Olympe et le plafond de verre

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 29 novembre 2010

Sexe et vitesse

Il semble généralement acquis que les hommes sont  plus forts et plus rapides que les femmes.

Comment l'expliquer ?

Différentes hypothèses ont été émises, par les anthropologues notamment Françoise Héritier.

Habituellement les mâles sont plus grands, plus forts que les femelles dans les espèces où ils doivent combattre des concurrents avant de pouvoir copuler. Ce n'est plus le cas chez les humains. Alors pourquoi les femmes y sont elles plus petites ? D'autant plus qu'on sait que la taille est corrélée avec la largeur du bassin et que la mortalité en couche est bien moindre pour les femmes plus grandes. La sélection aurait donc due se faire en faveur des femmes grandes.

Pas de réponses mais des hypothèses :

- les hommes préfèrent choisir des femmes plus petites pour mieux les contrôler

- dans toutes les sociétés les hommes ont toujours limité la nourriture des femmes et les femmes grandissant dans un contexte de pénurie plus important ont été sélectionnées pour se suffire de ressources moindres.

Courir plus vite n'est pas nécessairement en lien avec le sexe

Pour ce qui concerne la vitesse en tout cas il semble que ni les hormones ni les gènes ne soient  en cause. Le Temps, journal Suisse, évoque en effet d’intéressantes observations faites sur les chevaux et en arrive aussi à la conclusion que ces différences chez les humains sont liées à la culture et non pas à la nature.

Alors que l’homme le plus rapide court le marathon en 2H03 sa consoeur met 2H15 (ce qui est une différence faible tout de même).

Par contre lors des courses hippiques, si les les pur-sang partent avec des handicaps plus ou moins lourds en course suivant leur genre, les chevaux de concours sont alignés ensemble, sans différence notable de résultats.

Extraits de l’article

Paulin Entin, une chercheuse américaine, a étudié la différence de vitesse entre les sexes. Son étude a porté sur des courses de trot et d’amble attelé (une spécialité américaine) et de galop sur le plat. Les étalons se sont révélés en moyenne 1% plus rapides que les juments, à part pour les trotteurs qui allaient tous à peu près à la même vitesse. «Bien que la différence soit significative [d’un point de vue statistique], ce 1% d’écart entre mâles et femelles peut être expliqué par des méthodes d’entraînement ou des facteurs psychologiques aussi bien que par des éléments physiologiques, dit Paulin Entin. La croyance que les juments ne devraient pas être entraînées aussi durement que les mâles est très répandue chez les entraîneurs de chevaux de course, et ces derniers n’aiment pas inscrire les femelles dans les courses qui sont ouvertes également aux étalons.» L’Américaine s’est également intéressée dans son étude aux courses de lévriers. Ceux-ci sont tous alignés dans la même catégorie et signent des performances similaires.

Les grandes courses de trot attelé ou de galop ont toutes déjà été remportées par des juments. Zenyatta s’est imposée dans la Breeder’s Cup Classic en 2009, Zarkava dans le Prix de l’Arc de triomphe en 2008 et Moni Maker dans le Grand Prix d’Amérique en 1999.

L’étude des données de la Fédération équestre internationale sur les 3 genres (le 3eme étant constitué des hongres, mâles castrés) n’a montré aucune différence significative de potentiel entre les sexes, que ce soit pour le dressage, l’endurance, le concours complet ou le saut d’obstacle.

Pourquoi le genre ne joue-t-il qu’un petit rôle dans les performances sportives des équidés alors qu’il est bien plus déterminant chez l’homme? Une hypothèse privilégiée par les chercheurs serait l’assignation de rôles différents selon le sexe qui s’est opérée tôt dans l’histoire de l’être humain. Les chevaux, au contraire, ont toujours tous dû courir vite pour fuir leurs prédateurs.

Edit : petite précision pour les commentateurs tentés de parler de délire et autre tartignoleries : Françoise Héritier a été Professeure au Collége de France, y a pas plus sérieux

mardi 2 novembre 2010

Les nouveaux jeux du cirque

Un billet de Falconhill m'avait intriguée, mais comme je ne regarde pas plus les matchs de rugby que les matchs de foot je ne savais pas où il avait trouvé la photo de cette femme au sein nu.

Jusqu'à ce que je tombe sur la vidéo qui vaut son pesant de cacahuètes.

C'est sexiste, mais pas que.....

Mais bon, le sport ça développe l'esprit d'équipe, la combativité etc et c'est bon pour la santé.

Je n'ai pas vu que femme de joueur  ou entrées en lice en parlaient

mardi 8 juin 2010

Rien à foot !

On en a rêvé  sur twitter, Dom l'a faite. 

Une bannière libre de droit pour ceux et celles qui veulent faire savoir qu'ils ne sont pas d'accord pour que les finances publiques servent à financer les mondiaux et autres coupes d'Europe et qu'il n'est pas utile non plus d'essayer de leur faire prendre des vessies pour des lanternes en présentant la coupe du monde comme l'évènement le plus important de l'été.

et qu'on arrête de donner des rêves impossibles auxs petits garçons
(si vous ne voyez pas la vidéo cliquez ici)
 
;" height="350" width="425">

samedi 29 mai 2010

La France nage dans le bonheur

C'est le titre du Parisien parceque l'Euro 2016 se tiendra en France, et si on comprend que les membres du gouvernement en rajoutent dans l'autofélicitation parcequ'ils n'ont pas beaucoup d'autres occasions de le faire en ce moment, je m'étonne que Martine Aubry leur ait emboité le pas. C'est peut être" un grand bonheur pour tous les amoureux du foot et tous les supporteurs", mais pas pour tous les français.

Parceque qu'avons nous vraiment gagné sinon l'occasion pour ceux qui aiment le foot de faire la fête ? Ce n'est déja pas si mal me direz vous mais je me sens moins seule depuis que je sais que 50% des français y sont indifférents.

En tout cas pour les filles c'est zéro ! L'Euro est un évènement masculin et je n'ai pas vu qu'il y ait l'équivalent féminin (peut être que Gabrielle en sait plus sur le sujet ?)

Passons sur le fait qu'on va essayer de combler notre temps de cerveau disponible avec ça , passons sur le fait qu'il va falloir supporter les cris et les klaxons les soirs de match, qu'on va essayer de nous faire croire que le bonheur réside dans le fait qu'un ballon a été habilement lancé par quelqu'un d'autre dans un filet, mais j'avais compris que nous entrions en période de rigueur et que l'Etat devait à tout prix réduire ses dépenses. 

Or, si j'en crois mon quotidien local cela devrait couter  1,7milliards d'euros dont 150 millions financés par l'Etat et 530millions par les collectivités locales. ce qui fait quand même dans les 700 millions d'argent public.

En contrepartie on nous promet 15 000 emplois dans la phase de travaux et 4 000 emplois pérennes. Sans compter les retombées fabuleuses en terme de tourisme. Je me demande si on compte là dedans le développement de la prostitution qui semble désormais systématiquement associé à toutes ces grandes manifestations.

L'Hérétique est moins optimiste sur les retombées économiques possibles.

Quand à moi je constate que 700 millions c'est plus de la moitié de ça :

"la signature entre l'Etat et la CNAF de la Convention d’Objectifs, visant à créer entre 2009 et 2012, 200 000 places d’accueil supplémentaires. Pour une meilleure conciliation vie familiale-vie professionnelle, le gouvernement à consenti un effort financier sans précédent de 1,3 milliards d’euros supplémentaires pour développer et diversifier les modes d’accueil de la petite enfance et ainsi mieux répondre aux besoins de familles."

Et je pose la question aux blogueurs et blogueuses qui ne trouvent pas que l'organisation de l'Euro soit un évènement si réjouissant : qu'est ce que les pouvoirs publics pourraient faire avec 750 millions d'Euros pour que la France nage vraiment dans le bonheur ? 

 


 

vendredi 23 avril 2010

Le foot, école du machisme

Dans le monde entier des petits garçons, dont certains jouent pieds nus avec un ballon en chiffons, rêvent de devenir le prochain Zidane ou le prochain Ronaldinho.

J’en connais qui ont tapissé les murs de leur chambre de photos de leurs héros et peuvent réciter bien plus vite que les tables de multiplication la composition de toutes les équipes engagées en Coupe du monde ou en Championnat de France. On peut espérer qu’aujourd’hui ils ne comprennent pas tout le bruit fait autour de leurs idoles.

Mais qu’est ce que le foot apprend à nos enfants ?

Des valeurs?

Le sport est censé véhiculer des valeurs de respect, de convivialité, d’entraide, d’amitié, de dépassement de soi…

Le foot fait cependant partie des sports dont le but est de gagner des matchs. Il ne se conçoit pas autrement. A la fin de chaque match il y a un gagnant et un perdant, qui n’est pas toujours celui qui a le moins bien joué. Et cela dès le plus jeune âge. Les poussins ont déjà leurs tournois et apprennent le plaisir de gagner et l’humiliation de perdre.

Tous les sports n’exigent pas la compétition on peut pratiquer la course à pied, la natation, le tir à l’arc pour le seul plaisir d’exercer une activité physique et de progresser, On peut aussi monter un ballet, une figure d’accrosport, faire avancer un bateau sans avoir aucun adversaire à vaincre mais au contraire de subtiles collaborations à mettre en œuvre.
Et si la participation à des compétitions permet de rencontrer les autres et de se mesurer à eux, dans de nombreux sports les premières sorties ne sont pas vraiment des compétitions, même si elles font généralement l’objet d’un classement il s’agit d’obtenir une médaille (chamois, ceinture, soleil, galop etc…) qui atteste qu’on a acquis un certain niveau.

Pour que le foot reste un jeu il faudrait, comme dans les cours de récréations, que les équipes ne soient pas figées que l’adversaire d’aujourd’hui soit le coéquipier de demain. C’est exactement l’inverse qui se pratique. La cohésion de l'équipe et de ses supporter est fondé sur le "nous contre eux".

Des modèles ?

Ce qui fait surtout rêver les jeunes c’est l’illusion qu’en devenant le meilleur ils pourraient vivre la vie des vedettes. Et quelle vie !
- De l’argent par millions,
- La célébrité,
- Des grosses voitures,
- Des rollex bien avant d’avoir 50 ans,
- Et bien sûr, objet de consommation ultime, les plus jolies femmes.

Et comme si cela ne suffisait pas on apprend aujourd’hui que ces jeunes hommes, qu’on imagine pourtant entourés de nombreuses groupies, fréquentent proxénètes et prostituées, sans être trop regardant sur la légalité des choses.Il serait certainement injuste et hâtif d’en conclure que c'est là le comportement de tous mais c'est celui qui nous est donné à voir, d'autant plus que les médias qui sont largement complices de cette dérive du sport se complaisent dans l'accumulation de détails sordides. Puisqu'il y a de l'argent à faire...

De la convivialité ?

Après le match les joueurs se retrouvent et se réconcilient dans une ambiance de franche camaraderie.

Un moment qui se passe souvent entre hommes, surtout lorsque le club commence à aborder des compétions qui obligent à des déplacements que les épouses ne suivent pas (sinon qui va garder les enfants ? d’ailleurs elles ont mieux à faire).

Ce qui peut constituer de vrais moments de convivialité pour les petits clubs prend des proportions toutes autres avec les compétitions professionnelles. Parmi les millions de supporters on trouve le pire: ceux qui viennent pour en découdre, qui obligent à déplacer des compagnies entières de CRS (ce qui a un cout pour la collectivité), ceux pour qui la couleur d’un maillot de supporter suffit à désigner l’ennemi dans la rue, ceux pour qui les organisateurs prévoient d’immenses bordels lors des compétitions internationales et organisent consciencieusement l’afflux massif de prostituées sans oublier de s’assurer que les stocks de préservatifs seront suffisants. Et sans se poser plus de questions sur ce phénomène qui déplace des hommes venues assister à des spectacles, entre eux et consommer des femmes.

En réalité le foot, tel qu'il se pratique aujourd'hui, apprend aux petits garçons qu’il existe un entre-soi, c'est-à-dire entre-hommes, fondés sur des valeurs qui seraient la quintessence de la virilité : le combat, qui n'est pas fait pour les "gonzesses" ou les "tapettes" (c'est quand même à un président de club de foot que les Chiennes de garde ont décernés récemment leur prix macho de l’année. ), la camaraderie , gentiment pour les plus jeunes, mais uniquement entre garçons, et qui va jusqu’au partage des filles pour d’autres.

Qu’on ne s’étonne pas si en France sur près de 2,5 millions de licenciés environ 3% sont des filles. Même si la FFF a reçu récemment le prix femmes et sport ,
si on commence à voir le dimanche après midi des filles sur les terrains, le foot apprend aux petites filles qu'il y des monde dont elles sont exclues.

A lire les excellents billets de Monolecte qui inverse les rôles et de Crêpe Georgette.

vendredi 9 octobre 2009

Le rugby plus macho que le foot ?

En ce moment sur les murs du métro une affiche pour annoncer un match de rugby

vous ne voyez peut-être pas, sur la gauche on peut lire ça.

Les médias ne parlant jamais de rugby féminin, je suppose qu'il est difficile d'envisager remplir le stade de France avec un tel match. Est ce une raison pour parler de lever de rideau. La seule définition que j'ai trouvé de cette expression est " petite pièce au début du spectacle", pas franchement valorisant.

Il y aurait pourtant d'autres façons de procéder, en mettant les 2 matchs sur le même plan (2 matchs pour le prix d'un) et en rajoutant les filles sur l'affiche.

Et j'apprends chez Gabrielle que prochainement la rencontre au sommet entre le PSG et le FCF Juvisy, deux grands clubs de D1 féminine de foot, se déroulera au stade du parc des Princes. Et logiquement,  pour intéresser aussi les femmes  les billets sont à 5€ pour elles.

vendredi 18 septembre 2009

Billet de week end

Cette semaine il sera question de sport

on peut être une jeune mère et gagner des compétitions et je vous conseille même tout le blog

j'ai vu mon cheval faire un arrêt cardiaque

une photo du service sport de la BBC que m'a dédicacée Nemo

l'avis des mauvaises mères sur les performances sportifs des parents de jumelles

et sur un autre thème le dossier toujours pas solutionné de victimes du Distilbène  , une histoire édifiante dans laquelle les laboratoires pharmaceutiques cherchent encore à minimiser leurs responsabilités.

mardi 25 août 2009

Les tests de féminité lors des compétitions sportives

Je ne m'intéresse pas du tout aux compétitions sportives (sauf celles auxquelles participent mes enfants) pas plus donc aux championnat du monde d'athlétisme qu'à d'autres.

J'ai quand même entendu parler de cette championne du 800m qui ne semble pas assez féminine. Personnellement je n'ai pas d'avis et en tout cas il n'est pas autorisé. Je vous invite par contre à lire ce qu'en dit la sociologue Catherine Louveau . De quoi se poser pleins de questions.

samedi 23 mai 2009

Roland Garros

Les vainqueurs (homme et femme) en simple se voient, remettre 1.060.000 euros.

La parité des dotations pour les vainqueurs existe depuis 2006 et sur l'ensemble du tournoi depuis 2007.

dimanche 24 août 2008

Médailles françaises, mais où sont les femmes ?

à lire et à commenter un article de Rue 89