Olympe et le plafond de verre

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 5 juin 2011

Décryptage de discours

Ce qui se passe depuis l'arrestation de DSK me laisse perplexe.

Les titres de Libé  "Marre des machos", celui du nouvel obs  "la france des machos" devraient me réjouir : enfin ! la vérité éclate au grand jour !

Je suis plutôt dubitative, et je me demande si ce n'est pas surtout l'occasion de parler sexe, sujet qui comme chacun sait est particulièrement  vendeur. D'ailleurs le titre de l'Express a le mérite d'annoncer la couleur " Pourquoi le sexe les rend fous".

Avant de crier victoire je préfère attendre que le soufflé soit retombé pour voir ce qu'il en restera vraiment.

En attendant c'est aussi l'occasion de lire et d'entendre les anti-féministes primaires s'exprimer en se targuant d'originalité et d'anti-politiquement correct . 

Je suis tombée presque par hasard sur cet extrait de "Ce soir ou jamais". 

En quelques minutes on y trouve tout ce qui fait le discours habituel de celui qui jouit depuis toujours d'une situation de dominant et ferraille pour la conserver utilisant tous les arguments à sa portée. 

Mme Comencini parle avec calme . Il est question de sexualité et des affaires médiatiques actuelles. Elle souhaite des rapports hommes/femmes qui soient en parité, et regrette que pour certains hommes politiques le désir vienne du fait que la femme soit considérée comme subalterne. 

Une première fois elle est interrompue par un homme qui lui reproche de ne pas respecter la présomption d'innocence "vous avez déja jugé".

Elle précise qu'étant Italienne elle parle de Berlusconi et, quelle que soit l'issue du procès, de l'image de ce qu'est la sexualité qui est donnée.

Seconde interruption sur la responsabilité des journaux féminins. Ce n'est pas moi qui vais les défendre mais rien à voir avec ce dont elle parle.

Jean Didier Vincent entre dans le débat en commençant par s'attaquer à la personne (classique surtout dans ce genre d'émission)  "je ne sais pas qui est ringard"  Il est énervé et si c'était une femme on pourrait dire qu'il est hystérique. Visiblement le sujet est chaud pour lui.

Ensuite argument massue, l'un de ceux qui ont mis le féminisme au tapis pendant ces 30 dernières années : hommes et femmes sont différents et revendiquer l'égalité reviendrait à nier ces différences !

"l'homme et la femme ne sont pas les mêmes choses. C'est 2 sexes différents. Il y a 95% des espèces qui sont sexuées".

Et il continue, lui faisant dire ce qu'elle n'a évidemment pas dit mais qui là encore est un discours fréquemment entendu. Réclamer un désir partagé semble pour lui insupportable, dans son cerveau les neurones se télescopent et comprennent ceci qui est d'une mauvaise foi absolue : 

"Si vous voulez vous reproduire par parthénogénèse vous n'avez qu'à foutre les mâles dans une réserve puis vous irez les chercher quand vous voudrez vous reproduire à l'ancienne."

Elle précise "je n'ai pas dit identique, j'ai dit égal"*. Mais combien de milliers de fois faudra-t-il répéter que le mot égalité signifie égalité ? qu'en revendiquant l'égalité on ne cherche pas à inverser le machisme ?

De plus en plus énervé bégayant de colère le malheureux en appelle à Freud et ne perd pas une si belle occasion de rappeler qu'il est bien pourvu par la nature.

"mais ça ne signifie rien l'égalité. Egal en quoi ? le poids ? le fait qu'elles aient un pénis intériorisé au lieu d'un pénis extériorisé ? qu'est ce que vous voulez que ça nous foute ?"

Une autre femme arrive à la rescousse et reprend des propos qui ont semble-t-il étaient tenus précédemment et qui attribuaient la responsabilité du désir des hommes à l'exhibitionnisme des femmes .

Et monsieur Vincent qui est membre quand même de l'Académie des sciences et de l'Académie de médecine cherche à placer l'estocade avec toute l'autorité due à  ses diplômes :  "c'est comme ça, c'est la nature.(..) Qu'est ce que vous voulez c'est pas de ma faute si les femmes ont des fesses et les hommes des fesses plates, c'est pas de ma faute si elles ont des seins."

Donc si c'est  la nature le débat pour lui est clos. Un grand biologiste certainement mais qui aurait du aussi s'intéresser à la sociologie où à l'histoire.

Elles répondent "vous ne savez rien du désir de la femme et vous ne voulez pas le considérer" et "je pensais que le débat en Italie était arriéré..."

Plus tard il cherche à se rattraper mais en bon macho qu'il est il ne trouve rien d'autre à dire que 

"Je vous trouve toutes les 3 très belles " "vous avez beaucoup de charme"

Imaginons qu'à la télé les hommes se mettent à se faire des compliments entre eux : "je vous trouve très beau", succès comique garanti, mais s'adressant à une femme ça passe et ça fait à peine sourire.

Quelqu'un tente une diversion, qui n'aurait pas aimé être une fille en banlieue, on le comprend mais ça n'est pas le sujet du jour.

et là,  nouvelle grande envolée de notre Académicien de renom

"mais d'où ça vient ? comment il se fait que partout on trouve une domination de l'homme sur la femme. Et elle s'en est toujours plaint. Réfléchissez aux causes avant de vous attaquer aux faits. " Et on a surtout l'impression qu'il a toujours dans l'idée que c'est normal vu que c'est la nature. Il précise sa pensée plus tard "elles ont été maladroites elles n'y sont pas arrivées"

Finalement, pas très à l'aise il finit par citer Françoise Héritier, Michèle Perrot espérant se rattraper. Mais c'est trop tard, on connait le fond de sa pensée.

Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 16 janvier 2011

Est ce qu'on lui demande si il prend du viagra ?

Solliciter l'avis de Jacques Vergès et Roland Dumas en dit long sur l'état de déliquescence de nos relations avec certains pays d'Afrique, mais ce n'est pas le sujet de mon billet.

Quand Jacques Vergés ne sait pas quoi dire, il ne s’embarrasse pas, il tape en dessous de la ceinture.

C'est grossier et vulgaire mais c'est certainement ce qu'il recherche

Pour ceux qui ne la voient pas la vidéo est ici. Il y dit ceci :"est ce que je lui pose des questions sur sa ménopause ?"

La ménopause est un fait social historiquement récemment construit (début du XIXeme siècle). Dans certaines sociétés, et c'était le cas en France au XVIIeme siècle cette période est plutôt bienvenue pour les femmes, libérées du risque d'être enceintes, des tabous et restrictions liés aux règles et gagnant en autorité.

Il existe bien un phénomène naturel, l'arrêt de la fonction reproductive féminine à partir d'un certain age et la conséquence principale en est le risque d'ostéoropose qui survient 20 à 30 ans plus tard (!). Par contre si ce peut être une période de déprime pour certaines, l'hypothèse a été émise que c'était surtout parceque leur statut social et le regard que porte la société sur elles est modifié.

En effet, dans le discours dominant, la ménopause s'accompagne d'une perte de valeur. Simone de Beauvoir l'avait noté
"Il lui reste à vivre, privée de tout avenir, environ la moitié de sa vie d'adulte. On ne lui a permis d'avoir prise sur le monde que par la médiation de l'homme : que deviendra-t-elle quand elle n'aura plus de prise sur lui ?"

Ce qu'un psychiatre américain n'hésitait pas à résumer ainsi dans les année soixante 
"ayant épuisé leurs ovaires, elles ont épuisé leur utilité en tant qu'être humain"


Une femme comme MAM, qui ne compte ni sur ses ovaires, ni sur sa capacité de séduction pour gagner du pouvoir ne peut que déranger un vieux macho.

Et quand dans le même temps une animatrice de la BBC gagne son procès contre son employeur pour discrimination liée à l'age, on est bien obligés de constater  la pression exercée sur les femmes lorsqu'elles prennent des rides. La différence de traitement hommes/femmes est flagrante.

Cette femme de 51 ans et 3 de ses coanimatrices, dans la quarantaine avaient en effet été remplacées par une animatrice plus jeune et 2 hommes dont l'un était agé de 70 ans. Non sans avoir préalablement essuyé quelques commentaires acerbes sur son physique et une incitation à se faire botoxer.

vendredi 14 janvier 2011

Une belgique au poil

Quelquefois, au détour d'une phrase, on comprend ce qui est dans la tête d'une personne.
Par exemple, on sait désormais, que pour Benoit Poelvoorde les catégories "nous" et  "tous les gens" ne comprennent que les hommes. Et pour l'AFP qui a repris l'information la catégorie "compatriotes" est tout aussi masculine.  (voir ses propos en bas de ce billet)
Je n'ai pas vu de journaux (je n'ai pas fait le tour du net non plus) demander comment les femmes pouvaient s'associer à l'action. Visiblement ça ne compte pas. (la discussion a par contre bien eu lieu sur twitter)
 

(profitez en pour aller voir les dessins de MamzelleCarnetO)

Je suggère à nos amies belges de s'acheter fissa le kit nécessaire pour exprimer à leur tour leur avis

Kit la Barbe

________________________________________________________

L’acteur belge Benoît Poelvoorde a suggéré mardi à ses compatriotes de ne plus se raser "jusqu’à ce que la Belgique se relève" et soit dotée d’un gouvernement, alors que le royaume traverse la plus longue crise politique de son histoire.

"Ne soyez pas surpris par cette pilosité. Nous avons décidé de ne plus nous raser tant que nous n’aurons pas de gouvernement en Belgique", a déclaré à la télévision belge RTL-TVI l’acteur vedette, arborant une barbe de quelques jours.

Le comédien explique dans un petit clip de 30 secondes qu’il s’agit d’une idée "formidable" du "Monsieur Cinéma" de la chaîne privée et de ses amis.

"Si tout les gens qui disent comme nous qu’il est grand temps que nous ayons un gouvernement et qu’il faut faire un petit effort chacun de son côté veulent se joindre à nous...", déclare Benoît Poelvoorde.

"Laissez pousser votre barbe et nous saurons que nous sommes tous solidaires d’une Belgique unie et qui s’en sort, une Belgique au poil", ajoute l’acteur né à Namur (sud).

"Gardons nos barbes jusqu’à ce que la Belgique se relève", conclut le comédien, connu pour ses propos parfois à l’emporte-pièce et qui sera prochainement à l’affiche du dernier film de Dany Boon "Rien à déclarer".

vendredi 7 janvier 2011

Faciles et pas chères

Le genre de propos qu'on peut entendre à une heure de grande écoute sur une Europe 1. Notez les rires grivois de connivence.
 
(c'est la première fois que je fais un montage de ce style, et je remercie  FullHdReady pour ses patientes explications)

mercredi 15 décembre 2010

L'essentiel en 140 caractères #micro twittclash

L'autre soir Juan m'a fait passer un lien sur twitter indiquant qu'un groupe de travail composé de 22 parlementaires allait plancher sur la réforme de la fiscalité du patrimoine. Juan a remarqué qu'il n'y avait qu'une seule femme (je crois que j'ai contaminé une bonne partie de la blogosphère avec ma manie de décompter toujours le nombre de femmes). J'en ai d'ailleurs fait l'épididyme du mois
Autheuil (Autheuil blogueur brillent) qui passait par là a ainsi commenté le tweet de Juan :"Petit bout de la lorgnette"

Le lendemain soir (sur twitter on peut reprendre à tout moment une conversation commencée la veille) nous avons réagi et Autheuil nous  a répondu : "je doit être vieux jeu mais je persiste a croire que la politique doit avant tout chercher a être efficace"  

Evelafée (qui ne semble pas être une blogueuse) a alors pris la conversation en cours "c'est ce genre de reflexion qui a conduit à la création de mouvements uniquement féministe il y avait toujours un moment où les luttes des femmes devaient céder la place à la grande cause commune"

Autheuil a surenchérit :"la politique a pour rôle de gérer la société, pas s'accomplir les rêves idéologiques de certains" puis ""luttes" c'est un luxe qu'on peut se payer quand tout va bien" " tu peux te permettre de rêver quand le présent est bien géré. Mais attention a ne pas casser le présent pour des rêves "

et pour finir même Maitre Eolas, que je ne savais pas intéressé par le féminisme, s'en est mêlé :"La critique féministe présente un intérêt certain même si on n'adhère pas au combat. Elle appuie où ça fait mal".

Autheuil : "tout analyser par ce biais, pour moi c'est non. Ça ne veut pas dire que ce soit pas parfois pertinent, mais pas de systématique"

et sauf si j'ai raté quelque chose la conversation s'est arrétée là .

C'est une anectode sans importance, mais elle est significative de la difficulté des femmes à se faire entendre, parcequ'on finit toujours pas nous objecter que le plus important est d'être efficace et qu'on fait perdre du temps à ces messieurs avec ce qu'ils n'hésitent pas à traiter de futilités ou d'utopie. J'ai du mal à croire qu'Autheuil ne sache pas que la forme détermine le fond et qu'en ne se préoccupant pas de la composition des instances de pouvoir on se prive de la vision de la moitié de la population. 

Il va me rétorquer que la plupart des femmes ne s'intéressent pas à la politique .D'ailleurs aujourd'hui encore, à l'occasion de cette tempête blogosphérique que constitue l'invitation à l'Elysée de représentants du net uniquement masculins, on a pu lire ici ou là beaucoup de commentaires méprisants à propos des blogs féminins qui ne parlent que chiffons, cuisine ou bébés et jamais de choses importantes. 

Hormis le fait que ce n'est pas l'exacte vérité, je trouverais intéressant que les femmes arrêtent durant quelques jours de s'occuper de la cuisine et des bébés et de toutes ces petites activité jugées sans importance .  Il me semble que ça permettrait de remettre en place les priorités et de se demander qui regarde par le petit bout de la lorgnette et où se situe l'efficacité.

Claudine Monteil dans "Mémoires d'une jeune fille rebelle" raconte comment en 1968 elle a rejoint des groupes de femmes et comment l'un de ses amis s'en est indigné "Qu'est ce que tu fais là dedans ? Ces féministes sont des hystériques. Elles ne sont pas intéressées par la révolution ; tu sais pourtant très bien qu'il faut d'abord faire la révolution et alors seulement la vie des femmes pourra être améliorée". 

Mes avis qu'elles ont bien fait de ne pas attendre la révolution, parceque si Autheuil est un blogueur qui se revendique à droite, le machisme est universel.

Et j'adore ce slogan de 68 : "Prolétaires de tous les pays qui lave vos chaussettes ?".

mardi 30 novembre 2010

Pourquoi la presse est elle si macho ?

Malgré l'accumulation des rapports sur la mauvaise image que les médias donnent des femmes, rien ne change.

On comprend bien pourquoi avec cette photo .

"Huit groupes de presse ont signé ce lundi 29 novembre les statuts portant création du Groupement d'intérêt économique E-PRESSE PREMIUM.

Les signataires sont : cinq quotidiens nationaux (Les Echos, L'Equipe, Le Figaro, Libération et Le Parisien / Aujourd'hui en France) et les trois principaux newsmagazines français : L'Express, Le Nouvel Observateur et Le Point.

Le but premier de ce GIE est de développer de façon concertée des projets numériques permettant une meilleure valorisation des contenus diffusés sur internet et sur les plateformes mobiles. Cette valorisation s'effectuera au moyen d’une optimisation des audiences et par la commercialisation de contenus payants."

mardi 2 novembre 2010

Les nouveaux jeux du cirque

Un billet de Falconhill m'avait intriguée, mais comme je ne regarde pas plus les matchs de rugby que les matchs de foot je ne savais pas où il avait trouvé la photo de cette femme au sein nu.

Jusqu'à ce que je tombe sur la vidéo qui vaut son pesant de cacahuètes.

C'est sexiste, mais pas que.....

Mais bon, le sport ça développe l'esprit d'équipe, la combativité etc et c'est bon pour la santé.

Je n'ai pas vu que femme de joueur  ou entrées en lice en parlaient

jeudi 28 octobre 2010

Médias recherchent expertes

Depuis 1995 l'Association des femmes journalistes réalise une enquête sur la place des femmes dans les médias.

15 ans qu'elles montrent année après année que les femmes sont sous représentées dans la presse généraliste ou d'information. Qu'elles y figurent en tant que témoins, victimes ou décoration , rarement en tant que professionnelle ou qu'experte.

En 2008 un rapport sur l'image de la femme dans les médias avait été remis au gouvernement. Accablant !

Bien sûr la presse reflète l'image de la société mais elle accentue considérablement le phénomène. Non seulement elle amoindrit le rôle social professionnel, intellectuel des femmes en ne les montrant pas actives, expertes, maîtresses de leur vie mais  elle contribue de plus à l'alimentation des stéréotypes : les femmes à la maison, les blondes, les épouses de ...etc.

Et c'est évidemment bien pire dans les publicités.

15 ans donc que les médias ne peuvent pas ignorer la question mais ne s'y intéressent clairement pas.

Il faut dire que la propriété du capital des médias est quasi exclusivement masculine. Comme le notait le rapport  "Ce sont  les hommes qui contrôlent donc les moyens de production de l’imaginaire social."

Il préconisait une démarche partenariale avec le monde des médias.

C'est chose faite

Les représentants des médias ont signé le 13 octobre un accord avec Nadine Morano et le CASA qui vise à améliorer l'image des femmes et à favoriser leur présence dans les médias.

D'une part les médias s'engagent à accroître l'intervention des femmes sur les plateaux, les ondes et dans les journaux. D'autre part ils favoriseront l'intervention dans leurs émissions ou colonnes de femmes expertes. Le CSA les accompagnera dans cette démarche en leur proposant notamment un vivier d'experts au féminin.

ça mange pas de pain ! et on peut quand même compter sur la vigilance du CAS qui est une instance respectant la parité.

Il existe une association : Voxfemina qui essaye de recenser des expertes. Pour l'instant leur fichier est réduit et surtout j'ai bien peur qu'il en effraye plus d'une.

Les hommes interrogées par les médias sont loin d'être tous autant bardés de titres et de diplômes que les femmes de voxfemina.

Parce qu’on le sait, pour se trouver légitime dans un domaine les femmes sont beaucoup plus exigeantes envers elles-mêmes. Résultat : lorsqu'elles sont sollicitées par des journalistes elles se récusent plus souvent au motif qu'elles ont peur de ne pas être à la hauteur.



L'image est moyennement adaptée, mais c'est pour vous donner envie d'aller voir ces 55 extraordinaires photos trafiquées trouvées grace à Sandrine
Et sinon vous pouvez toujours voter pour moi aux Golden blog awards ICI



mercredi 20 octobre 2010

Chiotissime

Il y avait (parceque ça se termine aujourd'hui) une exposition de photos boulevard de la Bastille.

De belles photos uniquement consacrées aux WC dans le monde.

Dont celle-ci, avec les explications en dessous

LES FEMMES ONT DE LA CHANCE

Toilettes au Chott El Jerid , le grand lac salé tunisien.(Gil Giuglio)

"Le lac Chott El Jerid attire  de nombreux touristes auxquels les Tunisiens savent faire bon accueil. La distinction hommes/femmes est ici respectée et  accusée, non sans humour, par des labels de confort différents. Les femmes ont droit au "Confor chiotes", les hommes au "Normal chiotes". Cette séparation sexuelle a été instaurée, semble-t-il, dès l'origine des toilettes modernes au XIXéme siècle. Effet de pudeur, considérations sanitaires (les femmes seraient plus sensibles aux infections que les hommes), mauvaise réputation des hommes...En tout cas, la tradition perdure créant de nombreux problèmes de file d'attente. Quand l'architecte n' a pas prévu plus de cabines pour les femmes que pour les hommes, la queue s'allonge : les femmes en effet, peuvent difficilement profiter d'un pan de mur à l'extérieur pour uriner, elles occupent, dit-on, plus longtemps les toilettes et enfin elles s'y rendent souvent avec les enfants en bas âge."

Bref, la comparaison des files d'attente à l'entrée des toilettes en dit long

(Merci à Lucette pour les photos.)

samedi 9 octobre 2010

Sexion d'assaut

Je rebondis sur le billet d'Emelire qui note que personne ne s'est insurgé au nom de la liberté d'expression parceque de nombreux concerts du groupe ont été annulés à cause de ses propos et chansons homophobes.

Aucune polémique, parcequ'à juste titre tout le monde est d'accord c'est inacceptable et il ne s'est trouvé aucune personnalité pour les comparer à Rimbaud.

Mais quand on se souvient des réactions qu'avait suscitées l'affaire Oreslan on se dit que la violence envers les femmes semble décidément bien plus tolérable que toutes les autres.

Voici ce qu'écrit la Ligue des Droits de l'homme à propos de Sexion d'assaut
"Permettre la programmation d'un groupe qui tient des propos explicitement homophobes et appelant au meurtre et à la haine, revient à contribuer à la propagation d'une idéologie des plus dangereuses.
Il est inacceptable qu’en France, et donc à Strasbourg, soient programmés en concert des groupes qui clament publiquement leur haine d’une catégorie d’individus, et qui promeuvent une idéologie violemment discriminatoire.
Il revient à chacun, et notamment aux responsables de la Laiterie, où Sexion d’Assaut est programmé pour le 20 octobre, de prendre ses responsabilités et de veiller à ce que ne soient pas bafoués les principes et les lois de notre République.
La section strasbourgeoise de la Ligue des Droits de l’Homme s’oppose à la programmation de tels groupes et demande donc l’annulation de ce concert."


"Un artiste qui parle de désir de meurtre d’une femme? On raconte l’histoire effroyable de Barbe-bleue aux enfants. De la pornographie sadique ? Le marquis de Sade, qui a donné son nom à la chose, se montrait autrement inventif et raffiné en matière de pornographie et de violence, et ses livres figurent tranquillement sur les rayons des bibliothèques notre culture regorge de violences contre les femmes. Non seulement nous sommes opposés à toute censure en matière artistique, (c'est moi qui souligne) mais cette œuvre ne présente probablement pas de caractère illégal. "

La LDH trouvait ces chansons écoeurantes et dénonçait le fait que de nombreuses femmes meurent sous les coups de leur conjoint, mais elle restait opposée à toute censure artistique et notait d'ailleurs que " on peut déplorer la manipulation médiatique, très répandue, qui consiste à faire scandale pour obtenir la notoriété."

C'est vrai qu'Orelsan n'appelait pas à la haine des femmes puisqu'il ne faisait que décrire ses états d’âme envers sa copine. Mais ce faisant il contribuait à la banalisation des pulsions violentes qui leur sont associées et qui ont fait encore l'an passé 140 mortes.



- page 1 de 5