Olympe et le plafond de verre

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 20 mars 2011

20 mars : journée internationale contre le harcèlement dans la rue

Je ne suis pas fan des journées dédiées mais celle-ci a attiré mon attention car je n'en avais jamais entendu parler .

Normal c'était la première fois aujourd'hui.

C'est une initiative d'un mouvement qui s'appelle Hollaback, Américain à l'origine il se développe dans le monde et HollabackFrance vient d'être crée.

Le harcèlement dans la rue ce sont les remarques, critiques, brimades et moqueries répétées dont les femmes sont les objets dans l’espace public de la part d’individus qui leur sont inconnus. Il est rarement dénoncé si il ne s'accompagne pas de violences physiques et est culturellement accepté.

Il varie en forme et en intensité et inclut : coups de klaxon, sifflements, bruits de baisers, gestes vulgaires, regards concupiscents, commentaires sexistes/homophobes/racistes ou explicitement sexuels, commentaires sur l’apparence physique, masturbation en public, exhibition sexuelle, pelotage, attouchements, et jusqu’à l’agression.

Une expérience que nous avons toute faite, qui semble le plus souvent anodine mais  qui nous amène à limiter nos déplacements, à éviter certains lieux lorsque nous sommes seules (parkings, parcs ou rues à la nuit tombée, forêts), à changer de trottoir pour éviter un groupe d'hommes ou un type qui vous suit.

Ce mouvement a construit différents outils :

- une page pour partager une histoire vécue

- des applications smartphone pour localisr les agressions.Des comptes sur les réseaux sociaux

- des suggestions pour savoir quoi répondre, quoi faire. Comme par exemple ce formulaire pour dragueur ainsi qu'un "petit manuel à l'usage de toutes les femmes qui en ont marre de se faire emmerder sans rien dire".

Info découverte sur Notacholocatecake.

mercredi 24 novembre 2010

La honte doit changer de camp

C'est aujourd'hui que démarre officiellement la campagne orchestrée par 

- le collectif féministe contre le viol  http://www.cfcv.asso.fr/

- Mix cité http://www.mix-cite.org

- Osez le féminisme http://www.osezlefeminisme.fr

un manifeste à signer (ce que j'ai déja fait)  et pour tout savoir www.contreleviol.fr

mardi 23 novembre 2010

25 novembre : journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes

Je relaye  la campagne contre le viol, mais les actions à l'occasion du 25 novembre sont nombreuses

Dans beaucoup de départements les CIDFF (Centre d'information sur les droits des femmes et des familles) organisent des manifestations. Pour savoir ce qui se passe près de chez vous c'est ICI

D'autres infos sur le site du service droit des femmes ou le site dédié http://www.violencesfaitesauxfemmes.com/

Par contre compte tenu de la météo annoncé pour jeudi je n'envisage pas de me mettre en jupe, et globalement je suis assez d'accord avec Sandrine pour ne pas adhérer à l'action proposée par Ni putes ni soumises. en plus je déteste ces grands raouts où tout le monde se donne  bonne conscience à bon compte, alors si en plus il y a des peoples.

Nous tenons toujours, et jusqu'à la fin de l'année le blog "Derrière les chiffres" qui recensent les meurtres de femmes par leurs conjoints. Il s'agit de montrer la réalité de ces crimes que la presse se contente souvent de qualifier de "passionnels" comme si c'était une excuse.

La honte doit changer de camp : chronique de Caroline Fourest

A écouter  ICI

Que des choses très justes :

-  2% à peine des agresseurs  sont condamnés. Les bourreaux s'en sortent et les victimes culpabilisent

- peu importe que vous soyez riche ou pauvre, blanche ou noire du moment que vous êtes une femme vous êtes une cible potentielle et vous le savez.

- il faut être une femme pour ressentir cette peur, légère mais toujours présente lorsque vous marchez dans une rue et que le jour cède à la nuit. Le bruit des pas derrière vous sonne comme une alerte et ce risque permanent vous conditionne.

- modifier le regard que l'on porte sur les corps pour que le rapport sexuel cesse de valoriser  celui des hommes tout en dévalorisant celui des femmes

- le viol est une arme culturelle faconnée par des siècles d'incitation à la domination

- trop de femmes sont tombées au champ de ce qu'on appelle encore le déshonneur


mercredi 10 novembre 2010

Viol : la honte doit changer de camp

Le Collectif Féministe contre le Viol, Mix-Cité Paris et Osez le féminisme lancent une campagne contre le viol à l'occasion de la journée mondiale contre les violences faites aux femmes.

"Le nombre de femmes violées en France est très élevé et méconnu. 198 000 femmes sont victimes d’agressions sexuelles et 75 000 sont violées. Peu de gens en parlent, les femmes n’osent pas porter plainte et la société minimise ces crimes. Cette campagne doit permettre de faire du viol un sujet de société. Le viol est un fait social qui montre à quel point les inégalités femmes - hommes sont encore très fortes. Les hommes ne sont pas plus que les femmes régis par des « pulsions sexuelles irrépressibles ». Le viol n’a rien à voir avec un désir soi-disant incontrôlable ; il est une humiliation, une marque de domination.

Les actions seront nombreuses  et vous pouvez participer : pose d'affiches, distribution de flyers, pétition etc..."

Pour en savoir plus c'est ICI et pour participer ICI

mercredi 3 novembre 2010

Une action européenne contre les mutilations génitales féminines

Au moins 8000 femmes ou fillettes subissent des mutilations génitales féminines (MGF) chaque jour. Amnesty International Irlande, en collaboration avec d’autres organisations, lance dès lors la campagne END FGM . Cette campagne européenne appelle l’Union Européenne à assurer une stratégie holistique et non-discriminante pour protéger ces femmes et ces jeunes filles.

Pour cela, au moins 8000 signatures doivent être récoltées chacun des jours des Seize jours d’activisme contre les violences à l’encontre des femmes d’Amnesty International. L’action sera lancée lors d’une réunion européenne de haut niveau consacrée aux violences faites aux femmes et sera répandue à travers l’Europe grâces à diverses organisations partenaires. Une action virtuelle (web) sera également mise en ligne à partir du 25 novembre

Si vous souhaitez participer c'est sur le site d'Amnesty international Belgique

samedi 9 octobre 2010

Sexion d'assaut

Je rebondis sur le billet d'Emelire qui note que personne ne s'est insurgé au nom de la liberté d'expression parceque de nombreux concerts du groupe ont été annulés à cause de ses propos et chansons homophobes.

Aucune polémique, parcequ'à juste titre tout le monde est d'accord c'est inacceptable et il ne s'est trouvé aucune personnalité pour les comparer à Rimbaud.

Mais quand on se souvient des réactions qu'avait suscitées l'affaire Oreslan on se dit que la violence envers les femmes semble décidément bien plus tolérable que toutes les autres.

Voici ce qu'écrit la Ligue des Droits de l'homme à propos de Sexion d'assaut
"Permettre la programmation d'un groupe qui tient des propos explicitement homophobes et appelant au meurtre et à la haine, revient à contribuer à la propagation d'une idéologie des plus dangereuses.
Il est inacceptable qu’en France, et donc à Strasbourg, soient programmés en concert des groupes qui clament publiquement leur haine d’une catégorie d’individus, et qui promeuvent une idéologie violemment discriminatoire.
Il revient à chacun, et notamment aux responsables de la Laiterie, où Sexion d’Assaut est programmé pour le 20 octobre, de prendre ses responsabilités et de veiller à ce que ne soient pas bafoués les principes et les lois de notre République.
La section strasbourgeoise de la Ligue des Droits de l’Homme s’oppose à la programmation de tels groupes et demande donc l’annulation de ce concert."


"Un artiste qui parle de désir de meurtre d’une femme? On raconte l’histoire effroyable de Barbe-bleue aux enfants. De la pornographie sadique ? Le marquis de Sade, qui a donné son nom à la chose, se montrait autrement inventif et raffiné en matière de pornographie et de violence, et ses livres figurent tranquillement sur les rayons des bibliothèques notre culture regorge de violences contre les femmes. Non seulement nous sommes opposés à toute censure en matière artistique, (c'est moi qui souligne) mais cette œuvre ne présente probablement pas de caractère illégal. "

La LDH trouvait ces chansons écoeurantes et dénonçait le fait que de nombreuses femmes meurent sous les coups de leur conjoint, mais elle restait opposée à toute censure artistique et notait d'ailleurs que " on peut déplorer la manipulation médiatique, très répandue, qui consiste à faire scandale pour obtenir la notoriété."

C'est vrai qu'Orelsan n'appelait pas à la haine des femmes puisqu'il ne faisait que décrire ses états d’âme envers sa copine. Mais ce faisant il contribuait à la banalisation des pulsions violentes qui leur sont associées et qui ont fait encore l'an passé 140 mortes.



jeudi 7 octobre 2010

Diesel sur Deezer

"Second degré et provocation, tels sont les mots d'ordre de la communication de Diesel", c'est ce que m'apprend wikipédia.

Etant féministe, j'ai, comme chacun sait, assez peu d'humour et je ne sais pas apprécier ce second degré là.

Diesel est une marque bien connue des jeunes et Deezer un site archi visité.

Voici ce qu'on y trouve en page d'accueil .

Difficile ensuite d'aller parler de respect 

en français (sous réserve n'étant pas une anglophone très distinguée) :" not made for running ( great for kicking ass)" pourrait se traduire par "pas fait pour courir (parfait pour botter le cul"

mardi 24 août 2010

République du Congo

200 viols collectifs au Nord-Kivu - Des groupes humanitaires rapportent que près de 200 femmes ont été violées lors d’une offensive rebelle entre le 30 juillet et le 3 août dans l’est de la RDC. Selon un porte-parole d’OCHA, « pendant cette opération, les rebelles ont pillé les maisons et violé plusieurs femmes à Luvungi et dans les environs ». Malgré les efforts de l’armée congolaise, les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) et les miliciens Maï-Maï continuent de terroriser les civils du Nord-Kivu.

Rien d'autre à ajouter sinon ma désespérance d'être si impuissante.

jeudi 22 juillet 2010

Le viol selon Frederic Lefebvre

A Pornic, Frédéric Lefebvre a qualifié de  «viol collectif» ce que les médias font subir aux Woerth  (article Libération. payant)

C'est une métaphore.

L'an passé il avait dit ceci chez Yves Calvi (à 32 s) :  "Personne n'est au dessus des lois, personne n'est au dessous des lois (...) qu'il y ait des faits reprochés à Mr Polanski c'est une évidence, qu'on les qualifie ensuite de viol ça c'est pas une évidence.."

C'est du déni.

Et on se demande bien ce qui est le plus grave pour lui.

Vous pouvez aussi lire, si vous ne l'avez pas encore fait, cette tribune de Lola Lafon et Peggy Sastre

- page 1 de 3