Mot-clé - médias

Fil des billets - Fil des commentaires

20/10/2009

Une action pour les profs

Trouvé chez Stedransky  qui déniche toujours des sites intéressants : les Olympes de la parole

Il s'agit d'un concours scolaire qui permet d'aborder en classe l'éducation au respect filles et garçons.
Le concours est organisé par L'Affdu en partenariat avec l'Education Nationale.
Avant le mois de mars, les élèves doivent  réaliser  un dossier papier et une intervention orale de 15 minutes.


Cette année, le sujet est le suivant

En 2010, comment les médias peuvent-ils améliorer l’image de la femme dans une perspective d’égalité, entre les filles et les garçons, entre les femmes et les hommes ?

Tous les niveaux peuvent être inscrits, il existe des catégories école, collège, lycée, lycée pro et enseignement adapté


Je me demande ce qu'en pensent CC, les privilégiés, Marie-Georges, Chrystelle Membrey et SOS.SES

16/09/2009

“Photographie retouchée afin de modifier l’apparence corporelle d’une personne”

Enregistré  hier à la Présidence de l’Assemblée nationale le 15 septembre 2009, une  proposition de loi relative aux photographies d'images corporelles retouchées .

L'article est ainsi rédigé 

« Art. L. 2133-2. – Les photographies publicitaires de personnes dont l’apparence corporelle a été modifiée par un logiciel de traitement d’image doivent être accompagnées de la mention : “Photographie retouchée afin de modifier l’apparence corporelle d’une personne”.

« Le non-respect du présent article est puni d’une amende de 37 500 €, le montant de cette amende pouvant être porté à 50 % des dépenses consacrées à la publicité. »

Il s'agit de lutter contre la diffusion d’une « représentation erronée de l’image du corps dans notre société » et notamment celle qui vise à faire croire que les mannequins n'ont ni ventre, ni bourrelets, ni rides.
On pourra bien continuer à nous les montrer photoshopées, mais il faudra que ce soit avoué.

Il ne semble pas par contre que soient concernées les photos des stars interviewées ou faisant l'objet d'un reportage. Genre," je ne comprends pas celles qui se font des injections de botox  parcequ'à 50 ans , moi qui ai l'air d'en avoir 25 sur les photos, je préfère assumer  mon âge ! "

04/09/2009

Suite du billet sur l'Epididyme de rentrée

Vous voyez un nom de femme dans cet article ?

Nikos Aliagas contre Marc-Olivier Fogiel. Guillaume Durand face à Jean-Jacques Bourdin, Nicolas Demorand pour faire pièce à Vincent Parizot. Cette saison encore, les radios ont décidé de livrer bataille dès les premières heures du matin.

Lire la suite de cet article du Monde

01/09/2009

L'épididyme d'Or de la rentrée

epididymes.jpg Ce mois ci il est attribué à France inter pour sa grille de rentrée. Grille qui n'est d'ailleurs pas vraiment différente de la précédente. J'écoute habituellement France inter (ou France info si j'ai peu de temps). Je n'avais jamais remarqué à quel point ce sont des hommes qu'on entend. N'y aurait-il pas de femmes journalistes de talent à France inter ?

  • De 5 à 7 vous pourrez entendre Patricia Martin ou Olivia Gesbert
  • De 7 à 10 Nicolas Demorand, et à l'intérieur même de cette tranche horaire vous entendrez quand même nettement plus de voix masculines, surtout quand il s'agit de choses sérieuses comme la politique ou l'économie
  • 7h le Journal par Mickaël Thébault
  • 7h15 Reporter – La rédaction
  • 7h20 L'édito éco - Dominique Seux
  • 7h23 Tous azimuts - Nicolas Demorand
  • 7h30 Journal - Laurence Thomas
  • 7h44 L'édito politique - Thomas Legrand
  • 7h48 L’éco du jour – Philippe Lefébure
  • 7h51 Cartier libre - Caroline Cartier
  • 7h55 L’humeur de… Stéphane Guillon / Didier Porte / François Morel
  • 8h Le Grand Journal - Fabrice Drouelle
  • 8h16 Géopolitique - Bernard Guetta
  • 8h20 L'invité d'Inter - Nicolas Demorand
  • 8h30 La revue de presse – Bruno Duvic
  • 8h40 Inter-activ’ - Nicolas Demorand
  • 9h Journal - Mickaël Thébault
  • 9h10 - Esprit critique Vincent Josse
  • 9h35 - Comme on nous parle Pascale Clark

10h - Service public Isabelle Giordano

11H le fou du roi Stéphane Bern

12H30 carnets de campagnes de Philippe Bertrand

12H45 Le jeu des 1 000 Euros Nicolas Stoufflet

13H30 2000 ans d'histoire Patrice Gélinet

14h - La tête au carré Mathieu Vidard

15H là bas si j'y suis Daniel Mermet

16h - Carrefour de l'Odéon Frédéric Lodéon

17h - Nonobstant Yves Calvi à qui on peut faire confiance pour inviter majoritairement des hommes puisqu'il a déja été primé de 2 épididymes d'or

17h50 - Un temps de Pauchon Hervé Pauchon

18h15 - Et pourtant elle tourne Jean Marc Four

19h20 - Le téléphone sonne Alain Bedouet

19h20 - Les questions du mercredi Jean-François Achilli

20h - L'Humeur Vagabonde Kathleen Evin

21h - Sur la route Laurent Lavige

22h - C'est Lenoir Bernard Lenoir

23h - Allô la planète Eric Lange

1h - Sous les étoiles exactement Serge Le Vaillant

patricia_martin_olivia_gesbert.jpgnicolas_demorand.jpgisabelle_giordano.jpgstephane_Berne.jpgphilippe_bertrand.jpgnicolas_stoufflet.jpgpatrice_Gelinet.jpgmathieu_vidard.jpgdaniel_mermet.jpgfrederic_lodeon.jpgyves_calvi.jpgherve_pauchon.jpgjean_marc_four.jpgalain_bedouet.jpgjean_francois_achilli.jpgkathleen_evin.jpglaurent_lavige.jpgbernard_lenoir.jpgeric_lange.jpg

Je rappelle que l'épididyme est "une partie du système reproducteur de l'homme. C'est un petit organe accolé au testicule contenant un tube glandulaire pelotonné transportant les spermatozoïdes" . Le prix est décerné chaque mois à un média ou une manifestation ayant dépassé le taux admissible de testostérone.

Qui a déjà reçu un épididyme d'or ? .

31/08/2009

Le ventre des femmes

Il y a quelques jours j'ai très mal dormi dans un hôtel parisien.

A tel point qu'à 4H j'ai allumé la télé.

Je suis tombée sur la chaine de l'Assemblée nationale, rediffusion d'une émission "ça vous regarde" sur la gestation pour autrui. 4 spécialistes pour en parler.

J'ai pris une photo.

 l'émission sur internet

Il y avait donc sur ce plateau 5 hommes pour parler du ventre des femmes. Que diraient-ils si on n'invitait que des femmes pour parler du don de sperme ?.

En rentrant j'ai regardé l'émission complète sur internet en fait 2 citoyens interviennent (un peu) dans le débat. Un homme et une femme. Et quelle n'a pas été ma surprise de reconnaitre Jocelyne que j'ai rencontrée cet été ! Et je me suis souvenue qu'elle avait fait un billet à propos de cette émission.

26/08/2009

50 ans et toutes ses dents...

Si vous étiez en France début août vous n'avez pas pu ne pas remarquer cette couverture de Paris Match.

les_seins_de_sharon_stone.jpg

Bien entendu, comme d'habitude on se moque de nous.

Sharon Stones n'hésite pas à déclarer "Regardez Jeanne Moreau la beauté est une question d'âme, pas d'âge. Un homme m'a dit un jour que les rides de chaque côté de ma bouche étaient comme des parenthèses entourant les belles choses que j'avais à dire.... Je ne comprends pas ces femmes qui veulent se ressembler et qui se font tirer la peau jusqu'à perdre toute expression."

Vous remarquerez que les fameuses parenthèses sont bien discrètes et je serais heureuse qu'elle nous livre ses secrets.

sharon_stone.jpg.

Secrets qu'elle n'est d'ailleurs pas la seule à connaitre d'après Frieda qui a eu la même réaction que moi, il y a aussi Demi Moore qui prétend dans Marie Claire ne pas essayer par tous les moyens de paraître 30 ans.

Mais nous sommes désormais habituées à tout cela, d'ailleurs le marchand, auquel je ne demandais rien, m'a prévenue en me tendant le magazine " ces photos sont truquées !".

En réalité ce qui me dérange le plus dans cet article c'est l'insistance avec laquelle l'actrice et son interviewer (Marc Lévy ) insistent sur le fait que ces photos expriment la liberté d'une femme "qui n'a plus le besoin d'être autrement qu'elle même", "la féminité saine", "la force et la joie", .

Alors je m'inquiète, faut-il se montrer en tenue de cuir, à moitié nue pour prouver qu'on est une femme libre, maitre de sa vie ?

A-t-on déja vu un homme avoir besoin de faire cela ?

Marc Lévy conclue "Elle est belle, épanouie, apaisée" .

En résumé "Quand on est un homme pour avoir réussi sa vie à 50 il faut avoir une rollex, quand on est une femme il faut pouvoir exhiber ses seins ."

Et si vous avez besoin de vous remonter le moral je vous conseille le billet de Manu qui vient d'avoir 50 ans (même si j'ai bien peur qu'elle rate sa vie vu qu'elle a toujours refusé de montrer autre chose que ses cheveux ou ses chaussures)

Si vous avez Canal plus regardez la télé ce soir

Séance de rattrapage...

Ce soir, mercredi 26 Août à 22h15, Canal plus rediffuse "Bienvenue dans la vraie vie des femmes"

Un documentaire intelligent à voir si vous ne l'avez pas déja vu lorsqu'il a été diffusé en mai

bienvenue_vraie_vie_femmes.jpg

Pour celles et ceux qui n'ont pas Canal, il existe un DVD mais qui n'a pas été mis en vente, l'achèteriez vous si il l'était ?

31/07/2009

La femme, la pub et la haine.

J'avais lancé, il y a quelques semaines, un appel pour retrouver un article de Simone de Beauvoir paru dans le Monde du 4 mai 1983. Il n'a pas fallu très longtemps pour qu'une lectrice m'envoie ce texte, et je l'en remercie.

Je rappelle que cet article a été écrit suite à une campagne visant à dénoncer un projet de loi anti sexiste présenté par Yvette Roudy. Ce projet calqué sur la loi anti raciste de 1972 qui autorisait notamment les poursuites pour toute atteinte à l'image de la femme et de sa dignité n'a au final jamais été présenté à l'Assemblée nationale. (voir mon précédent billet sur le sujet)

Ce texte a vieilli par certains cotés, mais reste d'une actualité confondante par d'autres et quelques uns de ses paragraphes pourraient être repris tels quels aujourd'hui, 26 ans après . Jugez en.

___

S'il n'était si consternant, le déferlement de misogynie soulevé par la loi anti-sexiste de Mme Yvette Roudy mériterait de déchainer des fous rires. Ces messieurs – et dames – qui reprochent aux féministes de manquer d'humour s'en montrent regrettablement dépourvus. Avec quelle pompe ils font appel à leur sens des responsabilité, à leur conscience professionnelle pour revendiquer le droit d'afficher sur les murs les images qui – à leur idée – rempliront le mieux leurs poches ! Ils n'hésitent pas à invoquer les plus hautes valeurs culturelles : d'après eux la publicité nous abreuverait de beauté, et ce serait manquer de tout sens esthétique que de ne pas assimiler ses créations aux plus célèbres tableaux du Louvre, ses « messages » aux grandes œuvres de la littérature française.

Tant de lourde prétention confond ! Mais avant tout, ils sont inspirés, disent-ils, par le respect de la sacro-sainte liberté : laquelle ? La loi qui permet aux femmes de choisir librement leur maternité serait « une interférence dans la vie personnelle » et donc une atteinte à la liberté. (Il est vrai que il y a cent ans, quand s'ouvrit à Rouen le premier lycée de filles, il se trouva des hommes pour déclarer que c'était là une atteinte à la liberté.)

Liberté ! Que d'imbécilités on profère en ton nom ! On s'en autorise, par exemple, pour comparer Yvette Roudy à un ayatollah ; je ne sache pas qu'elle ait demandé à ses compatriotes de porter le tchador, ni incité à la lapidation des femmes adultères. Et quel rapport entre la reine Victoria et la femme qui a fait voter la gratuité de l'IVG ? Je ne vois rien d'humoristique ni de finement spirituel dans ces gros sarcasmes haineux.

Certains préfèrent des arguments qui leur semblent plus sérieux. La Croix, dont on connait l'effort soutenu en faveur de la libération sexuelle, accuse Yvette Roudy de vouloir interdire l'amour et le plaisir. Mme Giroud – entre autres – lui reproche de brimer « le droit aux fantasmes ». Les gens ne pourraient donc inventer leurs rêves qu'à partir des plates images publicitaires ? Il n'est pas besoin d'être grand psychologue pour savoir que les fantasmes ont de tout autres origines.

Cependant pour répondre à ces attaques, le « clin d'œil ironique », le « coup de coude » complice ne suffisent pas. Car cette petite minorité de profiteurs, enragés comme des chiens à qui on menacerait de retirer leur os, risque de nuire, tant leur campagne est solidement orchestrée : ils sont soutenus par de nombreux journalistes car les journaux – sauf le Canard enchainé qui, justement, n'a guère pris part à cette opération – vivent en grande partie de la publicité. Il faut donc dénoncer plus précisément la mauvaise foi des arguments invoqués.

D'abord, l'amalgame. La loi ne concerne ni les livres, ni les films, ni les tableaux, ni aucune création artistique ; elle ne s'en prend pas non plus aux revues, aux magazines. Seul la pub est visée, car elle seule, au lieu de se proposer à des libertés, s'impose aux regards qui, bon gré, mal gré, la subissent. Personne ne s'indigne qu'on réprime la liberté des exhibitionnistes : certaines exhibitions publicitaires ne sont pas moins choquantes ; il me paraît logique d'en protéger les passants. Cette protection est d'ailleurs fort discrètes : on brandit le mot de censure : mais il ne s'agit rien de tel : la loi accorde seulement aux femmes qui se sentent agressées un pouvoir de contestation, un contre-pouvoir de régulation démocratique. En fin de compte, ce seront les juges qui décideront du bien-fond de leur protestation.

Pourquoi les femmes ? Parce que ce sont elles qui sont en question ; ce sont elles dont la pub, pour vendre ses produits, propose des images avilissantes. Jamais un homme. Sauf autrefois, des Noirs. Mais la loi anti-raciste a rendu impossible les « Banania-y'a bon «  de mon enfance. On nous dit que les lois ne peuvent rien, que le racisme est demeuré aussi vivace depuis la loi anti-raciste. Il y a mille raisons pour qu'il n'ait pas désarmé. Du moins, ne s'exprime-t-il plus tout à fait impunément. Certaines affiches ont disparu de nos murs. A la suite de quelques procès, les cafetiers n'osent plus refuser de servir des « bicots » ou des « nègres. Une loi ne change pas du jour au lendemain les mentalités, d'accord. Mais elle contribue à les former. Une sotte demandait dans Le Nouvel Observateur : « Suffit-il de brûler les images pour libérer les femmes ? » Non, bien sûr, ce serait trop simple. Mais il n'est pas inutile d'agir sur les images. Les enfants aussi ont des yeux, les images s'impriment en eux. Éviter qu'elles ne leur inspirent le mépris de la femme serait déjà une victoire.

Il paraît inconcevable à ces messieurs qu'un corps de femme puisse être utilisé comme « support publicitaire » sans qu'on lui inflige une attitude dégradante. Refuser cet avilissement serait interdire toute image de femme et, par extrapolation tout image. Un monde sans images ? C'est l'austérité tyrannique des pays de l'Est ! Le goulag n'est pas loin... Ces insinuations absurdes trouvent des oreilles complaisantes chez les ennemis du régime, car il ne faut pas oublier que cette campagne – et peut-être essentiellement – politique.

Cependant, cet aspect est plus ou moins masqué. Ce qu'on dénonce bruyamment, ce sont les excès auxquels, forte de la loi Roudy, vont se livrer les féministes. Les publicistes répètent à cor et à cri qu'il faut faire confiance aux femmes. Alors ? Alors, les féministes ne sont pas des femmes. On reprend contre elles les arguments les plus éculés. Elles sont « torturées, mal dans leur sexe « , déclare M J-F Fabry, éminent inventeur de la femme ligotée, portant des jeans Buffalo. « Ce sont des intellectuelles qui n'ont pas de contact avec la réalité «  diagnostique un autre. Je connais des féministes médecins, avocates, ingénieurs, mères de famille : il ne me semble pas que le directeur d'une agence publicitaire ait, à priori, de meilleurs contacts avec la réalité ; à moins que « réalité » ne signifie pour lui le fric dont il a certainement une expérience plus enrichissante. Quoi qu'il en soit, il faut le répéter, ce ne sont pas les associations qui trancheront, mais des juges. Tout ce que nous espérons c'est que la perspective d'un procès puisse avoir -comme dans le cas du racisme – un effet dissuasif.

Ce qu'il y a de consternant dans toute cette affaire, c'est la vraie raison d'une telle levée de boucliers.

Contraints et forcés, les hommes renoncent à se targuer ouvertement de leur supériorité dans le domaine économique : contre l'égalité des salaires, contre la non discrimination des emplois, ils mènent des luttes plus sournoises. Mais ils demeurent profondément convaincus que la femme est un objet à manipuler, qu'ils sont les maitres de cette manipulation. On ne les changera pas de sitôt. Mais toute démarche qui met obstacle à leur prétention dominatrice devrait être accueillie avec reconnaissance non seulement par les féministes, mais par toutes les femmes, du moins par celles qui refusent de se laisser mener à la baguette, fût elle ornée d'un diamant.

26/07/2009

La France qui entreprend

30% des créateurs d'entreprises sont des femmes, mais ça a échappé au magazine Capital qui fait sa une sur le sujet.

magazine-n-215_article_portrait.jpg

La photo n'est guère visible, je vous laisse regarder en kiosque .

De toute façon, je ne vois pas ce qu'on peut attendre d'un magazine qui présente en une de son site web ces 6 interviews.

capital_interview_2.JPGcapital_interview_1.JPG

28/06/2009

La Barbe "Ce soir ou jamais"

C'était le 16 juin , La Barbe s'est invitée sur le plateau de "Ce soir ou jamais"

Leur texte :

"La télévision est un sanctuaire, et Frédéric Taddei en est l'un des gardiens les plus zélés.

Oui, chers téléspectateurs, dans une société où les femmes prétendent se faire entendre et briguent les postes les plus élevés, il faut des hommes de cette trempe pour défendre l'éternel masculin et protéger les espaces de parole des excès de ces ambitieuses.

Et pour nous parler du bonheur? Qui de mieux qu'un homme sinon "des" hommes? "Car le bonheur est fait de trois choses sur terre. qui sont : un beau soleil, une femme, un cheval !" (Eugène Fromentin, Dominique)

Bienvenue donc à Laurent, Michel, Jean-Didier, Frédéric et Christian. Nous invitons par contre Christine et Claudia à rester sur les bords du plateau, et garder ce rôle de muse qui leur sied si bien. Et oui, les plus vertueux d’entre les hommes ne sont pas à l'abri de la tentation, et trop de femmes ont déjà foulé les plateaux de "Ce soir ou jamais". Le lobby féministe est-il donc si puissant que vous vous sentiez obligés d'inviter une femme sur six experts, pratiquement à chaque émission, en gage de bonne volonté ? Et fallait- il tant de femmes pour parler de mères porteuses ou – pire encore, de virilité ? L'auditoire, indulgent, a certainement déjà oublié ce qu'elles étaient venues dire pour ne retenir que les pensées profondes des quelques 300 grands hommes de ce plateau. Courage, messieurs, des centaines de milliers d'âmes inquiètes, devant leur écran, comptent sur vous, directeurs, journalistes et présentateurs, pour que se perpétuent les traditions millénaires qui ont toujours écarté les femmes du débat public."

08/05/2009

Mon conseil pour lundi soir....

regardez (si vous l'avez) Canal + qui diffuse à 20H45 un documentaire intitulé "Bienvenue dans la vraie vie des femmes ".

bienvenue_vraie_vie_femmes.jpg

J'avais été contactée il y a quelques mois par Agnés Poirier, une journaliste qui préparait ce film . Elle souhaitait m'interviewer. J'ai refusé, parce que d'une part je préfère encore (pour combien de temps ?) conserver mon anonymat, et d'autre part j'ai toujours une certaine méfiance envers les journalistes à qui vous parlez pendant 20 mn et qui n'en retiennent que 2, qui ne sont généralement pas du tout selon vous les 2 meilleures minutes.

Je l'ai un peu regretté quand j'ai vu le film lors de la soirée de présentation en avant première à laquelle j'étais invitée.

Il est excellent. On y retrouve tous les thèmes que j'aborde ici sur la place et l'image des femmes. Avec des données objectives, des illustrations très éclairantes comme ce petit garçon qui annonce fièrement à l'école que "ça va bien", alors que la petite fille, qui a une meilleure moyenne que lui considère "que ce n'est pas encore tout à fait ça" !, des chiffres et des faits bien sûr, mais aussi un panel de scientifiques qui apportent des éclairages intéressants sur la manière dont les choses se jouent.

Un film qui devrait redonner envie de devenir féministe.

Je me suis même demandée un instant si il était encore utile que je blogue puisque ce film fait un tour très complet de la question.

Vous pouvez voir ici les premières minutes du film (après avoir passé la pub Silhouette active !)

Cela a été aussi pour moi l'occasion de rencontrer 2 blogueuses Corinne que je connaissais déjà et Sandrine très impliquée dans le combat des femmes, et plus particulièrement des femmes noires.

24/04/2009

Celles qui font du 40 s'insurgent....

C'est le buzz de la semaine sur les blogs féminins.

ELLE (dire qu'avant de tenir ce blog je ne le lisais que chez le dentiste ) a fait un article sur le retour des rondes. Enfin ! finit l'ère de l'anorexie. D'après ELLE "les garçons adorent. Quelque chose a changé au royaume de la silhouette ! Aujourd’hui, être ronde est dans l’air du temps. Et profiter de la vie et de ses plaisirs hautement recommandé. Les people qui assument leurs courbes, de Lily Allen à Beyoncé, nous ont libérées.".

Sauf que pour ELLE, une ronde c'est ça :

sexy_et_ronde_ELLE.jpg

Une fille normale quoi !

Tollé dans la blogosphère féminine qui s'insurge de constater que désormais celles qui font du 40-42 et qui apparaissent encore comme "normales" entrent désormais dans la catégorie des rondes.

Le buzz semble parti d'un magazine Madmoizelle (un concurrent ou une filiale de ELLE qui cherche à faire parler du magazine ? peu importe).

Il me semble à moi aussi que définir les rondes comme le fait ELLE n'est pas sans conséquence. Parceque si certaines assument plus que bien et défendent joliment leurs rondeurs ( et le site vive les rondes enregistre 50 000 visites par jour), force est de constater que la plupart des femmes n'apprécient pas de se retrouver classer dans cette catégorie (ajout : lire à ce sujet le 1er commentaire de Gabrielle)

Petit florilège des réactions.

"Alors ça y est, on essaye encore de complexer les demoiselles. Du moins, Elle (le magazine pour femelle) essaye de nous faire croire que faire du 40/42 est être une femme ronde." Eliott,

"Bref, merci ELLE de me plomber ma journée en m'annonçant comme ça de but en blanc que je suis grosse ! (et non, le fait de savoir que mes rondeurs ne m'empêchent pas d'être fashion ne me console pas vraiment... :(" cotcot et cot,

"Mesdemoiselles et mesdames, si votre garde-robe est constituée de vêtements au-delà de la taille 38 vous êtes ronde ! La nouvelle sort tout droit d'un dossier du magazine ELLE consacré aux rondes "ultra fashion". Enfin, c'est ce qu'on nous fait comprendre : il n'y a qu'à voir les jolies jeunes filles "rondes" photographiées... " mes gouts et mes couleurs

"Mais pour vous, la rondeur, ça commence à un taille 38 ou quoi ? Parce que ces filles sont NORMALES. Etre ronde, c’est à partir du 42-44, et encore, tout dépend de la taille ! Ce ne sont pas les filles ici qui sont rondes, c’est la rédaction de Elle qui a un cure-dent à la place du cerveau. " Princesse Audrey

"Et "ronde" ? C'est simple, à vue d'oeil, ces filles font du 38... elles sont obèses, c'est clair.Encore plus clair, l'immoralité de ce magazine, son inconscience criminelle, son irrespect de son lectorat " Geek et chic

"Maintenant arrêtez de dire qu'on est ronde a du 40/42, une grande partie de la population porte cette taille et non elle n'est pas grosse. Les magazines véhiculent se message puis on s'étonne que toutes les filles veulent faire des régimes ,qu'elles se sentent mal dans leur peau, qu'elles se trouvent moche en 40." Letilor

"quand ELLE nous parle de “filles bien en chair” et publie des témoignages de filles ni trop minces ni trop rondes … juste normales comme on peut en croiser tous les jours, on peut se demander dans quel monde vit ELLE … Anorexie City ? et quelle est la normalité pour ce magazine… la taille 32 ?" princesseuh

et aussi vie de cruche , une chambre à moi et Caro qui ne pouvait pas laisser passer ça.

Pénélope en a fait un dessin éloquent

02/04/2009

L'épididyme d'Or de mars décerné à Yves Calvi

epididymes.jpgJe rappelle pour ceux que ça intéresse que l'épididyme est "une partie du système reproducteur de l'homme. C'est un petit organe accolé au testicule contenant un tube glandulaire pelotonné transportant les spermatozoïdes" . Le prix est décerné chaque mois à un média ou une manifestation ayant dépassé le taux admissible de testostérone.

J'avais pensé l'attribuer à l'émission Partageons nos idées de BFMTV. Le 21 mars il s'agissait de savoir si "nous sommes tous devenus journalistes grâce à Internet". Sur le plateau 3 représentants de la presse internet Benoit Raphael du Post, Jacques Rosselin de Vendredi-info et Nicolas Vanbremeersch alias Versac. Pour donner leur avis, derrière leur webcam, 6 blogueurs.

L'image n'est pas d'une grande qualité, mais vous pouvez le vérifier en regardant l'émission il n'y a que des hommes, alors que les blogueurs sont à 54% des femmes.

partageons_nos_idees.JPG

Finalment BFMTV devra se contenter de l'épididyme d'argent, parce que ces derniers jours mes amies blogueuses féministes du rose dans le gris et Fanchon ont vivement réagi à une émission animée sur France 2 par Yves Calvi. Sur un thème qui concerne tout le monde : la crise, n'ont été invités à prendre la parole que des hommes. L’animateur était entouré de : Patrick Devedjian, Pierre Moscovici, Christophe Aguitton, Alexis Brezet, François Lenglet, Frédéric Bedin. Autant d'hommes qui étaient aux manettes avant que la crise n'advienne. Et pour le 2e débat, « Violences : face aux bandes », Xavier Lemoine, François Pupponi, Alain Bauer, Gérard Mauger, Bruno Beschizza et Rost.

yves_calvi_mots_croises.JPG

Ce qui m'étonnera toujours c'est que personne, ni l'animateur, ni l'équipe qui a préparé l'émission avec lui, ni les invités ne remarque l'anomalie qui consiste à parler du monde sans se soucier de l'avis des femmes. Le monde leur appartient et ils estiment le représenter à eux seuls. Ils ne sont pourtant que la moitié de l'humanité.

Comme le dit Fanchon, une émission hémiplégique.

C'est Jektoo qui m'a offert cette belle image pour symboliser le prix.

14/03/2009

Les insultes envers Nadine Morano

Grosse levée de bouclier contre Nadine Morano qui a porté plainte contre les internautes ayant posté sur Dailymotion ou Youtube des commentaires qu'elle juge injurieux. Indignation générale contre le fait que la justice ait demandé à connaitre les adresses IP de ces internautes.

Je suis allée voir ces vidéos et surtout les nombreux commentaires qui sont restés en place puisque la justice n'a pas demandé à ce qu'ils soient retirés.

On y trouve de nombreux qualificatifs, Nadine Morano y est traitée de menteuse, de pauvre conne termes pas très gentils mais assez courants au masculin, surtout le dernier.

Les "pauvre cruche ", "grosse dinde" ou "pouffiasse" entrent déjà dans la catégorie des insultes sexistes, mais on passe au cran supérieur avec les "salope" et "pute" et quand je lis le genre de commentaire qui se trouve vers la page 25 (ou suivantes car de nouveaux commentaires sont encore postés) je me dis que sa démarche est légitime même si je n'ai aucune raison d'avoir de la sympathie pour cette ministre.

J'avais fait un billet il y a quelques mois à propos de commentaire vus sur Le Post et concernant Laurence Ferrari . Il y a des insultes sexuées qui ne sont adressées qu'aux femmes et de préférence à leur sexe.

De nombreux blogs amalgament cette affaire avec la loi HADOPI, mais si s'opposer à cette loi consiste à revendiquer le fait que internet soit une zone de non droit j'enlèverai le carré noir installé un peu plus bas.

11/03/2009

Les hommes et les femmes parlent-ils de politique de la même façon ?

Sous un billet précédent Florent me reproche de tomber dans le stéréotype de genre lorsque j'écris que "les femmes ne parlent pas politique de la même façon que les hommes". Mes propos l'effrayent et il complète ainsi :

  • ''Il y a des hommes dont la plume paraît plus légère, et qui n'en abordent pas moins des sujets de fond, des sujets qui façonnent notre vie et que les grands médias considèrent souvent comme mineurs, et qui le font aussi avec beaucoup d'humour et d'auto-dérision.
  • Il y a aussi des femmes qui écrivent au maillet, qui n'ont aucun recul sur les évènements, et surinvestissent les jeux de pouvoir.
  • "Si nous voulons poursuivre la construction d'un monde où les hommes et les femmes seraient libres d'être ce qu'ils veulent être", pour te citer, il faudrait commencer par arrêter d'enfermer les gens dans un stéréotype de genre...""

Certes ! il y a certainement des hommes qui écrivent de façon légère et des femmes qui le font avec un maillet. Tout est affaire de statistiques et on ne peut pas généraliser à l'ensemble des hommes et des femmes.

Mais le débat mérite mieux que quelques effets de style. Pour certain(e)s en effet les hommes et les femmes sont en tous points pareils et seule une éducation gendrée les rends différents. Pour eux, prendre en compte ces différences revient à les cautionner et à perpétuer les inégalités.

Pour ce qui concerne l'attitude envers le pouvoir et la politique, sont citées à la barre toujours les mêmes (et pour cause !) : Margaret Tatcher, Catherine de Médicis, Rachida Dati ou désormais Martine Aubry. Elles seraient la preuve vivante que les femmes, quand elles ont le pouvoir, l'exercent de la même façon que les hommes...si ce n'est de façon pire. Ce qui n'est guère surprenant puisque ces femmes là, si elles ont réussi à atteindre les sommets du pouvoir l'ont fait en respectant les règles du jeu en vigueur.

marianne-2-b4b77.jpgMon expérience quotidienne, et j'attends qu'on me présente une étude scientifique qui me démontre le contraire parceque depuis des années que j'accumule de la documentation sur le sujet je n'ai pas trouvé ( c'est même l'inverse), me laisse penser que les hommes et les femmes ( je reconnais que je généralise, il ne s'agit pas de TOUTES les femmes, ni de TOUS les hommes) n'ont pas les mêmes façons de fonctionner dans de nombreux domaines et n'ont pas les mêmes centres d'intérêt .

Cela peut-être inné ou acquis, façonné par la culture et l'éducation ou du aux hormones, ce n'est pas ce dont je souhaite débattre aujourd'hui. C'est juste un constat que je fais.

Et je ne suis pas la seule . Voici quelques phrases relevées dans l'essai récent d 'Isabelle Germain "Si elles avaient le pouvoir..."

"Le privé est politique" disaient les féministes dans les années 70...En France, tant que les femmes n'auront que quelques miettes de pouvoir, le privé restera privé, caché, hors champ."

" Le champ du politique est limité aux centres d'intérêt des hommes qui nous gouvernent "

"ce sont les hommes qui tiennent les cordons de la bourse finançant les médias. Eux qui décident de la hiérarchie de l'information et des angles des sujets. Eux qui disent si telle information mérite une brève ou un dossier. "

"Le quatrième pouvoir est comme les autres. Les femmes n'y sont pas les bienvenues. Lorsqu'elles y parviennent, elles sont priées de se comporter comme des hommes. Elles sont très loin d'atteindre le seuil critique à partir duquel elles pourraient imposer de nouvelles idées et une autre hiérarchie de l'information"

"Les femmes sont minoritaires dans les lieux de décision et les sujets qu'elles abordent considérés comme quantité négligeable"

Alors je maintiens que si on trouve si peu de blogs féminins classés dans la catégorie politique chez wikio (ce qui est un fait et pas un stéréotype), c'est bien parce que les femmes (disons la plupart des femmes) parlent de politique différemment et d'une façon qui n'est pas reconnue comme telle.

07/03/2009

Vendredi-info 100% féminin

vendredi_info_100_.jpgVous savez qu'avec le collectif femmes engagées j'ai participé à la réalisation du dernier vendredi-info, ce journal constitué exclusivement à partir des blogs. Cette semaine il est 100% féminin.

Notre participation a surtout consisté à faire le tour de la blogosphère féminine et à proposer des billets à Vendredi (qui n'en a fait qu'à sa tête ensuite, je le précise pour toutes celles qui nous en voudraient de ne pas avoir parlé d'elles).

Ce N° de Vendredi se distingue vraiment des autres. Il apparait clairement en le lisant que si les blogs politiques tenus par des femmes semblent si peu nombreux c'est qu'en réalité les femmes ne parlent pas politique de la même façon que les hommes et que si leur plume paraît plus légère elles n'en abordent pas moins des sujets de fond, des sujets qui façonnent notre vie et que les grands médias considèrent souvent comme mineurs. Elles le font aussi avec beaucoup plus d'humour et d'auto-dérision.

La polémique a fait rage dans la blogosphère. Le débat me semblait normal, parceque dans un monde idéal les hommes et les femmes seraient autant cités dans les journaux, et point ne serait besoin de faire des N° spéciaux ou une journée consacrés aux femmes. Mais le monde n'est pas idéal. Ce qui m'a laissée pantoise c'est la violence et le sexisme, de ce qui a été écrit. Heureusement qu'en 2009 on ne brûle plus les sorcières sinon Annnie, Hypos, M, Mrs Clooney, Nelly Margotton, BahbyCC , Quitterie, Trublyonne, Laure, Alluvions et moi nous serions retrouvées en mauvaise posture !

Après ça nous avons été sollicitées de toute part, Hypos et Laure sont même passées à la télé (chez Karl Zéro). Tout cela sera prochainement sur le blog du collectif.

Elles ont également participé à un débat à France-info à la suite duquel j'ai répondu à quelques questions de David Abiker.

Sinon je vous conseille la lecture du billet de Juan. Un homme qui essaye de comprendre ce que ça fait de vivre dans un monde qui ne respecte pas l'égalité.

15/02/2009

Slate.fr

Un nouveau site d'information sur le net Slate.fr.

Je le nomine d'emblée pour l'épididyme d'or de février (que je vais bientôt décerner , si vous avez des propositions...)

Encore un qui se fera sans femmes dirigeantes. Et je suis certaine qu'ils ne s'en sont même pas aperçus. Il faut dire qu'ayant l'ambition " de devenir l'un des principaux lieux en France d'analyses et de débats dans les domaines politiques, économiques, technologiques et culturels", ils ont du penser qu'il s'agissait d'une affaire sérieuse. Pas de celle que l'on confie à des femmes !

Les fondateurs : Jacques Attali, Jean-Marie Colombani, Johan Hufnagel, Eric Le Boucher, Eric Leser.

attali.jpgcolombani.jpghufnagel.jpgle_boucher.jpgeric_leser.jpg

et même parmi les blogs et chroniqueurs associés je ne vois que des plumes masculines.

Je vous conseille quand même la lecture de cet article (écrit par un homme et une femme), qui n'est pas qu'une liste de stéréotypes mais décrit au contraire avec pertinence certains liens politiques/journalistes :" Les journalistes hommes ne séduisent pas les femmes politiques"

03/02/2009

Quand la galejade tourne au scandale

Terminant mon précédent billet je suis allée sur Le Post pour chercher le lien et je suis tombée sur __ça__

Et là je suis folle de rage et les mots me manquent. Que des blogueuses consentantes s'amusent j'ai dit ce que j'en pensais et le seul reproche que je fais à cette démarche c'est de ne concerner que des femmes,

Par contre oser faire un montage montrant nos femmes politiques les plus en vues nues est inadmissible.

Elles agissent avec leur têtes, elles sont élues pour leurs idées, mais finalement c'est leurs corps qui intéressent. La preuve si besoin était du peu de considérations qu'ont certains pour les femmes politiques.

Cette affiche est l'une des choses les plus sexistes que j'ai vues depuis que je tiens ce blog.

28/01/2009

L'impossible modèle

Dans le N° de gala que j'ai acheté il y a 15 jours, il n'y avait pas que des photos d'Obama, il y avait aussi 26 pages sur Isabelle Adjani. Elle y confie tous ses secrets de beauté et nous détaille les excellentissimes produits qu'elle utilise, nous donne l'adresse de son salon de massage, de son réflexologue, de son centre de médecine ayruvédique, de sa plate forme rotative qui muscle et étire en douceur et j'en passe. Bref, il ne suffit pas d'avoir les moyens, il faut aussi avoir le temps. Elle va jusqu'à avouer qu'elle a de temps à autre recours "à un protocole esthétique chez le dermato. Trois points de botox pour lisser le front. Pas plus autrement ça vous donne un air figé." Elle est également adepte de l'acide hyaluronique, mais à dose homéopathique évidemment.

Et voici à quoi on est censé ressembler à 54 ans. gala.jpg

Réaction de mes enfants : "elle est plus vieille que toi !? mais elle a l'air beaucoup plus jeune !". Impossible de le nier, je n'ai pas le même teint frais et lisse.

Il me vient 2 remarques : la première c'est qu'on se fout de nous en nous faisant passer pour réelles des images qui ne sont que des trucages. Je donnerai cher pour voir à quoi ressemble vraiment Isabelle Adjani, même si je veux bien croire qu'elle a gardé un air très jeune grâce à tous ces bons soins ...et au botox.

La seconde est que pour être une femme intéressante il est préférable d'être belle et mince et d'avoir l'air jeune . C'est vrai même pour celles qui agissent dans les sphères du pouvoir. il y a eu dans un Courrier international récent un coup de gueule de la part d'une historienne : Zoe Williams. Elle y dénonçait le fait que les femmes politiques françaises soient encensées pour leur classe et leur distinction, les anglaises n'étant à coté que des godiches.

  • En voici un extrait :

''Pourquoi les femmes du gouvernement Sarkozy sont-elles aussi jolies ? D’ailleurs, pourquoi toutes les femmes politiques françaises sont-elles aussi belles ? Ségolène Royal pourrait être mannequin. L’ex-Mme Sarkozy était sexy et Carla Bruni est la première dame dont Hollywood osait à peine rêver. Une féministe a sûrement le droit de poser la question : où sont les moches ? Du simple point de vue des probabilités, il devrait y avoir plus de femmes communes et compétentes que de femmes superbes et compétentes. Est-il possible que la révolution sexuelle française ait échoué parce que les femmes qui auraient dû militer pour leurs droits étaient trop occupées à se tartiner de crème hydratante ? On ne va tout de même pas voter une loi pour fixer un quota de femmes laides au gouvernement. La question est intéressante parce que – une fois encore schématiquement – les Français sont beaucoup moins anti-intellectuels que les Anglais. Ils ne sont pas même du tout anti-intellectuels alors que nous le sommes franchement. Or ce cliché de la Française est non seulement réactionnaire mais il ne semble pas avoir bougé d’un iota depuis Les Liaisons dangereuses''

C'est clair, les hommes ne sont pas soumis aux mêmes contraintes, ils peuvent exhiber ventre bedonnant et poches sous les yeux sans subir la moindre remarque et même passer pour de grands séducteurs..

Celui-ci par exemple :

photoshop1.jpg

Mais, comme me la suggéré Dom qui est une experte de photoshop et s'est amusée avec cette photo il serait encore beaucoup mieux avec 3 points de botox et quelques doses homéopathiques d'acide hyaluronique non ?

photoshop2.jpg

15/12/2008

Ne cliquez pas, ça va vous faire du mal

Le milieu des médias est décidément résolument macho. Ce soir blas blas masculins. Mais attention c'est sérieux !

d_C3_A9bat-medias.jpg.

- page 2 de 3 -