film sur le strip tease, fut il burlesque, ne pouvait que me paraître suspect dans la mesure où il était fait par un homme.

Puis il y a eu un échange avec une blogueuse qui connait bien ce milieu et m'a proposé d'aller à une soirée. On va essayer de trouver une date en janvier car je suis très motivée depuis que j'ai vu hier soir le documentaire sur la 3 : "strip burlesque ou la philosophie du corset"

A priori "strip" et "corset" ne semblent pas compatibles avec le féminisme. Le strip tease tel qu'il est habituellement pratiqué dans les cabarets ou porncenter (je ne parle pas évidemment de ce qui se passe dans l'intimité ou des expériences que peuvent tenter certaines) n'est rien d'autre que la mise en valeur d'une femme comme objet potentiel de consommation.

Quand au corset, il fait partie, avec les talons hauts des objets qui réussissent le double exploit de plaire aux hommes (ce serait lié à l'évolution : les femmes avec des hanches larges et une taille fine auraient statistiquement plus de chances d'être de bonnes reproductrices, quand aux pieds ils grandissent de 1/2 à 1cm avec l'âge d'ou l'association petits pieds/jeunesse/beauté) et de limiter la mobilité des femmes. De ces accessoires que les féministes des années 70 ont jetés aux orties et qui reviennent en force aujourd'hui.

Mais il se dégageait de ce documentaire une liberté et une puissance rares. Toutes ces "performeuses" ne se revendiquent pas féministes, l'une d'elle précise "on ne veut pas faire du féminisme anti-hommes, on fait du féminisme pro-femmes" . Et si l'idée du féminisme anti-hommes est un poncif éculé , je crois que j'ai compris ce qu'elle entendait par "pro-femmes". L'idée qu'on peut être femme autrement qu'en copiant les hommes, en se réappropriant son corps d'une façon qui m'a semblé tout à fait jouissive. Elles ne sont pas toutes canons et leur beauté ne correspond pas aux normes qui nous sont imposées aujourd'hui, loin de là, mais elles sont vivantes, dégagent de l'énergie et de la puissance.

Le spectacle, qui n'est pas simplement un strip tease mais une mise en scène, n'est pas destiné à faire bander les hommes disent elles, elles préfèrent d'ailleurs un public plutôt féminin. Mais si elles jouent avec le désir des autres, si elles utilisent de façon outrancière les codes de l'hyper féminité c'est pour les utiliser à leur façon à elles. C'est surtout qu'elles se préfèrent désirantes plutôt que désirées.

En espérant ne pas avoir été bernée par un reportage qui n'aurait montré que le coté pile, cachant peut être une autre facette plus sordide de la réalité, j'ai hâte de voir ça de près.

mardi 2 novembre 2010

Les nouveaux jeux du cirque

Un billet de Falconhill m'avait intriguée, mais comme je ne regarde pas plus les matchs de rugby que les matchs de foot je ne savais pas où il avait trouvé la photo de cette femme au sein nu.

Jusqu'à ce que je tombe sur la vidéo qui vaut son pesant de cacahuètes.

C'est sexiste, mais pas que.....

Mais bon, le sport ça développe l'esprit d'équipe, la combativité etc et c'est bon pour la santé.

Je n'ai pas vu que femme de joueur  ou entrées en lice en parlaient

samedi 2 octobre 2010

Toute une histoire

Ouf ! nous avons eu chaud nous les filles

parceque si l'homme avait disparu, il nous aurait fallu trouver le moyen de nous reproduire par parthénogénèse et ça n'a pas l'air simple.

A moins de trouver un autre homme, idéal celui-là (photo trouvée sur un vieux billet de Sandrine)


Mais quand on est une femme préhistorique et qu'on ressemble à ça ( tapez "femme préhistorique" sur google images pour vérifier).

(Je parie qu'en plus d'être maquillée , elle s'épilait.)

ça doit quand même être cruel de cohabiter avec des rustres pareils

(image)

mardi 7 septembre 2010

La norme inculquée par les magazines

Elle est courageuse Julia Roberts de résister à tous ces sarcasmes.

image

vendredi 27 août 2010

Belle toute nue

J'ai regardé "Belle toute nue", émission que mes filles apprécient. 

je me suis assise à leurs cotés et nous avons commenté ensemble.

L'idée est sympathique : une femme qui se trouve moche, qui ne supporte pas de se regarder dans la glace est prise en charge par le très charmant William Carnimolla  , professionnel de la mode. En quelques jours il va les relooker mais surtout les réconcilier avec leur apparence et leur faire prendre conscience de leurs atouts. Pour finir elles seront fières de voir leur silhouette affichée sur un mur de Paris et de poser nues.

Lorsqu'on regarde le site de M6 il semble que la quasi totalité de ces femmes focalisent sur leur poids, elles ont toutes plus de ventre, plus de cuisses, plus de hanches, plus de poitrine (plus de tout quoi) que les modèle que leur présente en permanence la presse féminine.

Et elles le vivent très mal.

Pour les aider William leur présente 5 ou 6 jeunes femmes, rondes, voires très rondes . Elles sont toutes rayonnantes et si elles sont différentes des anorexiques habituelles elles n'en sont pas moins belles. De quoi se réconcilier avec ses rondeurs.

Il les accompagne ensuite dans l'essayage de nouveaux sous-vêtements et de nouveaux vêtements. L'idée générale étant qu'au lieu de chercher à cacher son corps comme le font toutes les candidates il faut au contraire découvrir et mettre en valeur ses formes. Grace notamment à quelques incontournables : talons haut et un conseil de base "décolleté, taille ou jambes, il faut toujours mettre en valeur l'une de ces parties du corps".

J'ai trouvé ce William vraiment très fin, très psychologue, très compétent  et une émission qui met en valeur le physique de femmes "normales" est intéressante en nous permettant à toutes de faire la différence entre une femme et une photo de mannequin.

J'aurais pourtant un bémol à formuler:

j'ai entendu un nombre considérable de fois le mot "féminine". Pour toutes ces femmes il s'agit de "redevenir une femme", de "retrouver sa féminité", "d'être sexy","retrouver une allure féminine" etc...

On oppose souvent féministe et féminité et les "néo féministes" seraient celles qui souhaitent réconcilier les 2, c'est à dire obtenir l'égalité hommes/femmes tout en restant féminines (les autres féministes étant c'est bien connu des boudins poilues).

Il me semble que le débat ainsi posé est une impasse. La question n'est pas d'être féminine ou pas. Bien sûr qu'on peut y prendre beaucoup de plaisir, la question est celle de cette injonction qui nous est désormais faite d'être féminine en permanence.

D'une part notre physique est ce qu'on donne à voir en premier, vouloir se présenter très féminine et sexy c'est mettre l'accent sur notre corps et accepter de faire passer en second plan d'autres aspects de notre personnalité.

D'autre part 

- toutes les femmesne se sentent pas féminine, n'ont pas envie de le paraitre, ni de porter des talons hauts, de mettre en valeur leurs jambes ou leur décolleté et d'être sexys. Certaines s'en moquent et attachent de l'importance à  montrer leur force parceque ce sont par exemple de grandes sportives, ou leur intellect (ou tout autre qualité je vous laisse compléter).

- toutes les femmes n'ont pas envie d'être féminine en permanence. Etre féminine signifie entrer dans un jeu de séduction, qui peut être léger et sans conséquence, qui peut être très plaisant.

Mais

*On n'a pas toujours envie de séduire et ça peut même être préjudiciable notamment dans les situations professionnelles où il vaut mieux miser sur d'autres critères. 

*On n'est pas toujours en capacité de séduire parceque trop fatiguée ou préoccupée par autre chose. 

*On peut préférer son confort à une tenue contraignante, une jupe trop serrée et des talons trop hauts.

* On peut préférer que nos amis nous apprécient pour la qualité de notre conversation

Je me suis également interrogé sur ces femmes qui s'inquiètent de l'avis de leur mari (dont la masculinité ne semble une question pour personne), l'une d'elle dit même "il ne me mérite pas" (parce qu'elle se trouve trop grosses). Les maris en question avaient pourtant l'air de trouver leur compagne à leur gout. 

Mais pourquoi aime-t-on une autre personne au point de vouloir vivre avec ?

 

mardi 17 août 2010

Le calendrier des femmes politiques tchèques

Quand je l'ai vu j'ai d'abord pensé qu'il s'agissait d'un HOAX et j'ai attendu de le trouver sur un site d'information (c'est à dire tenu par des journalistes qui sont en mesure de vérifier les infos qu'ils diffusent)
Les femmes politques tchèques ont posé pour un calendrier au motif que cela permet "d'attirer l'attention sur le fait que les femmes font désormais partie de la vie politique".


Je ne connais pas le contexte politique tchèque mais le nouveau gouvernement constitué il y a quelques semaines ne compte aucune femme, preuve que la situation n'est guère florissante pour les femmes politiques de ce pays.

Des femmes politiques polonaises avaient eu une démarche semblable en 2007 .  Elles avaient crée un parti et posé nues sur leurs affiches.

Leur argument : "Cette affiche a pour but de briser les stéréotypes du monde anachronique de la politique, où dominent le plus souvent des hommes renfermés dans leur costumes cravates noirs. Nous, nous sommes belles, nues, fières. Nous sommes vraies, sincères dans l'âme et le corps. Ce n'est pas de la pornographie, ça n'a rien à voir avec le sexe, nos visages sont intelligents, préoccupés, fiers. Nous n'avons pas les lèvres entrouvertes ni les yeux fermés." (et si quelqu'un connait le résultat de ces élections et ce qu'elles sont devenues...)


Pourtant  ce calendrier (comme l'affiche polonaise) me semble aller à l'encontre de l'objectif envisagé. Il est clair qu'elles améliorent leur visibilité, et ceux qui l'auraient ignoré savent désormais qu'elles existent et qu'elles sont prêtes à en découdre.

Mais on sait  que pour une femme politique il est bien difficile d'interesser les médias à son discours plutôt qu'à sa tenue ou son apparence,

Alors autant j'ai défendu dans un précédent billet l'idée que les femmes pouvaient afficher leur décolleté ou toute autre partie de leur corps autant je pense qu'il s'agit d'une grave erreur d'appréciation pour une femme qui aspire à des responsabilités importantes. Apporter sa plastique comme argument ne donne aucune idée de sérieux et de compétences.

D'ailleurs une étude récente tendrait à démontrer que ,contrairement à des idées reçues, être belle n'est pas un avantage pour briguer un poste notamment dans des fonctions réputées masculines.

- page 1 de 5