Olympe et le plafond de verre

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 10 janvier 2011

Restez à la maison ou marchez à pied

Ceci est ma contribution au buzz :
On le savait déja depuis Elisabeth Badinter "rares sont les femmes (et les couples) qui se livrent lucidement au calcul des plaisirs et des peines, des bénéfices et des sacrifices" qu'apporteront l'arrivée d'un enfant.

Ceux qui habitent Paris feraient bien d'y regarder à 3 fois. Parceque chaque fois qu'ils voudront amener le petit à la crèche (si ils ont la chance d'avoir trouvé une place), faire les courses, aller au parc ils auront le choix entre marcher ou subir le regard désapprobateur de ceux qui n'ont pas d'enfants, ou qui ne se rappellent plus comment ils faisaient.
Ils peuvent aussi  (sauf pour ceux qui ont des jumeaux ) se convertir à l'écharpe de portage .
Les enfants ne sont pas les bienvenus à Paris. L'affiche est claire : laissez les jeunes cadres sup se mouvoir facilement.
Et on passera  volontiers sur le fait qu'elle est rose puisque les dessinateurs ont bien voulu mettre aussi 1 homme pousseur
.
La révolte gronde sur les blogs, chez :
EDIT : cette affiche s'inscrit dans une campagne plus globale sur le civisme dans les bus, dans laquelle on propose aussi de laisser sa place à ceux qui en ont besoin dont les femmes enceintes

lundi 13 décembre 2010

Allaitement et travail

Les lectrices qui me lisent depuis longtemps savent que je ne partage pas du tout l'avis d'Elisabeth Badinter sur l'allaitement.

Je constate autour de moi  c'est que si l'allaitement maternel est effectivement valorisé dans le discours rien n'est mis en place pour aider les mamans et il est en réalité difficile pour beaucoup de réussir sereinement à allaiter de retour à la maison. C'est ce dont témoigne Mère Bordel qui en conclue que nous vivons dans une "Etrange société qui se permet non seulement de juger les choix des uns et des autres, mais en plus de ne jamais en cautionner aucun..."

Quand à poursuivre l'allaitement après la reprise du travail ça reste une originalité pour laquelle rien ou presque n'est prévu. ça fait bien partie pourtant de la conciliation vie privée/vie professionnelle. J'avais publié un billet sur Rue89 l'année dernière.

C'était aussi le thème des Maternelles, Ségolène en parle et met le lien vers l'émission sur son blog.

image sur le site de Mamanana spécialisé en vêtements et matériel allaitement (non sponsorisé)

samedi 11 décembre 2010

Mais qui garde les enfants ?

C'est Papilles qui me l'a signalé sur twitter (vous pouvez remarquer que twitter est une source d'information inépuisable). Et FullHdready s'est spontanément proposé pour catcher la vidéo (c'est à dire extraire la partie pertinente, un nouveau mot que je viens d'apprendre).

si vous ne lisez pas la vidéo elle est ICI 

William Leymergie est un garçon charmant, même si je n'ai pas souvent l'occasion de regarder télé matin. Je suppose que ses propos ce matin était plutôt une forme de sollicitude.

Mais pour lui une femme journaliste qui a passé son mois entre l'Allemagne, Moscou ou les USA devra le payer d'une façon ou d'une autre.

"a force un jour vous allez ouvrir la porte de la maison et votre enfant va vous dire bonjour madame"

Pas culpabilisant du tout !

J'offre un verre au Montmartre des blogueuses à celui ou celle qui me dégote les mêmes propos adressés à un journaliste homme.

lundi 6 décembre 2010

Carla Bruni-Sarkozy veut un fils


Elle serait allée voir un religieux indien en lui demandant de prier pour qu'elle ait un fils.

J'ignore si c'est ce qu'elle a vraiment dit et j'ai même un peu de mal à le croire, mais c'est la version qu'on peut lire partout et qui n'a pas été démentie à ma connaissance.

Dire où laisser dire une telle chose  dans un pays où il manque 36 millions de femmes  parceque l'élimination des foetus féminins se pratique à grande échelle c'est contribuer à cautionner une vision de la société qui veut que la naissance d'un garçon soit plus désirable.

D'autant plus que la famille recomposée Sarkozy-Bruni compte déja 4 garçons. 

En Inde ce ne sont pas les pauvres qui éliminent le plus les filles mais la classe moyenne éduquée, proche du mode de vie occidental. C'est à dire celle qui a du s'intéresser à la visite du couple présidentiel français.

Photo Moushette

vendredi 22 octobre 2010

Congé maternité porté à 20 semaines

Extrait de La Tribune  


Le Parlement européen a adopté une nouvelle loi instaurant un congé maternité de 20 semaines minimum, rémunéré à 100% du salaire. Reste maintenant à négocier avec les gouvernements des 27 pays de l’Union européenne. Certains, comme la France, sont totalement opposés à cette mesure.

Actuellement de 14 semaines, le congé maternité dans l’Union européenne pourrait passer à 20 semaines minimum, rémunéré à 100% du salaire.

Les eurodéputés ont en tous les cas voté une loi en ce sens, lors d’un vote serré, ce mercredi, illustrant les divisions européennes sur le sujet. 

Les députés européens ont également instauré le principe d’un congé paternité, en demandant à ce que tous les Etats reconnaissent le principe d’un congé paternité d’au moins deux semaines continues, rémunérés selon les mêmes modalités que le congé maternité.

Les eurodéputés se sont prononcés en première lecture, et des négociations ardues vont maintenant s’ouvrir avec les gouvernements des 27 pays de l’Union, dont beaucoup, comme le Royaume-Uni ou la France, ont d’ores et déjà fait part de leur opposition à la nouvelle loi.

En France le gouvernement y serait opposé

Ce qui me frappe surtout, tout comme  LPLM c'est cette idée que les pères n'ont à consacrer à leur enfants que 10 fois moins de temps que les mères.

Tant qu'on n'aura pas avancé sur le congés parentaux et pas seulement maternel on n'avancera pas sur le reste : salaires, carrières professionnel, temps consacré aux taches domestiques etc...

Photo Clairity

mardi 20 avril 2010

Hommes enceints en 1970

C'est dans les commentaires chez Orange pressée que j'ai trouvé ces images qui datent de 1970.

"Concept original ? Tu parles ! En 1970, Jérémy Sinclair, de l'agence anglaise Saatchi & Saatchi a créé une célèbrissime affiche montrant un homme au gros ventre avec l'accroche : "Feriez-vous plus attention si c'est vous vous qui tombiez enceint ?" (Would you be more careful if it was you that got pregnant ?"). Il s'agissait de promouvoir l'usage des contraceptifs. L'affiche fit scandale et contribua largement à la réputation de l'agence. La campagne actuelle est donc tout ce qu'on veut, mais sûrement pas originale. L'idée est même assez basique. Mais, comme l'ange de Barbarella, la masse est sans mémoire."


images ici et ici

mercredi 31 mars 2010

Pas de modification du congé maternité

L'Assemblée nationale s'est penchée la semaine dernière sur une proposition de loi relative à la modernisation du congé maternité et paternité. Proposition présentée par des députés de gauche et et à laquelle s'opposait l'UMP.

Elle a été d'emblée rejetée car en contradiction avec l'article 40 de la Constitution (Art. 40. - Les propositions et amendements formulés par les membres du Parlement ne sont pas recevables lorsque leur adoption aurait pour conséquence soit une diminution des ressources publiques, soit la création ou l'aggravation d'une charge publique) .

De quoi s'agissait-il ? 
  • - de prolonger la durée du congé maternité de quatre semaines pour arriver à 20 semaines
  • - d'étendre à 10 semaines la période d’interdiction d’emploi des salariées ayant accouché. (elle est de 8 actuellement)
  • - de maintenir en intégralité le salaire des femmes en congé maternité, comme le préconise  la Commission européenne. (Ce n'est actuellement pas le cas dans de nombreuses petites entreprises ou secteurs qui ne sont pas couverts par une convention collective protectrice sur le sujet)
  • - de mettre en place pour les femmes exerçant une activité non salariée un dispositif qui prenne en compte leur besoin de remplacement dans leur entreprise. Actuellement leurs droits sont bien moindre que ceux des salariées
  • - de créer un congé d’accueil de l’enfant, afin d’accorder deux semaines pleines de présence auprès de l’enfant et de la mère, du père, du conjoint, de la personne vivant maritalement avec la mère ou ayant conclu avec elle un PACS
  • - d’offrir aux parents la possibilité de prendre un congé parental d’éducation alternatif avec un revenu  amélioré , actuellement, le complément de libre choix d’activité permet au parent qui le perçoit en cas de cessation d’activité, de toucher un maximum de 530 euros par mois . Ce congé serait pris en alternance et la durée prise par chacun des parents ne pourrait être inférieure à 20% de la durée totale du congé.
  • - de considérer le congé parental comme une période de travail effectif permet de ne pas handicaper les carrières des hommes et des femmes qui font ce choix à un moment de leur vie.

Comme toujours le compte rendu des débats est éclairant sur les intérêts en jeux. On y trouve développés tous les points de vue. Même le livre d' Elisabeth Badinter a été appelé à la rescousse par Mme Morano qui s'opposait à cette proposition de loi.

Ces premiers arguments concernaient le cout de telles mesures : + de 3 milliards d'Euros  alors que la France consacre déja plus de 88 milliards d’euros à sa politique familiale.

Ensuite le débat c'est beaucoup focalisé sur le fait qu'un allongement de la durée du congé maternité ou la possibilité de prendre un congé parental mieux rémunéré éloignerait encore davantage les femmes du marché du travail. Le gouvernement préfère donner priorité au développement des modes de garde (c'est du moins ce que dit Mme Morano)

Personnellement je suis favorable à l'allongement du congé maternité entre autre parcequ'il permet aux mamans qui allaitent de passer la période pendant laquelle il est difficile de concilier allaitement et absences longues dans la journée (oui je suis pour que les mamans qui allaitent aient le choix de continuer aussi longtemps qu'elles le désirent , que les autres fassent comme elles l'entendent).

C'est aussi certainement appréciable pour les mamans seules qui doivent assumer seule la prise en charge du bébé et la reprise du travail .

Et pour celles qui veulent rependre plus tôt rien ne les obligent à prendre la totalité du congé au delà des 10 semaines.

J'ai aussi trouvé intéressante cette proposition d'une députée qui répond a une problématique des femmes cadres : "cet allongement pourrait également s’accompagner d’une liberté supplémentaire pour la femme : la liberté de reprendre, si elle le souhaite, son travail de façon anticipée à partir de la seizième semaine et selon des horaires aménagés définis avec son employeur dans le cadre des conventions collectives." 

Par contre je trouve que 2 semaines pour le conjoint c'est très insuffisant, d'une part parce que les premiers mois d'un enfant sont une période vraiment épuisante et surtout parceque  la seule façon pour que les congés maternité ne pénalisent pas la carrière professionnelle des femmes est que l'arrivée d'un enfant aient, en terme d'arrêt de travail, la même durée pour les hommes.

De la même façon je ne vois pas pourquoi le congé parental ne serait pas partagé à parts égales. Si il est mieux rémunéré l'argument financier (les hommes gagnent plus que les femmes faut il le rappeler) n'est plus pertinent. Sa meilleure rémunération permettrait aux familles ayant des revenus médians d'en bénéficier. Actuellement prennent un congé parental celles (plus rarement ceux) qui sont rentières ou dont le conjoint a un revenu suffisamment important pour faire vivre toute la famille ou celles qui après avoir fait le calcul salaire - frais de garde considèrent que prendre un congé parental ne s'avèrera pas trop pénalisant d'un point de vue financier .

Notez aussi qu'étaient concernés par cette loi les Pacsés et donc potentiellement les parents homosexuels .


lundi 29 mars 2010

Les maternelles : Elisabeth Badinter

Parmi l'avalanche d'articles et d'émissions consacrées à Elisabeth Badinter et son dernier livre Les Maternelles de France 3 (vidéo intégrale) m'apparait comme l'une des seules qui ne se contente pas de l'encenser mais lui apporte une vrai contradiction.

Invitées 1 homme et 9 femmes qui ne sont pas toutes d'accord avec ses thèses. Résultat au lieu de tourner comme d'habitude autour des couches lavables ou la stigmatisation de la leache league le débat aborde les vraies questions.

Personne sur le plateau ne remet en cause le droit des femmes à choisir et les invités le démontrent par leur diversité (allaitement, biberon, femme au foyer, femmes qui travaillent en dehors, à la maison, papa au foyer) par contre, toutes ou presque on fait valoir les difficultés à concilier travail et enfants.

La question est en effet bien celle-là puisque ni la société ni les entreprises ne prennent en compte cette problématique.

Et   pourquoi toujours poser ces questions du point de vue des femmes alors que le sujet devrait être celui de la parentalité ? (à ce sujet je vous conseille la lecture de cet interview de Brigitte Grésy, je suis d'accord à 100% avec ses propos)

D'ailleurs un journaliste papa, constatant que le livre ne parle quasiment pas des pères, suggère  d'écrire  "Le conflit, l'homme, le père ".

Une discussion d'une très bonne tenue en 3 partie : la dictature de la mère parfaite, la difficile équation entre maman et travail, le partage des tâches.

Très en vrac, quelques phrases :

- un lit pour les papas dans les maternités

- des congés spéciaux pour les parents (papas et mamans) solos

- un allongement du congé maternité (oui même Elisabeth Badinter est pour) et surtout paternité

- une revalorisation des pensions alimentaires pour que celles qui se sont arrêtées de travailler ne se retrouvent pas démunies en cas de divorce

- des crèches ouvertes 24H/24H

- des cours d'économie ménagères dans les écoles

Ont participé à ce débat 2 blogueuses : Marlène de Maman travaille et Ségolène de Mamanana

vendredi 19 février 2010

Marianne au boulot !

J'ai l'air maline à critiquer Elisabeth Badinter quand elle fustige le retour aux valeurs maternelles!

La campagne gouvernementale est tout simplement incroyable.  Et les explications de  vice-président d'Euro-RSCG C&O, l'agence en charge du projet, ne me rassurent pas vraiment :

"C'est une allégorie publicitaire de la Marianne" qui "fait le boulot de nous projeter dans l'avenir". Sa tenue blanche associée à "la pureté cristalline, représente ce beau moment de la maternité qui incarne tout le potentiel de ce grand emprunt",

Le boulot ? le boulot des femmes ? faire les bébés ? pendant que les hommes gèreront les milliards du grand emprunt ?

et je hais cette chemise de nuit blanche et pure, avec laquelle personne n'oserait sortir dans la rue.

La pub nous a habitué à utiliser le corps des femmes pour vendre n'importe quoi, que le gouvernement fasse la même chose est consternant, car rien d'actif dans cette Marianne, sa seule valeur est son corps et ce qu'il y a dedans.

 Je suppose qu'avant de sortir cette campagne a été validée par plusieurs services, vue par des Ministres et Je comprends en la regardant que l'Etat reste l'un des plus mauvais employeur de France en terme d'égalité hommes/femmes.

Vous pouvez lire ce qu'en disent Emelire ou les nouvelles news. Je n'ai pas grand chose à rajouter.

Je vous conseille également l'intéressante rétrospective sur les affiches du 20eme siècle de Saines colères




lundi 30 novembre 2009

Le congé parental dans 9 pays d'Europe

Je remets ce billet en tête pour les lecteurs de Le soir.be dont le lien ne semble pas fonctionner correctement.

Le service des études juridiques du Sénat a publié le 19 octobre une étude sur les différents congés liés à la naissance d'un enfant : congé de maternité, congé de paternité et congé parental dans 9 pays européens : l'Allemagne, la Belgique, le Danemark, l'Espagne, la Grande-Bretagne, l'Italie, les Pays-Bas, la Pologne et la Suède.

Voici donc ce qu'il en est des congés parentaux pour les salariés

Rappelons qu'en France à l’issue du congé de maternité, chacun des deux parents peut prendre un congé parental d’éducation à condition d’avoir une ancienneté d’au moins une année à la date de la naissance de l’enfant. Ce congé, d’une durée initiale maximale d’un an, peut être prolongé deux fois et doit prendre fin au plus tard au troisième anniversaire de l’enfant. Il prend la forme soit d’une réduction du temps de travail soit d’une suspension du contrat de travail.
Ce congé n'est pas rémunéré, la CAF verse le complément de libre choix d’activité (entre 375 € ou 550 €)

Dans quatre pays (Espagne, Grande-Bretagne, Pays-Bas et Pologne), le congé parental rémunéré n’existe pas. Les parents peuvent cependant s'arrêter pour une durée plus ou moins longue (13 semaines en Grande-Bretagne, 3 ans en Espagne ou en Pologne)

Dans les autres pays, où le congé parental rémunéré existe, il constitue un droit partageable entre les deux parents (Allemagne, Danemark, Italie et Suède) ou un droit individuel, susceptible d’être exercé par chacun d’eux (Belgique).

• En Italie, le congé parental est rémunéré partiellement à hauteur de 30% du salaire dans la limite de 6 mois si il est pris avant les 3 ans de l'enfant)
La durée totale du congé parental est de dix mois, et chacun des deux parents peut s’absenter au plus six mois.  Par ailleurs, la durée du congé parental peut être portée à onze mois dans le cas où le père prend au moins trois mois.

• Au Danemark, le congé parental a une durée de 64 semaines. Il est rémunéré pendant 32 semaines et librement partageable entre les deux parents,
sous réserve qu’aucun des deux parents ne s’absente plus de 32 semaines.

• En Suède, le congé parental, entièrement rémunéré, sa durée est de 480 jours (soit environ un peu plus de 69 semaines). Sur
ces 480 jours, 60 sont réservés à la mère, 60 au père, et les 360 autres sont librement partageables. Le congé parental est rémunéré à hauteur de 80 % du
salaire pendant 390 jours, tandis que les 90 jours suivants sont compensés par un forfait.

L'Allemagne a opté pour le modèle scandinave. En effet, la durée du congé parental, douze mois, peut être portée à quatorze mois si le congé est
partagé entre les deux parents et si chacun d’eux prend au moins deux mois. Cette disposition, en vigueur depuis le début de l’année 2007, vise à inciter les pères à prendre au moins une partie du congé parental. Outre ce congé rémunéré à hauteur des deux tiers du salaire, chacun des deux parents a droit à un congé non rémunéré d’une durée de deux ans.

•  En Belgique, chacun des deux parents peut bénéficier d’un congé parental rémunéré de courte durée.
Les salariés du secteur privé bénéficient en effet d’un congé parental de trois mois, qui doit être pris avant le douzième anniversaire de l’enfant et qui
peut prendre la forme soit d’une suspension du contrat de travail soit d’une réduction du temps de travail.

- page 1 de 2