Olympe et le plafond de verre

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 11 décembre 2010

Mais qui garde les enfants ?

C'est Papilles qui me l'a signalé sur twitter (vous pouvez remarquer que twitter est une source d'information inépuisable). Et FullHdready s'est spontanément proposé pour catcher la vidéo (c'est à dire extraire la partie pertinente, un nouveau mot que je viens d'apprendre).

si vous ne lisez pas la vidéo elle est ICI 

William Leymergie est un garçon charmant, même si je n'ai pas souvent l'occasion de regarder télé matin. Je suppose que ses propos ce matin était plutôt une forme de sollicitude.

Mais pour lui une femme journaliste qui a passé son mois entre l'Allemagne, Moscou ou les USA devra le payer d'une façon ou d'une autre.

"a force un jour vous allez ouvrir la porte de la maison et votre enfant va vous dire bonjour madame"

Pas culpabilisant du tout !

J'offre un verre au Montmartre des blogueuses à celui ou celle qui me dégote les mêmes propos adressés à un journaliste homme.

samedi 13 novembre 2010

Epididyme d'Or de Novembre

Je dois avouer mon découragement, l'Epiddyme d'or a déja été décerné par 2 fois à Yves Calvi l'an passé

En juin 2009 j'avais noté que son émission sur la 5 "C dans l'air" n'avait reçu que 10 femmes sur 88 invités. J'ai voulu voir si, air du temps aidant, il avait progressé en comptant les invités de toutes les émissions d'octobre

Je ne m'attendais pas à ce que j'ai trouvé :

84 invités 3 femmes. Oui vous avez bien lu 3,5% de femmes dans une émission du service public.(Edit, chiffres corrigés suite à l'article d'ASI, légère erreur de ma part effectivement, mais ça ne change rien sur le fond)

Je ne sais pas ce qu'on peut faire ?

Je suppose que la chaîne a signé ou va signer la charte visant à améliorer la place des femmes dans les médias. Le CSA devient peut être l'interlocuteur à saisir.
Je rappelle que l'épididyme est "une partie du système reproducteur de l'homme. C'est un petit organe accolé au testicule contenant un tube glandulaire pelotonné transportant les spermatozoïdes" . Le prix est décerné chaque mois à un média ou une manifestation ayant dépassé le taux admissible de testostérone.


vendredi 27 août 2010

Belle toute nue

J'ai regardé "Belle toute nue", émission que mes filles apprécient. 

je me suis assise à leurs cotés et nous avons commenté ensemble.

L'idée est sympathique : une femme qui se trouve moche, qui ne supporte pas de se regarder dans la glace est prise en charge par le très charmant William Carnimolla  , professionnel de la mode. En quelques jours il va les relooker mais surtout les réconcilier avec leur apparence et leur faire prendre conscience de leurs atouts. Pour finir elles seront fières de voir leur silhouette affichée sur un mur de Paris et de poser nues.

Lorsqu'on regarde le site de M6 il semble que la quasi totalité de ces femmes focalisent sur leur poids, elles ont toutes plus de ventre, plus de cuisses, plus de hanches, plus de poitrine (plus de tout quoi) que les modèle que leur présente en permanence la presse féminine.

Et elles le vivent très mal.

Pour les aider William leur présente 5 ou 6 jeunes femmes, rondes, voires très rondes . Elles sont toutes rayonnantes et si elles sont différentes des anorexiques habituelles elles n'en sont pas moins belles. De quoi se réconcilier avec ses rondeurs.

Il les accompagne ensuite dans l'essayage de nouveaux sous-vêtements et de nouveaux vêtements. L'idée générale étant qu'au lieu de chercher à cacher son corps comme le font toutes les candidates il faut au contraire découvrir et mettre en valeur ses formes. Grace notamment à quelques incontournables : talons haut et un conseil de base "décolleté, taille ou jambes, il faut toujours mettre en valeur l'une de ces parties du corps".

J'ai trouvé ce William vraiment très fin, très psychologue, très compétent  et une émission qui met en valeur le physique de femmes "normales" est intéressante en nous permettant à toutes de faire la différence entre une femme et une photo de mannequin.

J'aurais pourtant un bémol à formuler:

j'ai entendu un nombre considérable de fois le mot "féminine". Pour toutes ces femmes il s'agit de "redevenir une femme", de "retrouver sa féminité", "d'être sexy","retrouver une allure féminine" etc...

On oppose souvent féministe et féminité et les "néo féministes" seraient celles qui souhaitent réconcilier les 2, c'est à dire obtenir l'égalité hommes/femmes tout en restant féminines (les autres féministes étant c'est bien connu des boudins poilues).

Il me semble que le débat ainsi posé est une impasse. La question n'est pas d'être féminine ou pas. Bien sûr qu'on peut y prendre beaucoup de plaisir, la question est celle de cette injonction qui nous est désormais faite d'être féminine en permanence.

D'une part notre physique est ce qu'on donne à voir en premier, vouloir se présenter très féminine et sexy c'est mettre l'accent sur notre corps et accepter de faire passer en second plan d'autres aspects de notre personnalité.

D'autre part 

- toutes les femmesne se sentent pas féminine, n'ont pas envie de le paraitre, ni de porter des talons hauts, de mettre en valeur leurs jambes ou leur décolleté et d'être sexys. Certaines s'en moquent et attachent de l'importance à  montrer leur force parceque ce sont par exemple de grandes sportives, ou leur intellect (ou tout autre qualité je vous laisse compléter).

- toutes les femmes n'ont pas envie d'être féminine en permanence. Etre féminine signifie entrer dans un jeu de séduction, qui peut être léger et sans conséquence, qui peut être très plaisant.

Mais

*On n'a pas toujours envie de séduire et ça peut même être préjudiciable notamment dans les situations professionnelles où il vaut mieux miser sur d'autres critères. 

*On n'est pas toujours en capacité de séduire parceque trop fatiguée ou préoccupée par autre chose. 

*On peut préférer son confort à une tenue contraignante, une jupe trop serrée et des talons trop hauts.

* On peut préférer que nos amis nous apprécient pour la qualité de notre conversation

Je me suis également interrogé sur ces femmes qui s'inquiètent de l'avis de leur mari (dont la masculinité ne semble une question pour personne), l'une d'elle dit même "il ne me mérite pas" (parce qu'elle se trouve trop grosses). Les maris en question avaient pourtant l'air de trouver leur compagne à leur gout. 

Mais pourquoi aime-t-on une autre personne au point de vouloir vivre avec ?